El Brusco y el Gromo: les forteresses napoléoniennes à déclarer comme site d'intérêt culturel

El Brusco y el Gromo: les forteresses napoléoniennes à déclarer comme site d'intérêt culturel

Un dossier a été ouvert, à la demande de la mairie de Santoña (Cantabrie), pour protection des fortifications du corps de garde de la période napoléonienne de Brusco et Gromo, étant déclarée zone archéologique et bien d'intérêt culturel, puisque les deux appartiennent au même épisode historique.

La Direction générale de la culture a annoncé que ce dossier sera rendu public afin que peut être examiné par tous ceux qui s'intéressent au patrimoine culturel et qu'ils peuvent présenter des allégations à cet égard, étant donné "la portée de l'action à mener”.

Ces fortifications ont été construites en 1813 et assailli en 1814 par les troupes espagnoles qui ont conquis les deux, occupées par les Français. Une partie de la garnison française s'échappa du mur de Brusco vers celui du Gromo, vol raté, ce dernier étant conquis le lendemain par les Espagnols.

La fortification du Brusco Il a été construit sur le point culminant de la montagne qui lui donne son nom, séparant les plages de Noja et de Santoña, dont l'objectif était de créer un point de vue vers le large, bien que seule une petite rangée de pierres soit préservée de ce point.

La la forteresse principale est moulée au sommet du mont, qui est très petit, il ne se composait donc que d'un mur en pierre sèche à l'intérieur duquel il y avait un espace rectangulaire avec deux départements: un pour l'officier et un autre pour 20 soldats.

Le fort GromoCependant, il est assez inégal bien que très important car c'était le seul accès terrestre à Santoña avec une hauteur de 80 mètres. La montagne est longue et irrégulière, entourée de marais, ce qui rend la forteresse presque isolée lorsque la marée monte, elle possède donc un pont-levis. Il s'agit d'une "portion" de trésor qui reste de la guerre d'indépendance.

Image: Lourdes Cardenal sur Wikimedia

Presque diplômé en Marketing de l'Université Rey Juan Carlos, un diplôme choisi par vocation comme un bon passionné de communication et un grand accro pour analyser en continu chaque spot publicitaire qui m'est présenté. Très perfectionniste ... très créatif ... et très, très agité. Je vis de l'imagination, donc je peux apporter des idées et des points de vue différents.J'aime dessiner et tout ce qui concerne le design, artiste frustré. Curieux de tout ce qui est ancien et amoureux de l'égyptologie d'aussi loin que je me souvienne L'Egypte a marqué sur ma peau. Bien que je ne sois pas historien, Red Historia me donne l'opportunité de partager cette passion et de vous faire ressentir la même préoccupation que moi.


Vidéo: Droit privé: Les loteries publicitaires