Quelques considérations sur l'ethnographie

Quelques considérations sur l'ethnographie

Etymologiquement, ethnographie est conçu comme le "description des villes», Mais en réalité, cela va au-delà d'une simple description du monde, car cela implique aussi une conception de la vie quotidienne.

Dans le domaine de l'anthropologie, il est presque toujours considéré comme une méthode, une forme de recherche et d'obtention de données, mais je crois que l'ethnographie ne s'arrête pas à ce point, mais va plus loin, cela implique aussi d'avoir un «attitude ethnographique», Cela ne se limite pas uniquement au travail de terrain, de la même manière, que cela fait partie de la vie quotidienne.

Par conséquent, l'ethnographie supposerait une prise de conscience du sujet sur la manière dont il se rapporte au monde et aux autres. Il faudrait que le sujet analyse la manière dont il agit et implique une connaissance générale du monde. En fin de compte, il viserait à adopter une attitude différente vis-à-vis du monde.

On considère que chaque individu a un rapport à la réalité médiatisé par des éléments qui provoquent certaines attitudes à son égard. Il y aurait donc quatre éléments qui médiatisent notre réalité:

  • Matrice biologique ou sexuelle.- Les hommes et les femmes voient la réalité différemment, tandis que la réalité elle-même traite les hommes et les femmes différemment.
  • Matrice expérientielle.- Il est essentiel de voir le monde d'une manière ou d'une autre. Une vision du monde se formera en fonction des expériences vécues.
  • Matrice culturelle.- L'ensemble des symboles et des représentations que l'on s'approprie pour pouvoir être dans le monde; à travers cela, nous interprétons la réalité. Le symbole intervient dans l'interprétation du monde.
  • Matrice névrotique.- Cela a à voir avec l'idée que nous construisons le monde à partir du «modèle de soi», nous devons analyser comment nous arrivons à voir la réalité d'une manière particulière.

Personne n'a la garantie de voir le monde objectivement, c'est pourquoi nous devons connaître les mécanismes qui nous amènent à voir le monde d'une certaine manière.

Chaque individu conçoit le monde d'une manière différentePour apprécier ces différences dans la manière de concevoir la réalité, il faut connaître les mécanismes par lesquels chacun se rapporte au monde. L'auto-modèle est le point de départ de ce type d'observation mais ce n'est pas tout.

Aussi l'ethnographie doit être considérée comme un processus général de connaissance complexe, erratique ..., certains anthropologues le conçoivent comme unTraduction». L'ethnographie et sa pratique sont très flexibles, on pourrait donc dire qu'il existe différents styles de le faire, en fait c'est très personnel, et cela dépendrait de chaque individu. On peut citer trois variantes, la britannique, comme exemple celle faite par Malinowski, la nord-américaine, avec les Boas (le Mexique a suivi ce modèle), et la française.

L'auteur Harold Conklin recherche des comportements culturels significatifs dans les sociétés. Pour lui, la science implique une interprétation théorique, sociale et culturelle. À ce stade, l'ethnographie serait faite pour rechercher des données puisque la science implique une interprétation et une information, ce qui nous permettrait d'amener une idée à sa «vérification».

Par rapport à observationIl est à noter qu'il doit aller au-delà du bon sens, il comprend un large fond théorique; L'observation est différente de l'acte de regarder, puisqu'elle serait observée à travers des concepts déjà faits (de la discipline dans laquelle se trouve le chercheur). Les descriptions seraient plus complètes car elles couvrent plus de concepts.

L'ethnographie exigerait de nous une place ambiguë, de près mais de loin, comme ne pas s'impliquer émotionnellement avec l'observé, mais ne pas s'installer si loin qu'ils ne sont perçus que comme des relations froides et dénuées de sens. La réalité doit être au milieu.

La "magie de l'ethnographie"Peut être traduit par la transition de l'expérience du scientifique (subjectivité) aux données (universel). Plus l'ethnographe aura de compétences de signification, plus l'ethnographie sera riche. Ce n'est pas seulement une description de la réalité, cela inclut aussi la connaissance des mécanismes qui nous permettent d'observer d'une certaine manière, c'est la compréhension de la manière dont nous observons et de la réalité.

L'ethnographie peut être vue de la même manière que l'activité qui observe le comportement habituel de sociétés spécifiques.

L'observation participante est la méthode spécifique de l'anthropologie. On peut ajouter que pour Conklin, non seulement les comportements culturellement significatifs comptent, mais il est également nécessaire de percevoir ce qui n'est pas culturellement significatif, ainsi que de définir ce que sont les comportements culturellement significatifs pour l'observateur et ceux observés.

Différents types d'ethnographies.

Malgré les différents types d'ethnographies en fonction des différences nationales et théoriques, il existe de nombreuses similitudes entre l'une et l'autre. «Toutes les formes créatives» expriment d'une manière ou d'une autre et décrivent les comportements culturels significatifs d'une réalité. Par conséquent, toute ethnographie doit être accompagnée d'une théorie anthropologique de la réalité. Ce filtre épistémologique est ce qui nous distinguerait du bon sens.

Puisqu'il n'y a pas de description sans théorie, il n'y aurait pas d'ethnographie sans théorie.

Il est très important de considérer en ethnographie, l'étude intime et à long terme dans la communauté choisie pour son étude, à travers l'observation participante. L'observateur doit tenir compte du fait qu'il est également observé. Cette relation dialectique est ce qui détermine la qualité des informations enregistrées.

En ethnographie, la connaissance est plus qualitative que quantitative, mais il lie les deux pour la connaissance de la réalité, ils sont complémentaires. Il n'est pas possible de définir à partir de quel point la réalité doit être observée, il n'est pas nécessaire de supprimer la subjectivité pour essayer d'atteindre une objectivité.

Par rapport à types d'ethnographieCela serait conçu différemment selon les disciplines dans lesquelles il est plongé, par exemple, un archéologue ferait de l'ethnographie d'une manière différente de celle d'un anthropologue social. Les cadres théoriques déterminent la manière dont les enquêtes sont menées; par conséquent, selon la discipline (ou le paradigme) utilisé, différents concepts seront utilisés. De la même manière, la manière dont les disciplines sont conçues (par exemple à la manière de l'anthropologie britannique, nord-américaine ou française) influence.

La réalité n'est pas donnée, elle doit être constituée de concepts pour être étudiée. La réalité n'est pas la même pour tout le monde, nous utilisons donc des concepts et des notions différents.

L'ethnographie comme méthode de recherche.

L'ethnographie ne doit pas être considérée uniquement comme une activité non planifiée, elle doit être organisée.

Après 1950, l'ethnographie utilisée était celle pratiquée principalement en Amérique du Nord ou influencée par le culturalisme des États-Unis. Ce type de recherche a également été mené ailleurs. Certains thèmes de ce type ont été repris. La classification a pris de l'importance, le monde a commencé à être conçu de manière sérielle et en termes systémiques, et les anthropologues sont obligés de concevoir le monde de manière classificatoire, pour eux, il y a un ordre dans la réalité. Tout cela est influencé par le structuralisme et les modèles linguistiques sur lesquels il fonde l'ethnographie sont appliqués.

Ils essaient également d'obtenir le données à la fois qualitatives et quantitatives de la réalité.

Sur le terrain, il y a des variations culturelles / personnelles, comment les situations personnelles influencent la perception de la réalité. L'ethnographie doit être réalisée sur la base d'une série de règles que nous traitons à partir de nos champs cognitifs; mais il faut reconnaître que notre perspective est ancrée dans notre travail.

Il y a quelques verbes associés aux techniques qui sont utilisées dans le travail ethnographique, certaines d'entre elles sont la collecte, le stockage, la réparation, la réorganisation, l'expression et l'utilisation de données in situ.

La ethnographie il se fait dans un lieu précis, et le travail de recherche est réalisé in situ (sur le terrain). Certains éléments doivent être pris en compte pour cette activité, comme l'espace où se déroule l'enquête, la procédure que nous avons décidé de tester (il faut clarifier notre compréhension de la réalité), ainsi que le résultat de toute cette procédure.

Il ne faut pas tomber dans l'automatisation, où je n'observe que les concepts que j'ai construits précédemment, il faut aussi prendre en compte les imprévus. Il ne faut pas limiter l'activité ethnographique mais chercher des alternatives.

L'ethnographe doit être neutre lorsque vous trouvez deux opinions opposées sur la réalité, ou dites pourquoi des jugements de valeur sont portés à ce sujet.

Les autres questions à considérer sont les techniques et instrumentsComme ceux-ci dépendent également de la compétence des chercheurs, certains d'entre eux peuvent être l'enregistreur, la photogrammétrie, les cartes aériennes, les ordinateurs. L'utilisation du journal de terrain est extrêmement importante et le dessin est également une partie importante de l'enquête.

  • Il faut tenir compte du fait que les données peuvent varier tout au long de l'enquête et que les premières données peuvent ou non être erronées.
  • Un ethnographe doit posséder certaines caractéristiques telles que la flexibilité, la curiosité, la patience, l'expérimentation, etc.
  • L'ethnographe doit faire preuve de souplesse face au connu et à l'inconnu. Il doit «quotidiennement» l'exotisme, et «exotiser» le quotidien.
  • Il est nécessaire d'avoir la capacité d'impliquer les informateurs dans d'autres situations afin qu'ils fournissent des données différentes de celles du quotidien. De même, l'ethnographe doit arriver à avoir des rapports avec les informateurs, c'est «être sur la même longueur d'onde», comment est la relation avec les informateurs.

L'expérience ethnographique Cela comprend être situé dans le lieu et en même temps être celui qui est observé, les populations locales l'observent également. L'ethnographe se voit de la même manière au milieu des indigènes, cette nouvelle manière d'être doit être observée par lui-même. Il est observé doublement, par les indigènes et par lui-même.

La connaissance de la réalité dépend de la connaissance de soi. Le type de personnes (natifs) avec qui on est lié est déjà une donnée en soi,quelles raisons amènent le chercheur à se rapporter à un type d'informateur?

Lorsque le chercheur arrive, les données commencent à se construire, puisque cette relation chercheur-informateur est créée. En rapport, on découvre beaucoup de choses auxquelles il faut être mentalement préparé.

  • En ethnographie, même si vous entrez dans l'inconnu, vous devez vous mentaliser pour le faire connaître.
  • Un ethnographe est un traducteur d'un «monde significatif», il traduit d'une réalité à une autre.
  • Une ethnographie n'est qu'approximative, elle n'exprime pas une réalité absolue, puisqu'il n'y en a pas qu'une, mais elle se construit en fonction de la perspective de chacun.

Ethnographie et archéologie. Ethnoarchéologie.

Une ligne importante dans le développement de l'archéologie était la compréhension que l'étude menée par des ethnographes dans des communautés vivantes dans différentes parties du monde pourrait être un point de départ utile pour les archéologues, dans leurs efforts pour comprendre le mode de vie de leurs propres ancêtres qui, avaient techniques relativement simples. Des chercheurs tels que Daniel Wilson et John Lubbock ont ​​systématiquement utilisé cette approche ethnographique2.

UNE méthode fondamentale d'analyse pour les archéologues sociaux, il s'agit de l'ethnoarchéologie, qui implique l'étude à la fois de l'usage et de la signification actuels des artefacts, des bâtiments et des structures des sociétés vivantes en question, ainsi que de la manière dont ces objets matériels sont devenus une partie des archives archéologiques - cela s'est produit quand ils ont été jetés. Par conséquent, il s'agit d'une approximation indirecte de la compréhension de toute société passée.

L'idée de observer les sociétés Vivre comme une aide à l'interprétation du passé n'est pas nouveau. Au XIXe et au début du XXe siècle, les archéologues européens ont souvent été inspirés par les travaux des ethnographes dans les sociétés d'Afrique ou d'Australie. Mais les soi-disant «parallèles ethnographiques» qui en résultaient - dans lesquels les archéologues ont souvent lié très simplement les sociétés du passé aux sociétés modernes - avaient tendance à entraver ce nouveau concept.

Aux Etats Unis, des archéologues aux prises avec la réalité vivante des sociétés amérindiennes complexes depuis le début, ce qui les a amenés à réfléchir plus sérieusement à la manière dont l'ethnographie pourrait être utilisée à l'appui de l'interprétation archéologique. Cependant, la véritable ethnoarchéologie n'est en réalité qu'une création des 20 ou 25 dernières années. La différence fondamentale est que ce sont désormais les archéologues eux-mêmes qui mènent l'enquête sur les sociétés vivantes.

Bibliographie:
CONKLIN, Harold C., 1988 (1975). "Ethnographie", dans José R. Llobera (comp), Anthropologie comme science, p. 153-163. Anagramme. Barcelone Espagne.
RENFREW, Colin, BAHN, Paul, 2001 (1998). "Archéologie: théories, méthodes et pratiques". Série de textes. Ediciones Akal S.A. Madrid Espagne.

Je suis mexicain et j'étudie l'archéologie depuis que je suis petit j'aime l'histoire, en particulier tout ce qui concerne l'Egypte, la Grèce, Rome et l'Asie de l'Est. J'adore les sports, en particulier le football et les arts martiaux. Je suis très curieux et j'aime faire des recherches, lire et autres. J'aime aussi la criminologie et la criminologie, alors j'étudie une partie de cela depuis quelques années. J'aime écrire sur divers sujets et j'espère que mes publications vous intéressent


Vidéo: La création despaces sécuritaires en soins de santé pour les personnes qui consomment des drogues