GÉNÉRAL FRANCIS PRESTON BLAIR, JR., États-Unis - Histoire

GÉNÉRAL FRANCIS PRESTON BLAIR, JR., États-Unis - Histoire

STATISTIQUES VITALES
NÉE: 1821 à Lexington, Kentucky.
DÉCÉDÉS: 1875 à Saint-Louis, MO.
CAMPAGNE: Chickasaw Bluffs, Vicksburg, Chattanooga et Marche vers la mer.
RANG LE PLUS ÉLEVÉ ATTEINT : Major général.
BIOGRAPHIE
Francis Preston Blair, Jr., est né à Lexington, Kentucky, le 19 février 1821. Son père était un rédacteur de journal influent et conseiller des présidents Jackson et Lincoln. Le jeune Blair a étudié au College of New Jersey (maintenant appelé Princeton), a obtenu un diplôme en droit au Transylvania College dans le Kentucky et a brièvement été procureur général du territoire du Nouveau-Mexique en 1847. Au cours d'un procès dans le territoire du Nouveau-Mexique, il est entré en conflit avec le gouverneur militaire Sterling Price. Price devint plus tard l'un des principaux adversaires politiques de Blair dans la lutte pour maintenir le Missouri dans l'Union. Blair a été élu membre du Congrès du Missouri. Dans l'affaire Camp Jackson de 1861, il rejoint le brigadier. Le général Nathaniel Lyon remporte l'arsenal de Saint-Louis du contrôle confédéré. Au cours de l'été 1862, Blair recruta sept régiments et fut nommé brigadier général dans l'armée américaine le 7 août de la même année. Major général en novembre 1862, il dirige une division de l'expédition Yazoo. Le major William T. Sherman l'a félicité pour son succès à Chickasaw Bluffs, un des premiers événements de la campagne de Vicksburg. Lorsque le lieutenant John C. Pemberton rendit Vicksburg au major Ulysses S. Grant, Blair commandait la ligne de l'Union au nord de la ville. Au cours de la bataille de Chattanooga, Blair a dirigé le XV corps, commandant plus tard le XVII corps lors de l'approche de Sherman vers Atlanta. Après la chute d'Atlanta, Blair a mené son corps dans la "Marche vers la mer". Il était à Goldsborough, en Caroline du Nord, lorsqu'il apprit que le général confédéré Robert E. Lee s'était rendu. Bien que les généraux Grant et Sherman aient souvent critiqué les généraux « politiques », ils ont loué Blair comme l'un des meilleurs chefs militaires de la guerre. En 1868, Blair est devenu le candidat démocrate à la vice-présidence en 1868 et a été nommé au Sénat pour remplir un mandat en 1871. Il est décédé à St. Louis, Missouri, le 9 juillet 1875.

Francis Preston Blair, Jr.

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Francis Preston Blair, Jr., (né le 19 février 1821 à Lexington, Ky., États-Unis - décédé le 9 juillet 1875, St. Louis, Mo.), homme politique du Missouri de l'avant-guerre, de la guerre civile et de la reconstruction qui s'opposait à l'esclavage et à la sécession, mais est venu plus tard contre la reconstruction radicale et le suffrage noir.

Fils du journaliste politique du même nom, Blair a grandi à Washington, DC, est diplômé de Princeton en 1841 et a fréquenté la faculté de droit de l'Université de Transylvanie, Lexington, Ky. En 1842, il pratiquait le droit avec son frère Montgomery à St. Louis.

Pendant la guerre du Mexique, Blair a été brièvement procureur général du territoire conquis du Nouveau-Mexique. Il est ensuite retourné à son cabinet d'avocats à St. Louis, mais peu de temps après, il a établi le Brûleur de grange, le journal officiel du Free-Soil Party du Missouri. Bien qu'étant lui-même propriétaire d'esclaves, Blair s'est opposé à l'extension de l'esclavage dans les territoires pour des raisons économiques et morales. Il prône une émancipation progressive, suivie de la déportation et de la colonisation des Noirs libérés.

Bien qu'il soit une figure controversée dans le Missouri en raison de son rôle de premier plan dans l'organisation du Free-Soil Party de l'État, Blair a été élu deux fois à la législature du Missouri. En 1856, il a remporté un siège au Congrès, le seul Free-Soiler d'un État esclavagiste à le faire. Il perd sa campagne pour sa réélection en 1858 mais revient au Congrès en tant que républicain en 1860.

Orateur exceptionnel, Blair a vigoureusement fait campagne pour Abraham Lincoln lors du concours présidentiel de 1860 tout en organisant le Parti républicain dans le Missouri. À la Chambre, il a été président de la commission des affaires militaires, tandis qu'au Missouri, il a mobilisé une unité de milice secrète pro-Union appelée les Wide Awakes. C'est en grande partie grâce à Blair que les sympathisants de la sécession au Missouri ont été tenus en échec et que l'État n'a pas rejoint la Confédération.

En 1862, Blair recruta sept régiments dans le Missouri et accepta la nomination comme brigadier général. Il a été promu major général après avoir prouvé ses capacités en tant que commandant à Vicksburg et sur d'autres fronts de bataille. Sa dernière activité militaire de la guerre civile consistait à commander des troupes marchant à travers la Géorgie avec le général William Tecumseh Sherman.

De retour au Congrès en 1864, Blair critique hardiment les républicains radicaux et soutient le plan de reconstruction de Lincoln. Il s'est opposé à donner le droit de vote aux Noirs, à priver les Blancs du Sud du droit de vote et à imposer des gouvernements militaires aux États de la Confédération vaincue. Il a essayé mais n'a pas réussi à reprendre le contrôle du Parti républicain dans le Missouri du contrôle radical. En 1865, il était passé au Parti démocrate et, en 1868, il était le candidat démocrate à la vice-présidence.

Après la victoire d'Ulysses S. Grant à cette élection, Blair a cherché à aligner les démocrates du Missouri sur les républicains libéraux. Cette coalition a finalement évincé les radicaux du contrôle du gouvernement de l'État. Pendant ce temps, Blair a remporté un siège à la législature de l'État et, en 1870, a été choisi pour remplir un mandat non expiré au Sénat américain. Cependant, lorsqu'en 1872, il brigue un mandat complet au Sénat, il est battu. Peu de temps après cette perte, il a été frappé de paralysie et n'a plus jamais occupé de fonction publique importante.

Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Amy Tikkanen, directrice des services correctionnels.


Guerre civile[modifier | modifier la source]

Le général Blair et son état-major

Immédiatement après la sécession de la Caroline du Sud en décembre 1860, Blair, croyant que les dirigeants du sud prévoyaient d'intégrer le Missouri neutre dans le mouvement, a commencé des efforts actifs pour l'empêcher et a personnellement organisé et équipé un corps secret de 1000 hommes formé à partir des paramilitaires Wide Awakes. organisation d'être prête à faire face à l'urgence. Lorsque les hostilités sont devenues inévitables, agissant en collaboration avec le capitaine (plus tard le général) Nathaniel Lyon, il a soudainement transféré les armes de l'arsenal fédéral de St Louis à Alton, dans l'Illinois. Quelques jours plus tard (10 mai 1861), les troupes fédérales encerclent et capturent une force de gardes de l'État qui était stationnée à Camp Jackson dans la banlieue de St Louis avec l'intention de s'emparer de l'arsenal. Cette action a donné à la cause fédérale un avantage initial décisif dans le Missouri, mais a également enflammé les sentiments sécessionnistes dans l'État en raison du massacre de Saint-Louis qui a suivi.

Blair est promu brigadier général des volontaires en août 1862, puis major général en novembre. Il commandait la 1re brigade, qui comprenait la 13e d'infanterie de l'Illinois, les 29e, 30e, 31e et 32e d'infanterie du Missouri, la 58e d'infanterie de l'Ohio, 4e compagnie, Ohio Light Artillery, et la compagnie C, 10e de cavalerie du Missouri.

Francis Preston Blair, Jr.
(statut NSHC)

Dans l'armée américaine, il commanda une division lors de la campagne de Vicksburg et des combats autour de Chattanooga, et fut l'un des commandants de corps de William T. Sherman lors des dernières campagnes en Géorgie et dans les Carolines. Son XVII Corps était engagé à protéger les arrières de l'armée de Sherman jusqu'à plus tard dans la campagne d'Atlanta. Avant de partir pour la Marche vers la Mer, le XVII Corps absorba une partie du détachement du XVI Corps qui avait servi avec Sherman.


Politique anti-esclavagiste

Silver Spring, la maison de campagne de Blair juste à l'extérieur de Washington dans le Maryland, est devenue la Mecque politique des jacksoniens au cours de cette période. Cependant, Blair a quitté bon nombre de ses associés en 1848, lorsqu'il a soutenu la cause Free Soil. Il n'avait jamais été associé à l'abolitionnisme, mais il a déclaré que les lettres et les discours de Van Buren cette année-là l'avaient converti à la nécessité de s'opposer au pouvoir esclavagiste. En 1852, il était prêt à soutenir Thomas Hart Benton pour la nomination de Free Soil, mais approuva plus tard la nomination par les démocrates de Franklin Pierce. Lorsque Pierce nomma des « radicaux du Sud » dans son cabinet, Blair sentit que les démocrates du Nord et modérés avaient été trahis et lorsque le projet de loi Kansas-Nebraska de 1854 fut adopté, ouvrant les territoires à l'esclavage, Blair fut poussé à se battre. « J'espère qu'il y aura suffisamment d'honnêtes patriotes pour y résister », dit-il, « et que l'agression actuelle sera réprimandée. Je suis prêt à consacrer le reste de ma vie à cet objet. Il avait alors 63 ans. Stephen Douglas, dans une invective typique, l'a qualifié de "bon démocrate tombé dans le "républicanisme noir".

Blair était actif dans la cause républicaine en 1856 et en 1860, bien qu'il aurait préféré un « vieux démocrate », il se joignit vigoureusement à la campagne pour Lincoln et devint le conseiller précieux du nouveau président. L'un des fils de Blair était procureur général du cabinet de Lincoln, et un autre était d'abord membre du Congrès du Missouri, puis brigadier général pendant la guerre de Sécession.

En 1864, Blair rencontra en privé Jefferson Davis à Richmond, en Virginie, pour tenter de mettre fin à la guerre, et il organisa la futile conférence de Hampton Roads de 1865. Après la guerre, il souhaita que l'Union soit restaurée « telle qu'elle était » et s'opposa à la Programme républicain radical pour le Sud. Son fils Francis était le candidat à la vice-présidence sur le ticket démocrate avec Horatio Seymour en 1868, et en 1872 Blair a soutenu Horace Greeley. Le vieux syndicaliste jacksonien mourut le 18 octobre 1876.


Politisk général [ redigera | wikitexte redigera ]

Efter valet av Lincoln men innan han tillträtt presidentämbetet utträdde ett antal stater ur Förenta Staterna. I Missouri var läget komplicerat en majoritet av befolkningen ville hålla sig neutral, den nyvalde guvernören Claiborne Fox Jackson var en aktiv separatist som ville att slavstaten Missouri skulle förena sig med Amerikas konfedererade stater. Frank Blair var en kompromisslös syndicaliste som gjorde allt för att bevara Missouri i den Federala unionen. Genom sina kontakter i Washington ordnade han att den glödande abolitionisten kapten Nathaniel Lyon vid den reguljära armén kommenderades som chef för den Federala arsenalen i Saint Louis. Tillsammans organiserade de ett hemvärn huvudsakligen bestående av tyska invandrare och med detta omringade de på våren 1861 statsmilisens läger och avväpnade styrkan. Efter en kortare vapenvila fortsatte den unionistiska offensiven på sommaren 1861 mot Missouris huvudstad Jefferson City och fördrev den separatistiske guvernören Jackson och dennes separatistiska trupper. [ 15 ]

Efter att ha säkrat Missouri för unionen återvände kongressmannen Blair jusqu'à Washington och ställde upp i valet jusqu'à representanthusets talman. Efter sydstaternas unionsutträde hade republikanerna en bekväm majoritet, men Blair blev besegrad av en annan republikan, Galusha Grow eftersom många republikanska kongressmän var skeptiskt inställda till Blairs konservativa republikanism. Familjen Blair hade ordnat så att John Frémont blivit utnämnd till militärbefälhavare i Département de l'Ouest med stab i Saint Louis. Där raserades snart relationerna mellan Frank Blair och Frémont på grund av den sistnämndes radikala politik och korrupta upphandlingar. Jusqu'à ce que la salope avsatte président Lincoln Frémont från militärbefälhavarskapet. Blair återvände till kongressen som ordförande i militärutskottet, men då kongressen tog sommaruppehåll 1862 begav han sig tillbaka till Missouri där han genom egna ansträngningar rekryterade en brigad och konstituer. [ 16 ] [ 17 ]

Frank Blair befordrades snart jusqu'au brigadgeneral och brigadchef. Han stred i slaget vid Chichasaw Bluffs 1862 och utmärkte sig vid belägringen av Vicksburg 1863. Sherman som jusqu'à att börja med varit kritiskt inställd till den politiske Blair utnämnde honom 1863 till armékårchef. Som kårchef deltog han i Chickamaugafälttåget 1863. [ 18 ] Efter Chickamauga återvände Blair till kongressen där han i ett brandtal i början på 1864 riktade förödande anklagelser mot Lincolns finansminister Salmon P. Chase. Blair anklagde den radikale finansministern for korruption och för att med skattebetalarnas pengar ha byggt upp in politisk maskin inför presidentvalet 1864. Angreppet conduit jusqu'à att Chase offentligen avsade sig alla aspirationer som presidentkandidat. [ 19 ] Efter angreppet tog den radikala republikanska fraktionen upp ett överklagande över kongressvalet 1862 som en motkandidat hade ingivit och beslöt att ge Blairs kongressplats till denne. [ 20 ] Blair återvände till armén och deltog som kårchef i slaget om Atlanta och Shermans marsch mot havet 1864 samt Carolinafälttåget 1865. [ 18 ]


Francis Preston Blair

Cette statue de Francis Preston Blair a été offerte à la National Statuary Hall Collection par le Missouri en 1899.

Francis Blair est né le 19 février 1821 à Lexington, Kentucky. Il a fréquenté des écoles à Washington, DC, est diplômé de l'Université de Princeton en 1841 et a étudié le droit à l'Université de Transylvanie. Après son admission au barreau de Lexington, il exerce à Saint-Louis en 1842.

Blair a participé à la guerre du Mexique et a été nommé procureur général du Nouveau territoire mexicain après avoir été sécurisé par le général Kearny. Ami personnel et politique de Thomas Hart Benton, il est devenu connu pour ses opinions opposées à l'esclavage. Il était également un franc-soleur franc et a été élu à la Chambre des représentants des États-Unis en 1852. Il a été défait en 1858 mais réélu en 1860. En 1861, il a contribué à sauver le Missouri pour l'Union. Il a servi comme major général dans l'armée des États-Unis pendant la guerre de Sécession.

À la fin de la guerre, Blair, ayant dépensé une grande partie de sa fortune privée pour soutenir l'Union, était financièrement ruiné. Il a été le candidat démocrate à la vice-présidence en 1868, mais il a été choisi par l'Assemblée législative du Missouri en tant que sénateur des États-Unis en 1871. Il a été défait pour sa réélection en 1873. Au cours de la même année, il a été frappé de paralysie, dont il n'a jamais rétabli. Blair est décédé le 9 juillet 1875.


Francis Preston Blair

Francis Preston Blair, Sr. (12 avril 1791 &# x2013 18 octobre 1876) était un journaliste et homme politique américain. Il a aidé à organiser le nouveau Parti républicain et a présidé sa convention préliminaire à Pittsburgh, Pennsylvanie en février 1856.

Après la réélection de Lincoln en 1864, Blair pensa que ses anciennes relations personnelles étroites avec les dirigeants confédérés pourraient aider à faire cesser les hostilités, et avec le consentement de Lincoln se rendit officieusement à Richmond et incita le président Jefferson Davis à nommer des commissaires pour conférer avec des représentants de aux États-Unis (bien que cela ait pu être le résultat de pressions internes). Cela a abouti à la futile "Hampton Roads Conference" du 3 février 1865. Après la guerre de Sécession, Blair est devenu un détracteur de la politique de reconstruction du président Andrew Johnson et a finalement rejoint le Parti démocrate. Il est mort à Silver Spring, Maryland.

Blair est né à Abingdon, en Virginie. Il a déménagé au Kentucky, a obtenu son diplôme de l'Université de Transylvanie en 1811, s'est tourné vers le journalisme et a contribué au journal d'Amos Kendall, l'Argus, à Francfort. En 1830, devenu un fervent adepte d'Andrew Jackson, il fut nommé rédacteur en chef du Washington Globe, l'organe reconnu du parti Jackson. À ce titre, et en tant que membre du "Kitchen Cabinet" de Jackson, il a longtemps exercé une puissante influence. Le Globe a été l'organe administratif jusqu'en 1841, et le principal organe démocrate jusqu'en 1845. Blair a cessé d'en être le rédacteur en chef en 1849. Pendant son séjour à Washington au service Jackson, Blair a acquis en 1836 ce qui deviendra plus tard la Blair House.

Même s'il détenait des esclaves, Blair est devenu convaincu après la guerre du Mexique que l'esclavage ne devrait pas être étendu au-delà de ce qui est actuellement autorisé. En 1848, il a activement soutenu Martin Van Buren, le candidat de Free Soil, à la présidence, et en 1852, il a soutenu Franklin Pierce, mais peu de temps après, il a aidé à organiser le nouveau Parti républicain et a présidé sa convention préliminaire à Pittsburgh, Pennsylvanie en février. 1856. Il a joué un rôle important dans l'obtention de la nomination de John C. Fr&# x00e9mont à la convention de juin 1856. Lors de la convention de 1860, il a d'abord soutenu la nomination d'Edward Bates à la présidence. Quand il était clair que Bates ne serait pas nommé, Blair a soutenu la nomination d'Abraham Lincoln.

En 1862, Blair avait dit à ses esclaves qu'ils pouvaient "partir quand ils le souhaitaient".

Francis Preston Blair, Sr. (12 avril 1791 &# x2013 18 octobre 1876) était un homme politique américain. En tant que rédacteur en chef du Washington Globe, il était un fervent partisan des démocrates, et faisait partie du président Andrew Jackson&# x2019s &# x2018kitchen cabinet&# x2019. Après avoir brièvement soutenu le parti Free Soil, il a aidé à lancer le nouveau parti républicain en 1854. Au début de la guerre civile, il a personnellement transmis l'offre de Lincoln à Robert E. Lee de commander toutes les armées de l'Union, ce que Lee a rejeté. Après la réélection de Lincoln&# x2019, Blair a organisé la conférence avortée de Hampton Roads, où les conditions de paix ont été discutées avec les confédérés, mais aucun problème de fond n'a été résolu. Deux des trois fils de Blair ont joué un rôle important dans la politique américaine. Francis Preston Blair Sr. était un journaliste américain, rédacteur en chef de journal et figure influente de la politique nationale, conseillant plusieurs présidents américains de tous les partis.

Blair était l'un des premiers membres du Parti démocrate et un fervent partisan du président Andrew Jackson, l'ayant aidé à remporter le Kentucky lors de l'élection présidentielle de 1828. De 1831 à 1845, Blair a travaillé comme rédacteur en chef du Washington Globe, qui a servi de principal instrument de propagande pour le Parti démocrate, et a connu un grand succès. Blair était un conseiller influent du président Jackson et a occupé une place importante dans un groupe de conseillers et d'assistants officieux connu sous le nom de "Kitchen Cabinet".

Blair, bien qu'étant un esclavagiste du Kentucky, finit par s'opposer à l'expansion de l'esclavage dans les territoires occidentaux. Il a soutenu le ticket Free-Soil Party de Martin Van Buren et Charles Francis Adams lors de l'élection présidentielle de 1848. En 1854, en opposition à la loi du Kansas&# x2013Nebraska, il a quitté le Parti démocrate et a aidé à établir le Parti républicain. Blair a été conseiller du président Abraham Lincoln pendant la guerre de Sécession. En 1861, il fut envoyé par Lincoln pour offrir le commandement d'une grande armée de l'Union au colonel Robert E. Lee, qui refusa et rejoignit à la place la Confédération. Blair a également aidé à organiser la Conférence de Hampton Roads de 1865, une tentative ratée de mettre fin à la guerre.

Après la victoire de l'Union, Blair est devenu déçu par la reconstruction radicale, une politique promue par de nombreux membres du Parti républicain. Il a finalement quitté le parti et a rejoint les démocrates. Son fils, Francis Preston Blair Jr., était le candidat du parti au poste de vice-président sur un ticket perdant aux élections de 1868. Blair est décédé en 1876 à l'âge de 85 ans.

Blair est né à Abingdon, en Virginie, de James Blair, un avocat devenu procureur général du Kentucky, et d'Elizabeth Smith. Élevé à Frankfort, Kentucky et appelé Preston par les membres de la famille, il est diplômé de l'Université de Transylvanie avec mention en 1811. Il a étudié le droit, a été admis au barreau en 1817 mais n'a pas exercé en raison d'un défaut vocal. Il s'est tourné vers le journalisme et est devenu un collaborateur du journal d'Amos Kendall, le Frankfort Argus.

Au cours de la tourmente sociale et financière causée par la panique de 1819, Blair a rejoint le soi-disant Parti de secours du Kentucky. Il a participé à la controverse Old Court &# x2013 New Court dans le Kentucky. Il était président de la Banque publique du Commonwealth, qui a ouvert ses portes en mai 1821 pour soulager les débiteurs. La charte de la Banque a été rejetée par la Cour d'appel du Kentucky (KCoA), qui était soutenue par la 7e Cour d'appel des États-Unis. La KCoA a jugé que les mesures d'allègement déjà commencées étaient inconstitutionnelles. La législature de l'État a aboli la KCoA et créé une nouvelle Cour d'appel, mais les juges de l'ancienne KCoA ont refusé d'accepter cet acte ou de remettre les dossiers de la Cour. En 1824, Blair fut nommé greffier de la « nouvelle cour » et dirigea un groupe qui pénétra par effraction dans le bureau du greffier et saisit les dossiers. Quelques années plus tard, la Nouvelle Cour a été abolie et Blair a rendu les dossiers.

Fervent adepte d'Andrew Jackson, il l'aida à remporter le Kentucky lors de l'élection présidentielle de 1828. En 1830, il est nommé rédacteur en chef du Washington Globe, le journal qui est l'organe reconnu de la démocratie jacksonienne. À ce titre, et en tant que membre du conseil consultatif officieux de Jackson&# x2019s, le soi-disant "Kitchen Cabinet", il a exercé une puissante influence sur la politique nationale. Le Washington Globe fut la voix de l'administration jusqu'en 1841, et le principal organe démocrate jusqu'en 1845, date à laquelle Blair cessa d'en être le rédacteur en chef. Il s'est associé à John C. Rives et a lancé une imprimerie, recevant des commandes rentables du Congrès, notamment la publication des délibérations du Congrès dans The Congressional Globe, le précurseur du Congressional Record. Pendant son séjour à Washington au service de Jackson, Blair acquit en 1836 ce qui devint plus tard la Blair House à Washington, D.C.

Blair a soutenu James K. Polk lors de l'élection présidentielle de 1844, cependant, il n'a pas établi de bons rapports avec Polk et a été contraint de vendre sa participation dans le Washington Globe. En 1848, il soutient activement Martin Van Buren, candidat de Free Soil, à la présidence. Ensuite, en 1852, Blair a soutenu Franklin Pierce, mais est devenu désillusionné par son administration après que Pierce a soutenu le Kansas&# x2013Nebraska Act. Avec d'autres démocrates anti-esclavagistes du sol libre, Blair a aidé à organiser le nouveau Parti républicain et a présidé sa convention préliminaire de 1856 à Pittsburgh le 22 février 1856, forgeant un bloc de parti à partir d'éléments discordants de Whigs, abolitionnistes, libres- solistes et nativistes. Il a utilisé son expérience politique, son influence et sa persuasion pour créer un élan pour un nouveau parti.

Lors de la Convention nationale républicaine de 1856, il a joué un rôle important dans l'obtention de la nomination de John C. Fr&# x00e9mont, qui était marié à Jessie Benton Fr&# x00e9mont, une fille de son vieil ami, Thomas Hart Benton, pour la présidence.[7] :163&# x2013164 Lors de la convention républicaine de 1860, en tant que délégué général du Maryland, il a initialement soutenu Edward Bates pour la nomination présidentielle de 1860. Quand il est devenu clair que Bates ne réussirait pas, Blair a soutenu la nomination d'Abraham Lincoln.[3][8]:Ch. 8.

L'aîné Blair a pris sur lui de conseiller Lincoln, et ses deux fils, Francis Blair, qui est devenu un général de l'Union, et Montgomery Blair, qui a rejoint le cabinet de Lincoln, étaient des associés de confiance du président. Le 17 avril 1861, trois jours seulement après la capitulation de Fort Sumter, Lincoln a demandé à Francis Blair de transmettre son offre au colonel Robert E. Lee de commander l'armée de l'Union. Le lendemain, Lee a rendu visite à Blair de l'autre côté de Lafayette Square depuis la Maison Blanche. Lee a émoussé Blair&# x2019s offre de la commande de l'Union en disant : "M. Blair, je considère la sécession comme de l'anarchie. Si je possédais les quatre millions d'esclaves du Sud, je les sacrifierais tous à l'Union, mais comment puis-je tirer mon épée sur la Virginie, mon État natal ? » 350

Après la réélection de Lincoln en 1864, Blair pensait que ses anciennes relations personnelles étroites avec les dirigeants confédérés, y compris le président Jefferson Davis, pourraient aider à faire cesser les hostilités, et avec le consentement de Lincoln se rendit officieusement à deux reprises à Richmond et incita le président Davis nommer des commissaires dont le vice-président confédéré Alexander H. Stephens pour s'entretenir avec des représentants des États-Unis. Cette manœuvre politique aboutit à la futile conférence de Hampton Roads du 3 février 1865.

Pendant l'ère de la reconstruction, Blair a préconisé une réunification rapide sans faire peser beaucoup de fardeau sur les États du Sud et s'est prononcé contre les politiques de reconstruction des républicains radicaux dans le Sud. Il est devenu un allié politique du président Andrew Johnson et a finalement rejoint le Parti démocrate.

Preston Blair a définitivement établi sa résidence à Washington, D.C. après avoir acquis en 1836 une habitation en brique sur 1651 Pennsylvania Avenue Northwest, qui est d'abord connue sous le nom de Blair&# x2019s House, puis simplement, Blair House. En 1840, Blair, et peut-être sa fille Elizabeth, ont rencontré une source "parsemée de mica" à proximité de Seventh Street Pike, aujourd'hui Acorn Park sur Blair Mill Road. de l'avenue rebaptisée Georgia dans le comté de Montgomery, dans le Maryland. Il aimait tellement l'emplacement actuel de l'East West Highway et de Newell Street, Silver Spring, Maryland, qu'il acheta le terrain environnant et construisit en 1849 une spacieuse maison d'été, qu'il appela The Silver Spring. Son fils James, un officier de marine, et sa femme Mary vivaient dans un cottage de deux étages sur le domaine, le nommant finalement, The Moorings. L'autre fils de Blair, Montgomery, a construit une maison d'été pour sa famille à proximité, l'appelant, Falkland, il a été incendié en 1864 lors d'un raid confédéré par le général Jubal Early. Le général Early a nié toute implication personnelle dans la destruction de Falkland et s'est attribué le mérite d'avoir sauvé The Crystal Spring du pillage :176

En 1854, Blair a donné sa maison de Washington, DC à son fils Montgomery et s'est installé de façon permanente à Silver Spring. Après sa mort, sa fille Elisabeth a hérité de la maison pour sa vie.

Même s'il détenait des esclaves comme domestiques dans sa maison, Blair est devenu convaincu après la guerre mexicaine et américaine que l'esclavage ne devrait pas être étendu au-delà de ce qui est actuellement autorisé : Ch. 1. En 1862, Blair avait dit à ses esclaves qu'ils pouvaient « partir quand ils le souhaitaient », il a dit plus tard que « tous sauf un refusaient le privilège », choisissant de rester comme serviteurs : Ch. 17.

Après la guerre civile, Blair a placé tous ses espoirs et aspirations politiques avec son fils, Francis "Frank" Blair qui était en 1868 le candidat démocrate à la vice-présidence et en 1871 est devenu un sénateur américain. En 1875, Frank mourut et Blair mourut un an plus tard dans sa propriété de Silver Spring, Maryland, à l'âge de 85 ans.

Francis a épousé Eliza Violet Gist le 21 juillet 1812. Il avait trois fils, Montgomery Blair (1813&# x20131883), James L. Blair (1819&# x20131852) et Francis "Frank" Preston Blair, Jr. (1821&# x20131875), et deux filles , Juliet Blair (1816&# x20131819) et Elizabeth Blair (1818&# x20131906). Montgomery et Francis sont devenus importants dans la politique américaine. Son troisième fils James, qui a participé en tant qu'aspirant à l'exploration de l'Antarctique et a ensuite été nommé lieutenant dans la marine américaine, a fait fortune pendant la ruée vers l'or en Californie, mais est décédé à un âge précoce. La fille de Blair, Elizabeth a épousé le contre-amiral Samuel Phillips Lee et était une amie proche de Mary Todd Lincoln. Son neveu, Benjamin Gratz Brown (1826&# x20131885) était également enclin à la politique, devenant un sénateur américain et gouverneur du Missouri. Son petit-fils, Blair Lee I, est devenu un sénateur américain du Maryland.

En tant que rédacteur en chef du journal The Washington Globe pendant quinze ans et éditeur du Congressional Globe, Preston Blair est devenu une figure politique influente de l'ère jacksonienne et a été conseiller officieux des présidents Andrew Jackson et Martin Van Buren. En idéalisant dans ses écrits le républicanisme et la démocratie comme idéaux nationaux, il a contribué à faire grandir à l'époque l'esprit populaire de l'américanisme.[9] Blair a conservé son capital politique pendant la présidence de Van Buren, mais a ensuite commencé à perdre son influence politique à mesure que l'aile pro-esclavagiste du Parti démocrate gagnait en pouvoir.

En réponse, après avoir brièvement soutenu le parti Free Soil, il a aidé à lancer le nouveau parti républicain en 1854. Au début de la guerre civile, il a personnellement transmis Lincoln&# x2019s offre à Robert E. Lee de commander toutes les armées de l'Union, qui Lee a rejeté. Pendant la guerre, Blair a été conseiller politique officieux de Lincoln. Après la réélection de Lincoln&# x2019, Blair a organisé la conférence avortée de Hampton Roads, où les conditions de paix ont été discutées avec les confédérés, mais aucun problème de fond n'a été résolu. Il s'est opposé à la reconstruction radicale du Congrès du Sud après la guerre civile.

Professeur d'histoire américaine de l'Université de Miami, William Ernest Smith a écrit en 1933, que Francis Preston Blair et ses deux fils, Francis et Montgomery, " sont les représentants d'une plus longue période d'influence dans la politique américaine que toute autre famille à l'exception de la famille Adams. " Deux des trois fils de Blair, Montgomery Blair et Francis Preston Blair, Jr. ont joué un rôle important dans la politique américaine, sa fille, Elizabeth Blair Lee, était la confidente de Mary Todd Lincoln. La résidence de Blair à Washington, D.C., avec sa riche histoire, a résisté à l'épreuve du temps et fait actuellement partie du complexe President's Guest House.

La ville de Silver Spring, dans le Maryland, tire son nom du domaine de Blair. Des trois maisons reliées aux Blair à Silver Spring, seule la maison de James Blair a survécu. Violet Blair Janin, une fille de James et Mary Blair, a désigné la maison dans son testament pour l'usage public et l'a renommée de Moorings à Jesup Blair House en l'honneur de son frère. Il est actuellement situé au centre du parc Blair de 14,5 acres à Silver Springs et est administré par la Maryland-National Capital Park and Planning Commission.

En 1885, une nouvelle école au 635 I Street, NE a été rebaptisée "Blair School" en l'honneur de Francis P. Blair Sr. L'école a été fermée avant 1978 lorsque le bâtiment est devenu la maison de Blair House, un grand centre de logement de réadaptation transitoire.


Ижайшие родственники

À propos du sénateur major général Francis Preston Blair, (D-MO)

Francis Preston Blair, Jr. (19 février 1821 &# x2013 9 juillet 1875) était un homme politique américain et général de l'armée de l'Union pendant la guerre de Sécession. Il a représenté le Missouri à la fois à la Chambre des représentants et au Sénat, et il a été le candidat du Parti démocrate à la vice-présidence en 1868.

Blair est né à Lexington, Kentucky. Il était le fils de Francis Preston Blair et le frère de Montgomery Blair. Il était aussi le cousin de B. Gratz Brown. Il a fréquenté des écoles à Washington, DC, est diplômé de l'Université de Princeton en 1841 et a étudié le droit à l'Université de Transylvanie. Après son admission au barreau de Lexington, il exerce à Saint-Louis en 1842.

Blair a participé à la guerre américano-mexicaine et a été nommé procureur général du territoire du Nouveau-Mexique après avoir été sécurisé par le général Stephen W. Kearny. Ami personnel et politique de Thomas Hart Benton, il est devenu connu pour ses opinions opposées à l'esclavage. Blair served in the Missouri House of Representatives from 1852 to 1856. He was an outspoken Free-Soiler and was elected as a Republican to the United States House of Representatives in 1856. He was defeated in 1858, but successfully contested the election and was finally seated on June 8, 1860, resigning on June 25, 1860. He was unsuccessful as a candidate in the special election to fill the vacancy caused by his own resignation, but was elected in 1860 to the 37th Congress, serving until his resignation in July 1862 to become a Colonel in the Union Army. He was subsequently elected in 1862 to the 38th Congress, but had to relinquish his seat on June 10, 1864, after Samuel Knox successfully contested his election. In Congress, he served as chairman of the important Military Affairs Committee.

In the days following Lincoln's election, when it became evident that several southern states were advocating secession, Blair was among the leaders of a new political movement in Missouri, the Unconditional Union Party, which advocated the use of force, if necessary, to prevent Missouri from following suit.

Immediately after South Carolina's secession in December 1860, Blair, believing that the southern leaders were planning to carry neutral Missouri into the movement, began active efforts to prevent it and personally organized and equipped a secret body of 1000 men formed out of the paramilitary Wide Awakes organization to be ready for the emergency. When hostilities became inevitable, acting in conjunction with Captain (later General) Nathaniel Lyon, he suddenly transferred the arms in the Federal arsenal at St Louis to Alton, Illinois. A few days later (May 10, 1861), Federal troops surrounded and captured a force of state guards which had been stationed at Camp Jackson in the suburbs of St Louis with the intention of seizing the arsenal. This action gave the Federal cause a decisive initial advantage in Missouri but also inflamed secessionist sentiments in the state due to the subsequent St. Louis Massacre.

Blair was promoted brigadier general of volunteers in August 1862 and then to major general in November. He commanded the 1st Brigade, which consisted of the 13th Illinois Infantry, the 29th, 30th, 31st, and 32nd Missouri Infantries, the 58th Ohio Infantry, 4th Company, Ohio Light Artillery, and Company C, 10th Missouri Cavalry.

In the US Army, he commanded a division in the Vicksburg campaign and in the fighting about Chattanooga, and was one of William T. Sherman's corps commanders in the final campaigns in Georgia and the Carolinas. His XVII Corps was engaged protecting the rear areas of Sherman's army until later in the Atlanta Campaign. Before it left on the March to the Sea, XVII Corps absorbed part of the detachment of XVI Corps that had served with Sherman.

At the close of the war, Blair, having spent much of his private fortune in support of the Union, was financially ruined. In 1866 like his father and brother he opposed the Congressional Reconstruction policy, and on that issue left the Republican Party. He was the unsuccessful Democratic candidate for vice president in 1868, running with Horatio Seymour. Blair contributed to the Democratic defeat by going on a speaking tour in which he framed the contest with Ulysses S. Grant and the pro-Reconstruction Republicans in stark racist terms, warning of the rule of "a semi-barbarous race of blacks who are worshipers of fetishes and poligamists" and wanted to "subject the white women to their unbridled lust."[1] At least one Democratic Congressman saw Blair as the cause of Seymour's defeat, calling his behavior "stupid and indefensible."[1]

Blair had an odd minor notoriety, when on July 29, 1870, he was an accidental witness to an incident in a famous homicide case. Staying at the then famous Fifth Avenue Hotel, facing West 23rd Street off Fifth Avenue, Blair woke up to cries of help from across the street. He watched from his hotel window as two men ran out of a brownstone mansion across the street. They were two of the sons of Mr. Benjamin Nathan, the Vice President of the New York Stock Exchange, who had been bludgeoned to death the previous night. There was a series of hearings, and even suspicion towards several people, but the mystery was never solved.

In 1871 Blair was chosen by the Missouri Legislature as a United States Senator. On November 16, 1872, he was stricken down by paralysis, from which he never recovered. Largely, if not entirely, owing to his stricken condition he was defeated for reelection to the Senate in January 1873. Blair learned to write painfully with his left hand and continued his political efforts.

Blair's consuming interest in politics kept him active and a candidate for office until his death from a fall in 1875. He is interred in Bellefontaine Cemetery.

In 1899, the state of Missouri donated a marble statue of Blair to the U.S. Capitol's National Statuary Hall Collection.

Francis Preston Blair Jr. was an American jurist, politician and soldier. He represented Missouri in both the House of Representatives and the Senate, and was active in preventing the state of Missouri from being absorbed into the Confederacy at the beginning of the Civil War.

Blair was instrumental in appointing Nathaniel Lyon as the new military commander of the Western Department of the U.S. Army. He assisted Lyon in securing help of the St. Louis' Home Guard in moving over 20,000 rifles and muskets from the St. Louis Arsenal to Illinois. Missouri secessionists considered this event as breaking of informal truce established in the state. This set the scene for the Camp Jackson Affair and continuing guerrilla activity by outraged pro-slavery elements. In 1862, Blair joined the Missouri volunteers, being promoted major general, commanded a division at Vicksburg under Sherman, took part in Sherman's March to the Sea and ended the war as a corps commander.

In 1868, he was Horatio Seymour's vice-presidential candidate, but his dramatic speeches about the dangers of black emancipation were believed by some to have cost the Democrats the election. Blair suffered a paralyzing stroke in 1872, but continued to be active in state politics until his death.

Blair was born in Lexington, Kentucky. He was the third and youngest son of newspaper editor and politician Francis Preston Blair, and Eliza Violet (Gist) Blair. He was the brother of Montgomery Blair, a Mayor of St. Louis and Postmaster General under Lincoln, and the cousin of B. Gratz Brown, a U.S. Senator and Governor of Missouri. Blair attended schools in Washington, D.C., was matriculated in Yale and the University of North Carolina, but graduated from Princeton University in 1841, and then studied law at Transylvania University. After his admission to the Kentucky bar in Lexington, he went on to practice in St. Louis in 1842 with his elder brother in 1842-1845, he worked in the law office of Thomas Hart Benton.

In fall 1845, Blair traveled to the West for buffalo hunt and stayed for a winter in eastern Colorado with his cousin George Bent in Bent’s Fort, a settlement on the Santa Fe Trail. After the Mexican-American War started he joined the expedition of General Stephen W. Kearny in Santa Fe, who then appointed Blair as an attorney general for the New Mexico Territory after it was secured. In collaboration with Alexander William Doniphan, Willard Preble Hall, and David Waldo, Blair developed an American Code of Law for the region and became a judge of the newly established circuit court.

Being more interested in politics than law, Blair came back to St. Louis in the summer of 1847. A personal and political friend of Thomas Hart Benton, he became known for his views opposing slavery and strong advocacy of free soil politics. Blair served in the Missouri House of Representatives from 1852 to 1856. He was an outspoken Free-Soiler and was elected as a Republican to the United States House of Representatives in 1856. On January 14, 1858, he delivered a major speech describing slavery as a national problem, proposing to solve it by both gradual emancipation and the settling of freed slaves in South and Central America.[3][4] A year later in Boston, he gained national prominence with his speech, The Destiny of the Races of This Continent.

Towards the end of his first term, Blair was defeated in his bid for re-election in 1858 by John R. Barret. He went on to successfully contest the results and was finally seated in the 36th Congress on June 8, 1860. However, he resigned just seventeen days later on June 25, then lost his bid in the subsequent special election, the seat instead being refilled by Barret on December 3. In the regular election of 1860, he was subsequently re-elected to the 37th Congress, serving in it as chairman of the important Military Affairs Committee. He again resigned in July 1861 in order to become a colonel in the Union Army. In 1862, he won election to the 38th Congress but in a reversal of fortune was himself forced to relinquish his seat on June 10, 1864 after his opponent, Samuel Knox, successfully contested the results.

The Blairs were unwavering supporters of Abraham Lincoln during his rise to the presidency and years in office and in return enjoyed his political patronage. In December 1863, Lincoln said, "The Blairs have to an unusual degree the spirit of clan. Their family is a close corporation. Frank is their hope and pride. They have a way of going with a rush for anything they undertake, especially have Montgomery and the Old Gentleman."

In the days following Lincoln's election as president, when it became evident that several Southern states were advocating secession, Blair was among the leaders of a new political movement in Missouri, the Unconditional Union Party, which advocated the use of its paramilitary Home Guard, if necessary, to prevent Missouri from seceding.

Immediately after South Carolina's secession in December 1860, Blair, believing that the southern leaders were planning to carry neutral Missouri into the movement, began active efforts to prevent it. He personally organized and equipped a force of several thousand strong Home Guard, drawn from the Wide Awakes, the Republican marching clubs of the 1860 presidential campaign, and the members of the German gymnastic movement in St. Louis, Turnverein. When tensions rose, Blair and Captain (later brigadier general) Nathaniel Lyon suddenly transferred the arms in the U.S. Arsenal at St. Louis to Alton, Illinois. On May 10, 1861, Lyon, with the Home Guards and a U.S. regular Army company, captured several hundred secessionist state militia which had been positioned to seize the Arsenal. The Camp Jackson Affair gave the Federal cause a decisive initial advantage in Missouri but also inflamed secessionist sentiments in the state.

Open warfare between Union forces and the followers of pro-Southern Missouri governor Claiborne Jackson was imminent. To avoid this, General William S. Harney, the Army commander in Missouri, agreed to the Price-Harney Truce with Missouri State Guard commander Sterling Price on 21 May.

Blair objected, and contacted Republican leaders in Washington. Within a few weeks, Harney was replaced by Lyon as temporary commander. Lyon drove Jackson and Price to the southwestern corner of Missouri before he was killed at the Battle of Wilson's Creek, while Blair helped organize a new all-Unionist state government, and John C. Frémont took over as the U.S. Army Western Department commander.

Frémont was himself a prominent Republican with Missouri connections. Blair soon came to regard Frémont as a political rival, and they clashed over many aspects of Frémont's operations in Missouri. Frémont as the regional Army commander was responsible for spending a lot of money in a great hurry for supplies and equipment. Blair expected most of this money to go his allies in the St. Louis business community, but Frémont and his staff had their own ideas. Blair's bitter complaints, added to the waste and corruption, helped discredit Frémont, who was replaced on November 2.

Blair was appointed a colonel of Missouri volunteers in July 1862. He was promoted brigadier general of volunteers in August 1862 and then to major general in November. After winning re-election to the House of Representatives, Blair supposedly resigned from his seat order to lead troops on November 29, 1862, but he never formally submitted his resignation.

In Missouri, Blair commanded a brigade consisting of the 13th Illinois Infantry, the 29th, 30th, 31st, and 32nd Missouri Infantry, the 58th Ohio Infantry, 4th Company, Ohio Light Artillery, and Company C, 10th Missouri Cavalry.

Blair subsequently commanded a division in the Vicksburg campaign and in the fighting about Chattanooga, and was one of William T. Sherman's corps commanders in the final campaigns in Georgia and the Carolinas. His XVII Corps was engaged protecting the rear areas of Sherman's army until later in the Atlanta Campaign. Before it left on the March to the Sea, XVII Corps absorbed part of the detachment of XVI Corps that had served with Sherman.

At the close of the war, Blair, having spent much of his private fortune in support of the Union, was financially ruined.

In 1866, like his father and brother he opposed the Congressional Reconstruction policy, and on that issue left the Republican Party. He was the unsuccessful Democratic candidate for vice president in 1868, running with Horatio Seymour. Blair contributed to the Democratic defeat by going on a speaking tour in which he framed the contest with Ulysses S. Grant and the pro-Reconstruction Republicans in stark racial terms, warning of the rule of "a semi-barbarous race of blacks who are worshipers of fetishes and poligamists" and wanted to "subject the white women to their unbridled lust." At least one Democratic Congressman saw Blair as the cause of Seymour's defeat, calling his behavior "stupid and indefensible."

Blair had an odd minor notoriety, when on July 29, 1870, he was an accidental witness to an incident in a famous homicide case. Staying at the then famous Fifth Avenue Hotel, facing West 23rd Street off Fifth Avenue, Blair woke up to cries of help from across the street. He watched from his hotel window as two men ran out of a brownstone mansion across the street. They were two of the sons of Benjamin Nathan, the Vice President of the New York Stock Exchange. Benjamin Nathan was found in the mansion, bludgeoned to death. There was a series of hearings, and even suspicion towards several people, but the mystery was never solved.

In 1871 Blair was chosen by the Missouri Legislature as a United States Senator. On November 16, 1872, he was stricken down by paralysis, from which he never recovered. Largely owing to his stricken condition, he was defeated for reelection to the Senate in January 1873. Blair learned to write painfully with his left hand and continued his political efforts.

Blair's consuming interest in politics kept him active and he served as Missouri's state superintendent of insurance until his death from head injuries after a fall in 1875. He is interred in Bellefontaine Cemetery.

In 1847, Blair married Appoline Alexander, they had eight children.

William T. Sherman after hearing about Blair's death said, "I always regarded him as one of the truest patriots, most honest and honorable men, and one of the most courageous soldiers this country ever produced." Ulysses S. Grant wrote about Frank Blair in his memoir that, "There was no man braver than he, nor was there any who obeyed all orders of his superior in rank with more unquestioning alacrity. He was one man as a soldier, another as a politician."

In 1885, a statue to Senator Blair was erected at the entrance to Forest Park in St. Louis at the intersection of Kingshighway and Lindell Blvds.


MAJOR GENERAL FRANCIS P. BLAIR JR. - DOCUMENT SIGNED 01/15/1865 CO-SIGNED BY: MAJOR GENERAL MORTIMER D. LEGGETT, MAJOR WHEELOCK PRATT - HFSID 276888

FRANCIS BLAIR JR.
A slave-owner who supported Lincoln, expended his fortune in the Union cause and won Grant and Sherman's praise for his generalship, he opposed Reconstruction and ran for Vice President as a Democrat.

Document Fragment signed: "Frank P Blair Jr/Maj Gen" as Commander of the XVII Corps. Also signed "M. D. Leggett Brig Genl/Commanding 3 Div. 17 C", and by an unidentified ordnance officer. 1p, 8¾x3½. No place, circa 1865. Signature portion of a requisition form, with receipt of the items acknowledged by Captain Wheelock Pratt, 1865 January 15. Francis Preston Blair Sr., a close friend and advisor of President Andrew Jackson, rallied to the support of President Lincoln, becoming known as "Lincoln's conservative." One of his sons, Montgomery Blair, became Postmaster General in Lincoln's Cabinet. His older son, FRANCIS P. BLAIR JR. (1821-1875), intermittently occupied a seat in Congress while rising to a corps command in the Union Army. The Blairs, influential in the border states of Kentucky and Missouri, were slave-owners, but opposed the extension of slavery to the territories. Frank Blair Jr. played a key role in organizing loyal militia in Missouri, thus playing a vital role in keeping that state in the Union. Having raised seven regiments of volunteers, he was made a Brigadier General in August and a Major General in November of that year. Blair's was no mere paper commission. While continuing to occupy intermittently a seat in Congress, he commanded an army division under General Grant at Vicksburg (1863) and a corps under Sherman in the Georgia campaign of 1864-1865, winning the praise of both of the Union's greatest generals. Meanwhile, however, Frank Jr., the most hot-tempered of the always quarrelsome Blairs, complicated President Lincoln's life by openly criticizing other members of the Cabinet, especially Treasury Secretary Salmon Chase. After Lincoln's assassination, Blair, who had spent all of his personal fortune to support the war effort but who favored a gradual approach to emancipation, and readmission of the southern states under lenient conditions, rejoined the Democratic Party. In 1868, he was the Democratic nominee for Vice President, running unsuccessfully with Horatio Seymour against his former commander, Ulysses S. Grant. Blair is one of two Missourians enshrined in the Hall of Statuary of the U.S. Capitol.MORTIMER D. LEGGETT (1821-1896)led a Brigade in the Vicksburg campaign and rose to divisional and temporary corps commands in Sherman's Atlanta campaign. A key position defended by his unit became known as Leggett's Hill. After the war, he was a lawyer and successful businessman. President Grant appointed him Patent Commissioner in 1871. More research on WHEELOCK PRATT might be warranted. In 1863 he commanded Company C of the 55th Massachusetts Regiment, a black regiment with white officers, the sister regiment of the 54th, remembered in the film Glory. He participated in the bitter campaign to capture Fort Wagner in Charleston Harbor, a struggle also recalled in that film. Lightly soiled. Pencil notation (unknown hand) pointing to Blair's signature. Otherwise, fine condition.

Following offer submission users will be contacted at their account email address within 48 hours. Our response will be to accept your offer, decline your offer or send you a final counteroffer. All offers can be viewed from within the "Document Offers" area of your HistoryForSale account. Please review the Make Offer Terms prior to making an offer.

If you have not received an offer acceptance or counter-offer email within 24-hours please check your spam/junk email folder.


Postbellum activities

At the close of the war, Blair, having spent much of his private fortune in support of the Union, was financially ruined.

In 1866 like his father and brother he opposed the Congressional Reconstruction policy, and on that issue left the Republican Party. He was the unsuccessful Democratic candidate for vice president in 1868, running with Horatio Seymour. Blair contributed to the Democratic defeat by going on a speaking tour in which he framed the contest with Ulysses S. Grant and the pro-Reconstruction Republicans in stark racial terms, warning of the rule of "a semi-barbarous race of blacks who are worshipers of fetishes and poligamists" and wanted to "subject the white women to their unbridled lust." [1] At least one Democratic Congressman saw Blair as the cause of Seymour's defeat, calling his behavior "stupid and indefensible." [1]

Blair had an odd minor notoriety, when on July 29, 1870, he was an accidental witness to an incident in a famous homicide case. Staying at the then famous Fifth Avenue Hotel, facing West 23rd Street off Fifth Avenue, Blair woke up to cries of help from across the street. He watched from his hotel window as two men ran out of a brownstone mansion across the street. They were two of the sons of Benjamin Nathan, the Vice President of the New York Stock Exchange, who had been bludgeoned to death the previous night. There was a series of hearings, and even suspicion towards several people, but the mystery was never solved.

In 1871 Blair was chosen by the Missouri Legislature as a United States Senator. On November 16, 1872, he was stricken down by paralysis, from which he never recovered. Largely owing to his stricken condition, he was defeated for reelection to the Senate in January 1873. Blair learned to write painfully with his left hand and continued his political efforts.

Blair's consuming interest in politics kept him active and a candidate for office until his death from a fall in 1875. He is interred in Bellefontaine Cemetery.

In 1899, the state of Missouri donated a marble statue of Blair to the U.S. Capitol's National Statuary Hall Collection.

A statue to Senator Blair was erected at the entrance to Forest Park in Saint Louis at the intersection of Kingshighway and Lindell Blvds. in 1885.