Delaware 2016 - Histoire

Delaware 2016 - Histoire


Pleins feux sur l'histoire d'octobre 2016 : Lexington, une histoire américaine

Le mois dernier, nous avons appris l'existence du tout premier site du King's College, le domaine Marconi à Belmar, dans le New Jersey. Ce mois-ci, nous tournons notre attention vers la résidence secondaire du Collège dans le Delaware : un manoir appelé Lexington, construit par un citoyen-agriculteur extrêmement industrieux nommé Philip Reybold entre 1840 et 1845.

Le mois dernier, nous avons appris l'existence du tout premier site du King's College, le domaine Marconi à Belmar, dans le New Jersey. Ce mois-ci, nous tournons notre attention vers la résidence secondaire du Collège dans le Delaware : un manoir appelé Lexington, construit par un citoyen-agriculteur extrêmement industrieux nommé Philip Reybold entre 1840 et 1845.

Toute la région du nord du Delaware, avec la majeure partie de ce qui est maintenant le New Jersey, toute la Pennsylvanie depuis la rivière Susquehanna à l'est et le sud-est de New York, abritait à l'origine la tribu Lenape, dont le nom signifie simplement «peuple». L'écrivain de fiction historique, reconstituteur et chercheur local Thomas Tear écrit : « Considérée comme la plus ancienne tribu de la côte est, la tradition orale des Lenape prétendait qu'ils étaient ici depuis la nuit des temps. Au moins vingt autres tribus de la côte Est les ont appelés les « grands-pères » et ont confirmé qu'ils descendaient des Lenapes. »[1]

Lorsque la rivière Delaware était encore connue sous le nom de Lenapehanna, une piste cavalière la longeait qui complétait les déplacements en eau pour des besoins tels que la chasse, l'agriculture et le commerce. Les colons hollandais l'ont amélioré et allongé, et il est devenu une route principale rentable entre Philadelphie et le nord du Delaware. Le long de cette route vieille de 400 ans, un homme du nom de John Newbold a acheté un terrain en 1801.[2] Il a finalement fondé Delaware City, mais a également loué un terrain à Philip Reybold, qui a finalement construit le manoir qui deviendrait la maison de King.

Philip Reybold a travaillé dans l'entreprise de dressage de moutons de son père lorsqu'il était enfant. En 1793, alors qu'il avait dix ans, son père mourut et il se mit au travail pour aider sa mère et sa sœur. Il a transporté des moutons au marché de Philadelphie sur une charrette à bras ou une brouette. Entre dix et dix-neuf ans, il connaît un succès croissant et se marie en 1801 à dix-neuf ans avec Elizabeth Dilcart, qui lui donnera douze enfants. Pendant neuf autres années, il a exercé son métier à Philadelphie, puis a déménagé à la campagne pour devenir agriculteur. Il a trouvé un partenaire commercial nommé Worknot, avec qui il a acheté plus de 1 000 acres de terrain dans le Red Lion Hundred.[3] Worknot n'a pas effectué ses paiements et les deux hommes ont été saisis par le propriétaire. Rien de décourageant, Reybold a loué la même propriété du même propriétaire - sans partenaire - qui s'est mis à élever des moutons mérinos, et a suffisamment profité pour louer une parcelle supplémentaire à John Newbold, où il a cultivé des graines de ricin pour l'huile. Un récit d'histoire locale, commentant le partenariat avec l'infortuné Worknot, dit: «Ayant perdu toutes ses propres économies et son patrimoine, par la fin désastreuse du partenariat Worknot, la situation aurait été décourageante pour un cœur faible. Mais pour le major Reybold, cela incitait principalement à un plus grand effort car son cœur n'était pas du genre «faible». Une énergie robuste qui ne savait ni s'évanouir ni échouer et qui était déterminée à ne pas apprendre non plus, était, plus que chez la plupart des hommes, sa caractéristique prédominante. »[4] Ses dernières années le confirment.

Reybold a offert ses services à l'État en 1812 lorsque cette guerre a commencé et a été nommé major, mais il n'a jamais été appelé au combat. En 1819, il acheta son propre terrain entre New Castle et Delaware City, une étendue connue à l'époque sous le nom de Marsh Mount Farm. Le même récit raconte,

« Il avait plus de quatre cents acres en pleine culture, dont il consacrait cinquante ou soixante acres aux haricots pour l'huile. Le produit de ces acres était extrêmement rentable. Pour autant que l'on sache, le major Reybold a été le premier producteur d'huile de ricin à utiliser la pression à froid et à mettre sur le marché la célèbre huile de ricin exprimée à froid. »[5]

Pendant les 25 années où il a vécu dans sa première maison en brique à Marsh Mount, Reybold a servi comme contremaître de construction sur une partie du canal Chesapeake Delaware et a été engagé pour fournir du pain et de la viande aux ouvriers sur toute sa longueur, ce qu'il a fait avec succès. Plus tard, il s'est tourné vers la fabrication de briques, dans laquelle il a fait des millions, en utilisant des gisements d'argile sur sa propriété. Puis en 1835, il planta un petit verger de pêchers. Dix ans plus tard, lui et ses fils étaient les plus gros producteurs de l'État. « Un jour, le Peach Trust de Philadelphie a décidé de se liguer contre Reybold et lui a offert 50 cents le panier pour ses pêches, soit la moitié du prix demandé. Reybold n'a pas dit qu'il avait simplement jeté toutes les pêches dans la rivière et était rentré chez lui. La confiance ne s'est plus jamais disputée avec lui. »[6]

Reybold a construit un nouveau manoir sur sa propriété entre 1840 et 1845. C'est Henry Clay, membre du Congrès, sénateur, secrétaire d'État et cinq fois candidat à l'élection présidentielle, qui lui a suggéré le nom de Lexington lors d'une visite pour voir ses vergers de pêchers-il a dit que c'était aussi beau que sa ville natale du Kentucky.

Reybold est décédé en 1854, à l'âge de 71 ans. Son fils Barney a hérité de Lexington et il est resté dans la famille jusqu'aux années 1890, quand il a été vendu à Henry Pepper Scott, président de la Wilmington Trust Company. Scott a agrandi le manoir à soixante pièces, le rendant parfait pour un jeune collège ayant besoin d'une nouvelle maison. Percy Crawford l'a acheté à Scott au début de 1941, et le Collège a emménagé au cours de l'été.

Les étudiants s'étaient rapidement réchauffés au nouvel emplacement. Ils ont visité Lexington pendant les vacances scolaires au printemps et, selon la deuxième année Jane Atno, ont été « tout simplement éblouis par ce que nous avons vu. Rien n'aurait pu être plus différent des dunes de sable et des pins broussailleux de Belmar, que les belles pelouses vallonnées et les piliers gracieux de Lexington. Le fils de Percy, Dan Crawford, raconte à Lexington : « Ce… ‘trésor architectural’ se dressait sur soixante-cinq acres de terrain magnifiquement aménagé avec des jardins à la française, un parcours de golf de neuf trous et une ferme en activité. Lexington a fourni presque tout l'espace du dortoir, la bibliothèque, la salle à manger et la salle de récréation. Deux autres bâtiments ont été rénovés pour la chapelle, les salles de classe, les laboratoires scientifiques et les bureaux.[7]

Même si les élèves étaient enthousiastes, ce n'était pas une période facile. Seuls vingt-six de la classe d'origine de soixante-sept diplômés de King's et bon nombre de leurs camarades de classe ont été transférés à Wheaton au moment du déménagement afin d'obtenir leur diplôme d'un établissement accrédité. Le Collège a publié une brochure à cette époque proclamant que « LE COLLÈGE DU ROI EST MAINTENANT AGRÉÉ », mais ce n'était pas le cas avant 1949. De plus, les finances du Collège étaient telles qu'il ne pouvait pas se permettre d'être sélectif dans les admissions « le nombre de les cas disciplinaires au cours de certaines années étaient d'un niveau alarmant. »[8] Et en 1942, le nombre d'étudiants et le nombre d'enseignants ont chuté lorsque les hommes de King ont répondu à l'appel pour servir pendant la Seconde Guerre mondiale.

Malgré ces années de vaches maigres, les étudiants ont un bon moral et profitent des moments lumineux. La première remise des diplômes en 1942 fut une période joyeuse :

« Nous nous sommes préparés pour la remise des diplômes en organisant notre premier jour du campus, lorsque tout le corps étudiant a abandonné son attitude studieuse, jeté ses livres, enfilé ses vêtements les plus anciens et armé d'une brosse et d'un seau, a nettoyé la maison [Lexington] et d'autres bâtiments jusqu'à ce qu'ils brillait. On se souviendra longtemps des rassemblements sur la pelouse devant les grands piliers blancs des bâtiments principaux. Le Dr MacRae, président du Faith Theological Seminary, a prêché le sermon du baccalauréat, et le Dr Edman, président du Wheaton College, a prononcé le discours de remise des diplômes. »[9]

Dan Crawford note : « Il était important pour Percy que le président de Wheaton soit celui qui bénirait le nouveau collège et ses premiers diplômés, puisque le King's College a été conçu à l'origine sur le modèle de Wheaton. » [10] Et le banquet officiel du printemps était le couronnement de l'année : « Même le fait qu'à la dernière minute, on trouve que chaque fille de l'école a une robe de la même couleur que la sienne, ne peut enlever à la magie de cette nuit-là. »[11 ]

Il y a eu non seulement des moments brillants, mais des efforts ascendants : « En 1946, dix étudiants de King ont repris la ferme, qui perdait de l'argent, et ont formé la King's Farm Association. Ils ont transformé l'opération en une entreprise rentable, fournissant au Collège ses produits, ses fruits, ses produits laitiers, sa volaille et sa viande aux prix du marché de gros. »[12] Et malgré les politiques d'admission (ou leur absence) mentionnées ci-dessus, le Collège a maintenu un bon environnement académique les étudiants les plus sérieux ont donné le ton dans leurs cours et ont été accompagnés par un noyau d'enseignants inspirants. Le rapport annuel du vice-président William Jelley en 1952 a appelé cette année une année de «grandissement» et a noté que le Collège n'a connu qu'un seul problème disciplinaire majeur et que le respect des étudiants pour le corps professoral et l'administration a augmenté.[13]

Même si le Collège appréciait peut-être cette « croissance », des vents soufflaient sur la région, ce qui allait bientôt apporter un autre défi. La Tidewater Associated Oil Company achetait les terres entourant King's avec l'intention de construire la deuxième plus grande raffinerie de pétrole et installation de transport maritime du pays, juste après la côte du golfe du Texas.[14] Tidewater a demandé que la propriété du roi soit dézonée pour le développement industriel et a obtenu gain de cause auprès de la commission de zonage du comté de New Castle malgré les efforts de campagne vigoureux et les appels lancés par Percy, ses électeurs et d'autres pour l'arrêter. Selon Thomas Tear, King's n'était pas seul dans cette manifestation. Toute la région de River Road était parsemée de maisons historiques, et de nombreux groupes civiques et parties privées se sont battus contre le changement de zonage de toute la région.

La motivation de l'État à faire la sourde oreille semble avoir été financière. « Dans les années 50 et 60, la rénovation urbaine a dévasté le couloir historique le long de la route 9 dans le Delaware », écrit M. Tear. « Nous avons perdu plus d'une douzaine de maisons d'importance historique… Les bâtiments ont dû être détruits, et rapidement, avant que les groupes de préservation puissent s'en emparer et arrêter l'expansion industrielle. »[15]

Tidewater n'a certainement pas perdu de temps. Le campus a été vendu pour 1,25 million de dollars et Lexington, ainsi que ses dépendances, ont été détruits peu de temps après le début en 1955.[16] M. Tear dit que leur méthode de démolition consistait à le réduire en cendres.

La Delaware City Refinery est toujours en activité aujourd'hui, propriété de la Delaware City Refining Corporation, une filiale de PBF Energy.[17] Mais ils n'ont jamais construit sur le site de King's. Les arbres qui se trouvaient devant Lexington sont toujours là, et pendant de nombreuses années, les courts de tennis étaient ouverts à tous ceux qui voulaient les utiliser. Maintenant, la propriété est clôturée. La raffinerie a vendu plusieurs petites parcelles de terrain dans la région, il n'est donc pas certain, mais il est probable, qu'elle possède toujours l'ancien site de King's.[18]

De nombreux éléments de l'expérience du roi dans le Delaware peuvent sembler familiers aux étudiants plus tard. Ceux qui sont allés à King's au cours des dix premières années à Manhattan (y compris l'auteur) peuvent s'identifier à l'instabilité financière et aux années permissives des admissions, mais aussi à la profonde solidarité, au sens de la vision et à la vive communauté d'apprentissage décrits au cours des années de Delaware. Les nombreux anciens élèves qui ont passé du temps à Briarcliff Manor et ont pleuré sa fermeture peuvent remarquer le sort presque identique du campus du Delaware au leur : incendié et jamais reconstruit.
Ce qui est clair à propos des années Delaware – et, comme nous le verrons, des événements ultérieurs qu'elles préfigurent – ​​c'est qu'elles ont été fructueuses. Le Collège est passé de grattage à l'obtention de l'accréditation et de la croissance. Grâce à ces développements et au produit de la vente de Tidewater, le Seigneur préparait King's pour son prochain déménagement, dans les salles à étages de Briarcliff Lodge, dont plus le mois prochain.

[1] Larme, Thomas. « Maison de mon père, partie 3 » - série en Nouveau Château Hebdomadaire , publié ____.
[2] Larme. « Maison de mon père, partie 3 » Nouveau Château Hebdomadaire .
[3] Les centaines sont le nom d'une division géographique au niveau du sous-comté utilisé dans le Delaware, de taille similaire aux cantons utilisés dans le New Jersey ou la Pennsylvanie. « Delaware History : ‘ Hundreds’ », Bibliothèque en ligne de l’Université du Delaware, consulté le 11 octobre 2016.
[4] « Red Lion Hundred, New Castle County, Delaware », American History and Genealogy Project, consulté le 11 octobre 2016. Dernière mise à jour le 1er juin 2015.
[5] « Cent Lion Rouge », AHGP.
[6] Correspondance avec Thomas Tear, 11 octobre 2016
[7] Crawford, Dan. Une soif d'âmes : la vie de l'évangéliste Percy B. Crawford (1902-1960) . Selinsgrove : Susquehanna University Press, 2010. Pp. 195-6.
[8] Crawford, Une soif d'âmes , p. 196-9.
[9] La Couronne , 1943, p. 22. Publié par le King's College.
[10] Crawford, Une soif d'âmes , p. 198.
[11] « Lumières de conte », La Couronne , 1943, p. 21.
[12] Crawford, Une soif d'âmes , note de bas de page 19 à la p. 335, citant le 1947 couronner .
[13] Crawford, Une soif d'âmes , note 24 à la p. 335.
[14] Crawford, Une soif d'âmes , p. 271.
[15] Correspondance avec Thomas Tear.
[16] Crawford, Une soif d'âmes , p. 271.
[17] Wikipédia, « Delaware City Refinery », consulté le 12 octobre 2016 et vérifié par Thomas Tear.
[19] Correspondance avec Thomas Tear.


Le rebond immobilier du Delaware

PROCHE

Acheter une photo

Jim et J.J Ludwig se préparent pour un dîner avec leurs amis John et Megan Pinto et leurs enfants TJ et Brenna chez eux à Milton. Jim Ludwig, un retraité du New Jersey, a choisi Sussex comme lieu de retraite. (Photo : JASON MINTO/THE NEWS JOURNAL) Acheter une photo

Après une longue période de volatilité sur le marché immobilier du Delaware - un boom immobilier suivi d'un effondrement dévastateur - les agents immobiliers, les constructeurs de maisons et les consommateurs sont ici confrontés à une nouvelle réalité : un marché normal.

Portées par les retraités arrivant des États frontaliers avec des impôts fonciers plus élevés et les acheteurs de résidences secondaires, les ventes de maisons ont affiché une croissance régulière, voire spectaculaire.

Pendant quatre années consécutives dans les comtés du Kent et du Sussex, et pendant trois ans dans le comté de New Castle, le prix de vente médian des maisons a augmenté progressivement, selon les données de la Delaware Realtors Association. C'est loin des cinq moitiés de la dernière décennie, lorsque les prix des maisons ont doublé, voire triplé dans certains cas.

Les livres blancs qui décrivaient le marché du logement comme « volatil » l'appellent désormais « équilibré ». Le nombre de personnes qui souhaitent acheter une maison n'est pas très différent des maisons qu'ils ont la possibilité d'acheter.

"De toute évidence, avant le krach, elle était déséquilibrée du côté de la demande", a déclaré George Sharpley, économiste au Delaware Department of Labor. En d'autres termes, il y avait plus d'acheteurs intéressés que de logements disponibles, donc les prix ont augmenté.

Tout cela est un soulagement pour les personnes qui ont vu la valeur des maisons monter en flèche puis s'effondrer dans la bulle immobilière de la fin des années 2000. Un facteur clé est la modération du marché de la construction de logements neufs, qui bourdonne mais est loin d'être aussi dynamique qu'il y a dix ans.

"Du point de vue global du marché du logement, une croissance beaucoup plus rapide (dans les nouvelles constructions) mettrait le Delaware - je ne veux pas dire en danger de surconstruction, mais il me semble que continuer à ce rythme ne serait pas une mauvaise chose", a déclaré Kurt Rankin, économiste au PNC Financial Services Group. "La nouvelle construction est de retour là où nous nous attendions à ce qu'elle soit."

Qui choisit le Delaware comme endroit où il veut construire une maison et commencer une nouvelle vie ? Jim Ludwig et sa femme, J.J., l'ont fait, une fois que Ludwig a pris sa retraite d'une carrière dans la vente de BMW et a décidé de quitter le New Jersey.

Demandez à Ludwig comment il a appelé pour déménager dans le Delaware et il décrit un processus consistant à éliminer les pneus de divers États, à étudier les taxes, les frais d'association de propriétaires probables, les exigences en matière d'assurance et d'autres facteurs.

"Je ne percevais pas encore la sécurité sociale. Tout était une question de budget", a déclaré Ludwig. "Je ne pouvais pas rester à Jersey. J'ai une pension maintenant et elle est bien inférieure à mon salaire. J'ai la chance d'avoir une pension, bien sûr."

Le couple a envisagé la Floride. Inconvénients : des impôts fonciers de 2 000 $ à 3 000 $ par an pour les propriétés qu'ils ont étudiées, un montant rebutant pour eux même si c'était beaucoup moins que la facture d'impôts de leur maison de Jersey. Et, a déclaré Ludwig, le menu de produits d'assurance qu'il aurait besoin d'acheter – polices contre les inondations, le vent, les dolines – l'a dissuadé. Ils pensèrent à Cape May, dans le New Jersey, une région qu'ils appréciaient déjà lors de visites précédentes. Mais "il n'y avait pas assez de nouveaux développements en cours et nous voulions construire quelque chose nous-mêmes", a déclaré Ludwig.

Puis ils se sont tournés vers le Delaware, un état dans lequel certains de leurs amis s'étaient déjà retirés. Ludwig s'est approché de la maison de la même manière que des clients avertis s'approchaient de son lot BMW pour acheter des voitures, recherchant des incitations et comparant de nombreux modèles différents.

"Nous avons examiné 20 à 25 développements différents et huit constructeurs différents", a déclaré Ludwig, racontant la recherche. "Nous avons fait le tour. Nous avons fini par dire que le moment était venu."

En 2012, ils ont acheté une maison dans un développement de la région de Milton où l'équipement de construction est toujours une vue courante alors qu'une troisième phase de construction est en cours et qu'un développement complémentaire de l'autre côté de la rue ne fait que commencer. Leur maison agréablement aménagée surplombe un champ agricole et dispose d'un premier étage décloisonné. Un soir de décembre, les Ludwig ont invité des amis – un autre couple à la retraite du New Jersey – à dîner. Ils mangeaient des apéritifs et bavardaient comme une lasagne cuite au four de la cuisine impeccable.

J.J. Ludwig a déclaré qu'elle était heureuse de vivre dans une communauté de maisons, dont beaucoup appartiennent à d'autres retraités, dans un quartier clairement défini. Lewes, a-t-elle dit, était pittoresque et charmant, des restaurants intéressants et à Rehoboth Beach étaient à proximité. Elle pouvait voir que Milton, la ville la plus proche, se développait avec de nouvelles entreprises - un bar à vin, des boutiques de cadeaux, un restaurant mexicain aux touches modernes - et elle expliquait la santé économique de la région, en partie, en pensant à tous les les citadins choisissent de s'installer ici.

"Milton a vraiment changé depuis que nous sommes ici. Je pense que tout s'adapte aux habitants du New Jersey maintenant", a déclaré J.J. dit Ludwig.

Comment nous sommes arrivés ici

Le conte est bien connu. À partir d'environ 2002 ou 2003, le marché immobilier du Delaware est entré en hyperpropulsion. "La spéculation rose, le crédit facile et les profits rapides ont convaincu les gens que le logement était un investissement à faible risque et à haute récompense", a déclaré un rapport de 2012 du Centre de démographie appliquée et de recherche par sondage de l'Université du Delaware sur le marché du logement de l'État.En quelques années, de 2004 à 2007, la valeur moyenne des maisons a augmenté de 38 % dans le comté de Kent et de 48 % à New Castle, selon le rapport. Cela reflétait les tendances nationales du marché du logement et, en fait, le changement était plus prononcé dans des endroits comme le Nevada et la Californie.

La hausse de la valeur des maisons a incité les entreprises de construction de maisons à demander davantage de permis pour construire de nouvelles maisons. Les promoteurs ont retiré 4 600 permis de construire pour des maisons, des duplex et des structures multifamiliales en 2000 puis, en 2005, ils ont obtenu 8 200 permis pour l'année. Tous les permis n'ont pas conduit à une structure achevée l'année où ils ont été retirés, mais c'était un signe du rythme effréné de l'industrie.

Le boom a également persuadé beaucoup plus de gens de vendre leurs maisons existantes, profitant d'une valeur plus élevée. Il y avait 13 300 ventes de maisons unifamiliales dans le Delaware en 2005, un nombre très élevé par rapport aux tendances passées. Cela, à son tour, a gonflé les revenus des gouvernements locaux. En l'absence de taxe de vente et de faibles impôts sur le revenu, les comtés et les municipalités du Delaware prêtent une attention particulière aux tendances de la taxe de transfert, payée par l'acheteur et le vendeur lorsqu'une propriété change de mains. Plus de transferts signifiait plus de recettes fiscales de transfert.

Jim Ludwig, à gauche, parle avec Megan Pinto et ses enfants TJ et Brenna lors d'un dîner à la maison de Jim à Milton. Jim Ludwig, un retraité du New Jersey, a choisi Sussex comme lieu de sa retraite. (Photo : JASON MINTO/THE NEWS JOURNAL)

La déflation de cette bulle des prix, à partir de 2007, a inversé les deux tendances. Les nouvelles constructions ont chuté et les ventes de maisons existantes ont également ralenti. En 2011, les promoteurs obtenaient moins de 3 000 permis de construire pour l'année, et seulement 7 200 propriétés ont changé de mains.

"Les prix des maisons ont doublé dans le Delaware entre 2000 et 2006. C'était similaire à ce qui s'est passé au niveau national. Dans le Sussex, ils ont en fait triplé - la bulle était encore plus grande", a déclaré Dolega, économiste de la Banque TD. Et au cours de cette période, a-t-il noté, près de 10 000 nouvelles maisons étaient construites chaque année. "Ce rythme de construction n'est pas durable", a déclaré Dolega. "Ce n'était pas viable à l'époque."

La correction a clairement nui aux acheteurs qui ont acheté au milieu des années 2000, faisant en sorte que bon nombre de leurs maisons valent nettement moins que ce qu'ils ont payé pour elles. Le prix de vente médian d'une maison dans le comté de Sussex, où les villes balnéaires ont connu les effets les plus prononcés du boom, était de 300 000 $ en 2005, selon les chiffres fournis par la Delaware Association of Realtors. En 2011, il s'élevait à 245 000 $, soit une baisse de 18 %.

Pendant la récession, il était difficile de dire si une reprise du logement avait commencé ou non dans le Delaware, différents chiffres racontaient des histoires différentes. Le volume des ventes a atteint son plus bas niveau dans le Sussex en 2008, puis a commencé à grimper, mais la valeur des maisons dans le Sussex a continué de baisser jusqu'en 2011. Dans le comté de New Castle, les prix de vente médians ont baissé jusqu'en 2012, même si le volume des ventes avait atteint un creux deux ans auparavant.

Mais à la fin de 2015, un marché immobilier en hausse était plus facile à repérer. La valeur médiane des maisons a grimpé dans les comtés du Kent et du Sussex chaque année depuis 2012 et à New Castle depuis 2013, sans retour en arrière. Dans tout l'État, le volume des ventes de maisons a augmenté chaque année depuis 2012.

"Nous poursuivons sur cette voie de croissance modeste, et c'est vraiment ce que nous voulons voir", a déclaré Frank Serio, président de la Sussex County Association of Realtors. "Nous avons peut-être eu de meilleures années dans l'ensemble au cours de la dernière décennie, mais, comme nous l'avons découvert plus tard, ce n'était pas durable. Ce taux de croissance constant conduit à un marché immobilier global beaucoup plus sain."

Qui achète les maisons ? De nouvelles familles issues de la location, certes, mais aussi un groupe de retraités en plein essor. Dans le comté de Kent et de Sussex, en particulier, l'acheteur typique est une personne ou un couple qui met fin à ses années de travail et prend une décision quant à l'endroit où prendre sa retraite.

"Ce que je vois, personnellement, c'est que nous recevons toujours un afflux très important de personnes de l'extérieur", a déclaré Fred Dean, un agent immobilier à Lewes. "Il y a des acheteurs d'une première maison dans la région", a-t-il déclaré, mais ils ne constituent pas l'essentiel de sa liste de clients.

Eric Brough, à gauche, vice-président et Jeff Garrison, président et propriétaire de Garrison Homes dans un nouveau chantier de construction de maisons à Rehoboth Beach. (Photo : JASON MINTO/THE NEWS JOURNAL)

John Pinto, 59 ans, et sa femme ont déménagé du New Jersey dans le comté de Sussex en 2009, payant pour construire une grande maison sur un terrain de trois quarts d'acre adossé à des bois. "Nous examinions tous ces développements et les maisons étaient toutes dans des champs agricoles ouverts. Nous ne voulions pas de cela", a déclaré Pinto. Et à l'époque, de nombreux lots de son développement n'étaient pas construits.

Ils étaient certains, a déclaré Pinto, qu'ils voulaient quitter le New Jersey et leur facture d'impôt foncier annuel de 11 000 $ lorsqu'ils ont pris leur retraite. "Cela jette la sécurité sociale par la fenêtre", a déclaré Pinto à propos de ces taxes. Il avait pris sa retraite assez tôt, mais avait acheté un immeuble commercial à Georgetown pour maintenir un certain revenu.

Au fur et à mesure que son quartier se développait, Pinto a eu envie de trouver une propriété plus isolée. Lui et sa femme ont donc déjà acheté une deuxième propriété, 10 acres de terrain près de la forêt domaniale de Redden, et y construisent une maison plus petite, où ils déménageront quelque temps après que leur fille aura terminé ses études secondaires dans quelques années. En moins d'une décennie de vie au Delaware, leurs dépenses de logement ont généré deux paiements d'impôts sur les transferts, deux bénéfices pour les autres propriétaires fonciers et deux emplois pour les entrepreneurs.

"Nous réduisons nos effectifs et n'en faisons qu'une maison de deux chambres. Et les taxes sont correctes", a déclaré Pinto. "C'est une bonne trouvaille."

La plupart des nouvelles maisons en construction à Rehoboth et Lewes sont payées par des professionnels de Baltimore, New Jersey ou Washington, D.C., a déclaré Jeff Garrison, propriétaire de Garrison Homes, un constructeur de maisons personnalisées qui s'adresse aux clients les plus riches qui construisent des maisons de plage de rêve. Même s'ils ne sont pas encore prêts à prendre leur retraite, a déclaré Garrison, ils profitent des conditions hypothécaires bon marché pour emprunter et construire maintenant.

Au plus fort du boom, a déclaré Garrison, son entreprise a construit 75 à 80 maisons par an. Maintenant, ils en construisent 40, "mais nous faisons plus de maisons haut de gamme, donc les dollars sont pour la plupart les mêmes", a déclaré Garrison alors qu'il montrait une grande maison de trois étages en construction près de Rehoboth, puis une maison moderne en porte-à-faux. maison personnalisée autour du bloc - deux des efforts actuels de son entreprise.

"Je pense que nous sommes définitivement revenus à la normale", a déclaré Garrison.

Rob Elliott, vice-président senior de la société de construction de maisons de Bridgeville Insight Homes, a déclaré que les retraités qui déménagent dans le Delaware en provenance d'autres régions sont de loin le principal attrait de l'entreprise. « Quatre-vingt pour cent de nos clients sont à deux ou quatre heures de route et ont plus de 60 ans », a déclaré Elliott. «Je pense que le marché revient pour certains groupes de personnes. Les retraités, il revient. Nous remarquons que pour les premiers acheteurs, pas tellement. ."

Vestiges de l'accident

Bien sûr, tout ce que l'effondrement du logement a éclaté n'a pas été remis exactement au même endroit par le boom. L'un des effets de la récession, selon les statistiques, est que le sud du Delaware représente une part plus élevée de l'activité de vente de propriétés de l'État qu'avant le boom.

En 2005, une maison sur cinq vendue dans le Delaware était située dans le comté de Sussex. Mais en 2015, une maison du Delaware sur trois qui a échangé ses mains était une propriété du Sussex. Cela s'est fait au détriment du rythme des ventes du comté de New Castle. Le volume annuel des ventes de maisons à New Castle n'a pas près d'égaler son point culminant.

Mais en général, les observateurs disent que le Delaware a un marché immobilier assez sain en ce moment précis. Qu'est-ce qui pourrait menacer de le faire dérailler en 2016 ? La perspective d'une hausse des taux d'intérêt inquiète certains observateurs. Comme beaucoup s'y attendaient, la Réserve fédérale a relevé un taux d'intérêt de base à la mi-décembre et a suggéré que d'autres hausses pourraient survenir en 2016, mais la plupart des experts pensent que les mesures de la Fed ne feront pas la différence entre obtenir une hypothèque et ne pas se qualifier pour la plupart des acheteurs.

Aaron Melvin, propriétaire de AM Carpentry LLC., à Felton, fait une coupe sur un morceau de bois pour une nouvelle maison à Rehoboth Beach. (Photo : JASON MINTO/THE NEWS JOURNAL)

Certains observateurs du marché ont déclaré qu'ils étaient plus préoccupés par une augmentation du taux de chômage du Delaware l'année dernière, qui reflète moins de familles en mesure d'acheter une maison.

"Il y a un peu de douceur au Delaware", a déclaré Michael Dolega, économiste pour la Banque TD qui examine régulièrement ses données sur l'immobilier et la construction de maisons neuves. "Ce n'est pas une histoire horrible, mais d'une manière générale, les masses salariales dans l'État ont ralenti. Le rythme auquel elles sont ajoutées a ralenti. Le taux de chômage a augmenté au cours des cinq derniers mois. Tout cela est motivé par l'offre et la demande. C'est le nombre de personnes qui veulent être là et ce qu'elles sont prêtes à payer."

Dans le comté de Sussex, le personnel de planification et de zonage a dénombré quelque 10 000 unités de logements planifiés que le promoteur a suffisamment poussés pour obtenir des approbations d'utilisation des terres, mais n'a pas réussi à construire.

En 2011 et 2013, le comté a prolongé unilatéralement les délais pour les projets inachevés. Sans les extensions, les approbations des développeurs auraient expiré et tout investisseur qui aurait souhaité poursuivre les projets aurait dû recommencer à demander des permis.

En 2015, le comté a refusé de délivrer une troisième extension générale, mais a demandé aux développeurs qui souhaitaient plus de temps d'écrire pour expliquer à quel point ils étaient sur le point d'innover. Les représentants des développeurs qui ont demandé des extensions ont largement blâmé les retards inattendus dans le respect des normes de référence des États et des comtés pour les systèmes d'eaux pluviales et la conception des routes, mais certains ont reconnu qu'ils étaient toujours freinés par les conditions du marché. D'autres ont déclaré qu'ils avaient du mal à conclure des accords avec des sous-traitants, maintenant que leur main-d'œuvre est à nouveau très demandée.

Avez-vous l'intention d'acheter ou de vendre une maison l'année prochaine?

« L'objectif est qu'un jour, dans le futur, il soit économique de développer le projet et de relier les 37 lots au nouveau système (d'eaux usées) », a écrit un promoteur, Daniel Foster, dans sa demande de prolongation de cinq ans pour Nanticoke. View, un projet qui a obtenu ses premières approbations en 2008. "J'ai déjà dépensé environ 100 000 $ à ce jour pour amener le projet à ce stade."

Le conseil départemental a voté à l'unanimité le rejet de la demande. Il a dit non aux projets comprenant plus de 400 logements et devrait envisager une vingtaine de projets bloqués supplémentaires fin janvier, représentant des milliers de logements potentiels supplémentaires.

Lawrence Lank, directeur de la planification et du zonage du comté, a déclaré que de nombreux développeurs qui étaient responsables du total prévu de 10 000 maisons non encore construites n'avaient pas demandé de prolongation, de sorte que les approbations de leurs projets se sont évanouies le 31 décembre.

Elliott, le dirigeant d'Insight Homes, a déclaré que la plupart des entreprises impliquées dans l'immobilier pendant le boom et le ralentissement opèrent avec un peu plus de prudence maintenant.

"Tout le monde est préparé. Ils ne se mettent pas la tête dehors. Ils ne disent pas que, quoi que nous fassions, les maisons et les terres apprécieront", a déclaré Elliott. "Évidemment, ce n'est pas le cas. Les promoteurs immobiliers, pendant des années, ils étaient assis sur ce truc" - des terrains avec un potentiel de construction - chanceux s'ils pouvaient obtenir 20 cents par dollar. Maintenant, ils sont passés d'une sorte de désespoir à : « Nous sommes dans la bonne position. » S'ils essaient de manger tout le biscuit à la fois, ils peuvent voir certains constructeurs commencer à se retirer. Personne ne juge s'ils devraient être autorisés à avoir un prix demandé élevé ou non. Mais ce quart d'acre à 30 minutes de la plage devrait-il vraiment coûter 130 000 $ ? »

L'année 2016 verra-t-elle encore une croissance solide et régulière de l'immobilier ? Les hausses de taux d'intérêt par la Fed ne devraient pas freiner les prêts. Le taux d'intérêt moyen national de Bankrate.com pour un prêt hypothécaire de 30 ans est de 4,05 %, ce qui n'est pas si différent de la moyenne de 3,8 % il y a un an.

"Cela pourrait augmenter les ventes à court terme", a déclaré Sharpley, économiste du ministère du Travail. "Les gens voudront peut-être entrer avant qu'il n'y ait plus d'augmentations." Sharpley a également noté que si les prix de l'énergie restent bas, cela pourrait aider les banlieues du Delaware, comme Middletown : « La dernière fois que les prix de l'énergie ont vraiment chuté comme ça, il y a 10-15 ans, cela a provoqué un exode vers les banlieues extérieures. Les gens pensaient qu'ils pouvaient se permettre un trajet plus long."

La baisse des prix de l'énergie aide également les entreprises qui font les travaux de construction neuve. "J'espère que le gaz restera bas, car cela affecte une grande partie de nos coûts de construction de matériaux", a déclaré Garrison, le constructeur de maisons personnalisées. "S'il n'est pas fabriqué ici, il doit être transporté ici par camion."

Rankin, l'économiste de PNC, a déclaré qu'il ne s'attendait pas à ce que la fusion Dow Chemical-DuPont, et les plans annoncés par DuPont de supprimer des milliers d'emplois dans le Delaware, affecteront matériellement le marché du logement ici : « Tout employeur individuel n'aura pas les moyens de déplacer l'aiguille, pour ainsi dire, dans tout l'État », a déclaré Rankin.

Mais Dolega, économiste de la Banque TD, a déclaré que les Delawarens qui ont acheté au sommet du boom ne devraient pas retenir leur souffle en attendant que la valeur des maisons remonte à ce sommet.

"Généralement, ils sont juste montés trop haut pour commencer", a déclaré Dolega. "C'est un héritage de la bulle précédente qui pèse sur eux."

Quant aux Ludwig, même s'ils sont satisfaits de leur maison et de leur quartier, ils passent parfois des journées portes ouvertes dans d'autres développements, juste au cas où une transaction immobilière surviendrait. Ils ne déménageront peut-être pas, mais s'ils le faisaient, ils enregistreraient une autre transaction immobilière dans le grand livre de l'industrie, paieraient une autre taxe de transfert et feraient tourner la roue de l'achat et de la vente.

"Nous gardons les yeux ouverts dans le journal", a déclaré Jim Ludwig. "Nous cherchons toujours, ma femme et moi."


Église enracinée dans l'histoire des Noirs

Acheter une photo

L'école Blackwater Colored qui est en cours de rénovation le mardi 9 février à Clarksville. (Photo : photo du personnel par Justin Odendhal) Acheter une photo

En racontant l'histoire de l'histoire afro-américaine dans le sud du Delaware, il est difficile d'ignorer le complexe de l'église épiscopale méthodiste Union Wesley à Clarksville.

Depuis le début des années 1800, il a servi de centre religieux pour les familles noires locales avec ses terrains de réunion de camp d'été et, plus tard, le site d'une église et d'un cimetière.

Et, pour les étudiants noirs, il y avait aussi l'une des premières écoles afro-américaines dans une région qui, pendant des années, n'autorisait que les enfants blancs dans les établissements d'enseignement publics.

"Le camping Wesley était le centre de la société afro-américaine dans le sud du Delaware", a déclaré Martin Drew, qui a grandi à Clarksville et est revenu dans la communauté après avoir pris sa retraite d'une carrière éducative à New York.

Alors que le feu a détruit la première église et les deux premières écoles sur le terrain, miraculeusement, la Blackwater Colored School, construite en 1870, a survécu. Et un groupe ayant des liens avec l'école et le terrain de camping espère restaurer la maison d'école à ossature de bois, qui est maintenant inscrite au registre national des lieux historiques.

«Nous voulons pouvoir préserver quelque chose pour nos enfants qui leur montre comment nous avons été élevés», a déclaré Jamie Miller, un résident de Rehoboth Beach et descendant de Daniel Tunnell Jr., qui a été l'un des premiers enseignants de l'école.

Daniel Tunnell était administrateur de la Blackwater Colored School. (Photo : Image reproduite avec l'aimable autorisation de sa fille, Jamie Miller)

Et le père de Miller, également nommé Daniel Tunnell, était membre du conseil d'administration de la Blackwater School.

"C'est un endroit qui est très important pour nous tous parce que beaucoup de jeunes ne savaient même pas qu'il y avait une école là-bas", a déclaré Vivian King, une résidente de Douvres qui a grandi à Clarksville.

Le Wesley Camp Meeting, où se trouve l'école, a été créé en 1840. C'était à l'époque où les familles noires locales commençaient à se rassembler au terrain de camping chaque juillet pour une semaine de louange, de chant et de camaraderie. Les fidèles incluaient même des esclaves des fermes locales jusqu'à leur émancipation après la guerre civile.

Au début, les familles participant à la réunion du camp apportaient des chariots couverts sur le site. Finalement, les visiteurs ont commencé à utiliser des tentes ou de petits chalets modestes construits autour d'une « tonnelle » – une structure ouverte sur les côtés – qui était utilisée pour les services de culte. En 1873, une église permanente a été construite sur le terrain. Après un incendie, une nouvelle église est construite en 1959.

Maintenant, les visiteurs du camp utilisent souvent des véhicules récréatifs et des maisons mobiles pour se loger pendant la réunion du camp d'une semaine. Et, bien qu'autrefois communs, très peu de ces terrains de camping d'églises noires ont survécu.

"Alors que ces camps étaient situés à travers la péninsule et dans le Maryland, seuls deux des congrégations afro-américaines survivent dans l'État - celui-ci et la réunion du camp à l'église voisine d'Antioch AME à Frankford", a déclaré Robin Krawitz, directeur du programme de préservation historique à État du Delaware. Krawitz est l'auteur de la nomination au registre historique de 2011 pour le site de Wesley.

« Depuis plus de 170 ans, les Wesley Camp Meetings ont lieu la dernière semaine de juillet. Des groupes de prière et des bus remplis de gens rentraient chez eux et passaient leurs vacances au camp Wesley », a déclaré un résumé historique préparé par les descendants des premiers fidèles.

"Quand j'étais jeune, je passais beaucoup de temps à ces réunions de camp", a déclaré Drew.

Au début, la première école Blackwater était située dans l'un des chalets du camping. La deuxième école, toujours debout, fut remplacée en 1922 par une troisième, qui fut l'une des nombreuses écoles noires financées par l'industriel Pierre duPont.

La Blackwater Color School représentée en 1922 est l'école DuPont qui a remplacé l'ancienne structure à une pièce. (Photo: image des archives publiques du Delaware)

À partir des années 1920, duPont, membre de la famille la plus en vue de l'État, a personnellement financé la construction de 80 nouvelles écoles noires dans le Delaware, dont celle de Clarksville. Au total, il a utilisé plus de 6 millions de dollars de son propre argent pour améliorer les normes d'éducation des étudiants afro-américains du Delaware.

Bien que bon nombre des premiers enseignants de l'école aient été des quakers blancs, des éducateurs noirs qualifiés ont finalement pris la relève.

De nombreux anciens élèves de l'école duPont Blackwater parlent avec émotion d'anciens enseignants : Sarah Burton - de la première à la quatrième année - et Carrie D. Frames, qui a enseigné la cinquième à la huitième année.

Des trois écoles de Blackwater, dont celle financée par duPont, la seule qui survit est celle construite vers 1870. Les première et troisième écoles de Blackwater ont été détruites par un incendie.

Fait intéressant, l'école survivante a toujours été utilisée comme cuisine pour préparer les repas des familles participant à la réunion du camp d'été.

"Parce qu'il est situé dans un cercle de réunion de camp et qu'il a été utilisé comme tente d'embarquement, ou réfectoire, lors de ces célébrations annuelles, (cette école) peut raconter l'histoire des pratiques religieuses à Delmarva", a déclaré Krawitz.

"Et c'est l'une des six écoles à classe unique afro-américaines pré-duPont qui restent dans le Delaware", a déclaré Daniel Parsons, planificateur de la préservation historique du comté de Sussex.

Vieilles maisons près de l'école de couleur Blackwater à Clarksville. (Photo : photo du personnel par Justin Odendhal)

En effet, d'autres croient également que la maison d'école de Clarksville survivante est un élément important de l'histoire du Delaware.

"L'école Blackwater conserve un haut niveau d'intégrité architecturale et est le meilleur exemple survivant dans le Delaware des bâtiments scolaires construits pour les enfants noirs pendant la période post-guerre civile", a déclaré un résumé préparé par la division d'État des affaires historiques et culturelles.

Les premières écoles publiques du Delaware ont commencé à apparaître à la fin des années 1700 après que l'Assemblée générale a adopté la Free School Act. La législation a créé un fonds d'éducation qui a été financé par les frais de mariage et les licences de taverne.

Mais, à une époque où les esclaves étaient encore utilisés dans le Delaware et où l'égalité raciale était inexistante, les nouvelles écoles publiques s'adressaient uniquement à une population étudiante blanche.

Bien que les premières écoles dirigées par des Quakers pour étudiants noirs aient commencé à apparaître dans le Delaware au début des années 1800 avec la création de l'African School Society, le nombre d'institutions était faible jusqu'à la fin de la guerre civile, lorsque de nombreux anciens esclaves ont obtenu leur liberté.

En 1866, l'effort d'éducation a reçu un grand coup de pouce avec la création de l'Association du Delaware pour l'amélioration morale et l'éducation des personnes de couleur. Alors que de plus en plus d'écoles ont été construites pour les étudiants noirs, l'éducation est restée une activité séparée pendant encore 100 ans.

L'église qui se trouve également sur le site, qui a brûlé et a été remplacée en 1959, est photographiée ici en 1930. (Photo: Delaware Public Archives image)

C'est dans ce contexte que la première école a été ouverte dans le complexe Wesley avec l'aide de l'association. La première école de Blackwater a brûlé et a été remplacée par la structure survivante en 1870.

Comme de nombreux élèves devaient travailler dans les champs, l'école ne durait que trois mois par an – décembre, janvier et février. De plus, l'école ne dispensait pas d'enseignement au-delà de la sixième année, bien que l'école Blackwater financée par duPont s'étende jusqu'à la huitième année.

Pour les étudiants noirs - et les parents - qui voulaient plus d'éducation, la seule option était d'aller ailleurs.

"Nous n'avions aucun endroit où aller à partir d'ici", a déclaré Clara Walters, qui a fréquenté la duPont Blackwater School au début des années 1940.

Loretta Drew Chowdhury, par exemple, a terminé sa huitième année à Blackwater, puis a vécu avec des parents à Douvres afin qu'elle puisse obtenir son diplôme d'un lycée local.

«C'était la seule façon de terminer l'école», a-t-elle déclaré.

Malgré la courte année scolaire et la limite de la huitième année, l'école de Clarksville est devenue une partie importante de la société noire.

"Cette école à classe unique était l'établissement d'enseignement pour tous les Afro-Américains de la communauté Wesley", selon une histoire de l'école produite par Drew et d'autres membres de la communauté.

"Beaucoup de nos ancêtres étaient des produits de l'éducation de la Blackwater Colored School", a déclaré le livre, qui était dédié à Aldon Hall, un élève de l'école qui a fourni une grande partie de l'histoire orale avant sa mort en 2010 à l'âge de 99 ans.

Lois Hall Mumford, le révérend C. Claudia Waters, David Tunnell, Janie Tunnell Miller et Walter Smith et Eugene Mumford posent pour une photo à l'extérieur de la Blackwater Colored School à Clarksville, qui est en cours de rénovation. (Photo : photo du personnel par Justin Odendhal)

Maintenant, Drew et d'autres personnes liées au camping Wesley espèrent collecter 100 000 $ pour restaurer l'école Blackwater à une pièce et créer un musée en l'honneur de sa riche histoire. En plus de publier un livre, le groupe a rassemblé des histoires orales pour aider à expliquer et à documenter le riche patrimoine et l'importance du terrain de camping Wesley.

"Le groupe a fait un travail incroyable en recherchant le site et en collectant des fonds pour entretenir et restaurer le site", a déclaré Parsons du comté de Sussex.

Et, bien qu'ils aient aidé à entretenir l'ancienne école, beaucoup attendent avec impatience sa restauration.

"J'ai hâte qu'il soit terminé", a déclaré Lois Mumford, une habitante de Frankford qui a fréquenté l'école de Clarksville après la Seconde Guerre mondiale.


Programmes du Mois de l'histoire afro-américaine parmi 16 événements spéciaux dans les musées de l'État du Delaware en février 2016

(DOVER, Del.—15 janvier 2016)—Au cours du mois de février 2016, la Division des affaires historiques et culturelles du Delaware proposera 16 événements spéciaux dans les musées de l'État du Delaware. Douze de ces événements seront présentés en commémoration du Mois de l'histoire afro-américaine, une célébration annuelle célébrant les contributions inestimables que la communauté noire a apportées à la culture et à l'histoire des États-Unis. Tous les programmes répertoriés sont gratuits et ouverts au public.

La vie de Paul Robeson sera explorée au Johnson Victrola Museum le 6 février 2016.

Les faits saillants du mois incluent « Les liens et les contributions de la famille de Paul Robeson », des visites guidées spéciales qui exploreront la biographie et les opinions politiques du chanteur et militant des droits civiques Paul Robeson, accompagnées de ses enregistrements à 78 tours joués sur d'authentiques machines Victor Talking. Les visites auront lieu le samedi 6 février entre 9 h et 16 h 30. au Johnson Victrola Museum situé au 375 S. New St. à Douvres.

Les samedis 6, 20 et 27 février, la plantation John Dickinson, située au 340 Kitts Hummock Road à Douvres, présentera "A World Apart", une série de programmes et de visites explorant la vie des Afro-Américains qui vivaient dans l'esclavage et la servitude au domicile de John Dickinson, l'un des pères fondateurs des États-Unis et « Penman of the Revolution ».

Enfin, deux des musées de l'État offriront « Le livre vert et les communautés afro-américaines dynamiques », une présentation de l'historienne Bev Laing et du chercheur Carlton Hall du State Historic Preservation Office sur le « Livre vert », un guide de voyage et de vacances pour personnes de couleur à l'époque de la ségrégation. Présenté à l'occasion du 50e anniversaire de l'adoption de la National Historic Preservation Act de 1966, le programme explorera les histoires des Afro-Américains du siècle dernier et leurs défis à travers les lois Jim Crow au Delaware des années 1920 aux années 1960. .

Le premier programme « Green Book » aura lieu à 14h. le samedi 13 février au 2e étage (entrée par escalier sans ascenseur) du musée Zwaanendael, situé au 102 Kings Highway à Lewes. L'entrée au programme est gratuite mais, en raison des restrictions d'espace, les réservations sont obligatoires en appelant le 302-645-1148 au plus tard le 12 février 2016. Le deuxième programme « Livre vert » aura lieu le samedi 27 février à 1 h. après-midi à The Old State House situé au 25 The Green à Douvres.

Le Livre vert sera présenté dans les programmes les 13 et 27 février 2016.

Administrés par la Division des affaires historiques et culturelles, les cinq musées de l'État du Delaware - la plantation John Dickinson, le musée Johnson Victrola, le musée du palais de justice de New Castle, l'Old State House et le musée Zwaanendael - racontent l'histoire de la Contributions de First State à l'histoire et à la culture des États-Unis. À travers des expositions, des expositions et des programmes spéciaux, les musées explorent comment l'environnement physique distinctif de l'État, en combinaison avec les personnes qui sont venues y vivre, a donné au Delaware une identité différente de tout autre endroit. Allez à ce qui suit pour un calendrier à long terme des événements parrainés par la division.

Événements spéciaux de la Division des affaires historiques et culturelles du Delaware, février 2016

Samedi 6 février 2016
« Les liens familiaux et les contributions de Paul Robeson. » Les visites guidées du Mois de l'histoire afro-américaine explorent la biographie et les opinions politiques du chanteur et militant des droits civiques Paul Robeson, accompagnées de ses enregistrements à 78 tours joués sur d'authentiques machines Victor Talking. Premier samedi dans le programme First State. Musée Johnson Victrola, 375 S. New St., Douvres. 9h-16h30 302-739-3262.

Samedi 6 février 2016
« Un monde à part : déconstruire une vie. » En utilisant des sources primaires, cet atelier du Mois de l'histoire afro-américaine documentera le voyage de l'esclavage à la liberté pour les individus et les familles associés à la plantation Dickinson. L'atelier introduira des compétences telles que la lecture de documents de sources primaires, la consolidation d'informations historiques et la création d'une perspective sur les personnes et les familles discutées. Centre d'accueil, John Dickinson Plantation, 340 Kitts Hummock Road, Douvres. Programme 10h-12h. Musée ouvert de 10h à 16h30 Entrée gratuite mais, en raison des restrictions d'espace, les réservations sont obligatoires en appelant le 302-739-3277 au plus tard le 5 février 2016.

Samedi 6 février 2016
« Préservation50—« Préserver l'histoire afro-américaine au Delaware : personnes, lieux et événements ». »
Table ronde explorant les dernières recherches et découvertes sur l'histoire afro-américaine au Delaware par des historiens locaux. Présenté à l'occasion du 50e anniversaire de l'adoption de la National Historic Preservation Act de 1966. Premier samedi dans le premier programme d'État. The Old State House, 25 The Green, Douvres. Programme 13h Musée ouvert de 9h à 16h30 302-744-5054.

Samedi 6 février 2016
« Peindre un portrait : cristaux et Hoodoo à bord du H.M.S. DeBraak.
Présentation du Mois de l'histoire afro-américaine par Fran Mahon sur les pratiques religieuses africaines au XVIIIe siècle et la possibilité que certains des membres d'équipage à bord du navire de guerre britannique qui a coulé au large des côtes du Delaware en 1798 aient pu être d'origine africaine. Musée Zwaanendael, 102 Kings Highway, Lewes. Programme à 14h au 2ème étage du musée (entrée par escalier sans ascenseur). Musée ouvert de 10h à 16h30 Entrée gratuite mais, en raison des restrictions d'espace, les réservations sont obligatoires en appelant le 302-645-1148 au plus tard le 5 février 2016.

Samedi 13 février 2016
"Chansons d'amour". Pour célébrer la Saint-Valentin, des visites guidées exploreront la variété de chansons sur l'amour enregistrées par Victor Records. Les tournées seront accompagnées d'enregistrements à 78 tours de ces chansons jouées sur d'authentiques Victor Talking Machines. Musée Johnson Victrola, 375 S. New St., Douvres. 9h-16h30 302-739-3262.

Samedi 13 février 2016
« Un grand digne de la révolution : le jour du souvenir de John Dickinson. » Le programme commémorant le 208e anniversaire de la mort de John Dickinson explore les pratiques de deuil du XVIIIe siècle, notamment une lettre écrite à la mémoire de Dickinson par le président de l'époque, Thomas Jefferson. Plantation John Dickinson, 340 Kitts Hummock Road, Douvres. Cérémonie de dépôt de gerbes sur la tombe de Samuel Dickinson à midi. Programme 11h-15h Musée ouvert de 10h à 16h30 302-739-3277. Remarque : la durée de ce programme a été prolongée, se terminant à 15 h. plutôt qu'à 14h comme précédemment publié.

Samedi 13 février 2016
« Préservation50 : « Cartes, taxes et présence afro-américaine dans le comté de Kent, Delaware 1837 et 1845. » » Présentation par Madeline Dunn, historienne de la Division des affaires historiques et culturelles et coordonnatrice du Registre national des lieux historiques, sur la communauté afro-américaine à Murderkill Hundred, dans le comté de Kent, dans le Delaware, au milieu du XIXe siècle. Présenté à l'occasion du 50e anniversaire de l'adoption de la National Historic Preservation Act de 1966. The Old State House, 25 The Green, Dover. Programme 13h Musée ouvert de 9h à 16h30 Entrée libre. 302-744-5054.

Samedi 13 février 2016
Démonstrations de la Thistledown Fibre Arts Guild. Le programme explore le filage, le tissage, le tricot et d'autres arts du tissu. Plantation John Dickinson, 340 Kitts Hummock Road, Douvres. Programme 13h-15h Musée ouvert de 10h à 16h30 Entrée libre. 302-739-3277.

Samedi 13 février 2016
« Preservation50—« Préserver l'histoire du comté de Sussex : le livre vert et des communautés afro-américaines dynamiques ». » Présentation par l'historienne Bev Laing et le chercheur Carlton Hall du State Historic Preservation Office sur le « Livre vert », un guide de voyage et de vacances pour les personnes de couleur à l'époque de la ségrégation. Le programme explorera les histoires des Afro-Américains du siècle dernier et leurs défis à travers les lois Jim Crow dans le Delaware des années 1920 aux années 1960. Présenté à l'occasion du 50e anniversaire de l'adoption de la National Historic Preservation Act de 1966. Musée Zwaanendael, 102 Kings Highway, Lewes. Programme à 14h au 2ème étage du musée (entrée par escalier sans ascenseur). Musée ouvert de 10h à 16h30 Entrée gratuite mais, en raison des restrictions d'espace, les réservations sont obligatoires en appelant le 302-645-1148 au plus tard le 12 février 2016. Remarque : le programme « Préserver l'histoire de la culture afro-américaine au Delaware : nouvelles histoires du comté de Sussex », initialement prévu pour le 13 février 2016, a été remplacé par le programme « Livre vert ».

Lundi 15 février 2016
Jour du président. Les musées suivants de l'État du Delaware seront ouverts : le Johnson Victrola Museum et The Old State House, ouverts de 9 h à 16 h 30. Les musées suivants seront fermés : la plantation John Dickinson, le musée du palais de justice de New Castle et le musée Zwaanendael). 302-736-7400.

Samedi 20 février 2016
"Fats Waller : un homme aux multiples talents." Les visites guidées du Mois de l'histoire afro-américaine se concentrent sur la vie et les réalisations du célèbre musicien de jazz, accompagnées d'enregistrements à 78 tours joués sur d'authentiques machines Victor Talking et d'un court clip du pianiste en exécution. Musée Johnson Victrola, 375 S. New St., Douvres. 9h-16h30 Entrée libre. 302-739-3262.

Samedi 20 février 2016
« Un monde à part : le monde de Dinah. » Des visites basées sur l'histoire afro-américaine explorent la vie de Dinah Patten et de sa famille et leur voyage de l'esclavage à la liberté. Plantation John Dickinson, 340 Kitts Hummock Road, Douvres. 10h-16h30 Entrée libre. 302-739-3277.

Mannequin représentant Dinah Patten, qui a été réduite en esclavage à la plantation John Dickinson au XVIIIe siècle. Les tournées du 20 février exploreront la vie de Patten et de sa famille et leur voyage de l'esclavage à la liberté.

Samedi 20 février 2016
« Préservation50 – « Enlèvement : l'expérience de l'esclavage et de la liberté d'Aaron Cooper au Delaware ». » L'archéologue de la Division des affaires historiques et culturelles Craig Lukezic raconte l'histoire de Cooper à travers des documents historiques, des archives judiciaires et l'archéologie. Cooper, un Afro-Américain libre, a été kidnappé par un marchand d'esclaves en 1811 et vendu comme esclave à Natchez, Mississippi. Grâce à l'action communautaire et au processus judiciaire, il a finalement recouvré sa liberté et est retourné au Delaware. Présenté à l'occasion du 50e anniversaire de l'adoption de la National Historic Preservation Act de 1966. The Old State House, 25 The Green, Dover. Programme 13h Musée ouvert de 9h à 16h30 Entrée libre. 302-744-5054.

Lundi 22 février 2016
L'anniversaire de Washington. Les musées suivants de l'État du Delaware seront ouverts : le Johnson Victrola Museum et The Old State House, ouverts de 9 h à 16 h 30. Les musées suivants seront fermés : la plantation John Dickinson, le musée du palais de justice de New Castle et le musée Zwaanendael). 302-736-7400.

Mercredi 24 février 2016
« L'âge d'or de la musique—« Là-bas : la Première Guerre mondiale et la Victor Talking Machine Company ». » Le programme explore l'influence de la musique pendant la Première Guerre mondiale, lorsque des chansons patriotiques étaient composées à travers l'Amérique. Écoutez des enregistrements à 78 tours de cette musique inspirante jouée sur d'authentiques machines à parler Victor et découvrez comment l'usine de Camden, dans le New Jersey, de la Victor Talking Machine Company, a mené la lutte pour rendre le monde plus sûr pour la démocratie. Première partie d'une série musicale hebdomadaire en cinq parties. Musée Johnson Victrola, 375 S. New St., Douvres. Programme à 13h dans la galerie du 2ème étage du musée (entrée par escalier sans ascenseur). Musée ouvert de 9h à 16h30 Entrée gratuite mais, en raison des restrictions d'espace, les réservations sont obligatoires en appelant le 302-739-3262.

Samedi 27 février 2016
"Marian Anderson: une première afro-américaine." Les visites guidées du Mois de l'histoire afro-américaine explorent la biographie et les liens familiaux de la contralto d'opéra et militante des droits civiques Marian Anderson, accompagnées d'enregistrements à 78 tours joués sur d'authentiques machines Victor Talking. Musée Johnson Victrola, 375 S. New St., Douvres. 9h-16h30 Entrée libre. 302-739-3262.

La vie de Marian Anderson sera explorée au Johnson Victrola Museum le 27 février 2016.

Samedi 27 février 2016
« Un monde à part : Courir pour la liberté. » Des visites basées sur l'histoire afro-américaine explorent comment trois individus asservis ont cherché la liberté et comment ils se sont échappés de la servitude. Plantation John Dickinson, 340 Kitts Hummock Road, Douvres. 10h-16h30 Entrée libre. 302-739-3277.

Samedi 27 février 2016
« Preservation50—‘Histoire afro-américaine au 20e siècle au Delaware : le livre vert et les communautés afro-américaines dynamiques.’ » Présentation par l'historienne Bev Laing et le chercheur Carlton Hall du State Historic Preservation Office sur le « Livre vert », un guide de voyage et de vacances pour les personnes de couleur à l'époque de la ségrégation. Le programme explorera les histoires des Afro-Américains du siècle dernier et leurs défis à travers les lois Jim Crow au Delaware des années 1920 aux années 1960. Présenté à l'occasion du 50e anniversaire de l'adoption de la National Historic Preservation Act de 1966. The Old State House, 25 The Green, Dover. Programme 13h Musée ouvert de 9h à 16h30 Entrée libre. 302-744-5054.

Expositions et affichages, février 2016
En plus d'une programmation spéciale, la Division des affaires historiques et culturelles parraine les expositions et expositions suivantes :

En cours
« Le Delaware et la guerre de 1812. »
L'exposition examine le service et le sacrifice des Delawareens de 1812 à 1815, et le rôle important que l'État a joué dans un conflit qui a contribué à façonner le développement des États-Unis. Musée Zwaanendael, 102 Kings Highway, Lewes. 1er nov.-31 mars : mer.-samedi, 10h-16h30. 1er avril–oct. 31 : mar.–sam., 10h-16h30 Dim., 13h30-16h30 302-645-1148.

En cours
"Le Delaware pleure Lincoln: une démonstration d'amour et de chagrin." Utilisant des graphiques, des vêtements et des souvenirs, l'exposition explore comment les Delawarens ont exprimé leur profonde tristesse à la mort du président Abraham Lincoln le 15 avril 1865. Provenant des collections de l'État du Delaware. The Old State House, 25 The Green, Douvres. Lun.–sam., 9h00-16h30 Dim., 13h30-16h30 302-744-5054.

En cours
« À la découverte du passé maritime du Delaware. » L'exposition explore le DeBraak, un navire de guerre britannique naufragé du XVIIIe siècle, comprenant une photo de la coque récupérée, des reproductions d'objets à bord du navire et un modèle du navire. Musée Zwaanendael, 102 Kings Highway, Lewes. 1er nov.-31 mars : mer.-samedi, 10h-16h30. 1er avril–oct. 31 : mar.–sam., 10h-16h30 Dim., 13h30-16h30 302-645-1148.

En cours
« Emeline Hawkins : son voyage de l'esclavage à la liberté sur le chemin de fer clandestin. »
L'exposition raconte l'histoire fascinante d'Emeline Hawkins et de sa famille et de leur odyssée de 1845 sur le chemin de fer clandestin, de l'esclavage dans le Maryland à la liberté en Pennsylvanie en passant par le Delaware. Musée du palais de justice de New Castle, 211, rue Delaware, New Castle. Mar.–Sam., 10h-16h30 Dim., 13h30-16h30 302-323-4453.

Section de l'exposition, "Emeline Hawkins: Her Journey From Slavery to Freedom on the Underground Railroad", exposée au New Castle Court House Museum.

En cours
Sculpture de Charles Parks. Exposition d'œuvres du célèbre artiste de Wilmington mettant en vedette des personnalités historiques et politiques, dont un Minute Man et les présidents Richard Nixon, Gerald Ford et George W. Bush. Musée du palais de justice de New Castle, 211, rue Delaware, New Castle. Mar.–Sam., 10h-16h30 Dim., 13h30-16h30 302-323-4453.

En cours
« Une citoyenneté maritime : le DeBraak et son monde atlantique. » L'exposition utilise des artefacts récupérés du sloop de guerre de Sa Majesté DeBraak, un navire de guerre britannique qui a coulé au large de la côte du Delaware le 25 mai 1798 pour raconter l'histoire du navire, de son équipage et du contexte historique dans lequel il a opéré dans le monde atlantique de la fin du XVIIIe siècle. Musée Zwaanendael, 102 Kings Highway, Lewes. 1er nov.-31 mars : mer.-samedi, 10h-16h30. 1er avril–oct. 31 : mar.–sam., 10h-16h30 Dim., 13h30-16h30 302-645-1148.

En cours
« Machines simples ». Exposition démontrant les six « machines simples » – rampe inclinée, vis, cale, poulie, levier et roue – qui constituent les blocs de construction élémentaires dont sont composées de nombreuses machines plus compliquées. Plantation John Dickinson, 340 Kitts Hummock Road, Douvres. 1er oct.-31 mars : mar.-sam., 10h-16h30. 1er avril–sept. 30 : mar.–sam., 10h-16h30 Dim., 13h30-16h30 302-739-3277.

En cours
"La Seconde Guerre mondiale à travers l'objectif de William D. Willis." Conçu par la Division des affaires historiques et culturelles du Delaware, l'exposition présente des photographies prises en Europe occidentale de 1943 à 1945. Des collections de l'État du Delaware. Legislative Hall, 411 Legislative Ave., Douvres. Heures de visite limitées, appelez le 302-739-9194 avant de planifier une visite.


Après la Seconde Guerre mondiale, la popularité monte en flèche

Alors que les premières courses se déroulaient en effet dans des parcs d'exposition polyvalents, les promoteurs ont finalement commencé à construire des pistes et des tribunes spécifiquement pour organiser des événements de course réguliers.

Après une interruption des courses pendant la Seconde Guerre mondiale, le nombre de pistes de course d'après-guerre dans le Delaware est monté en flèche alors que les promoteurs se précipitaient pour convertir les terres agricoles en sites locaux pour les fans et les concurrents.

Au nord, des pistes ont été ouvertes à Augustine Beach et à Wilmington.

Central Delaware avait la piste de foire, le Capital Speedway à Douvres, le Blue Hen Speedway à Harrington et le Blackbird Speedway à Townsend.

Le sud du Delaware avait des pistes à Love Creek à Lewes, Myers Speedway à Bridgeville, Nassau Speedway, Volunteer Speedway près de Rehoboth Beach, Little Lincoln Speedway, Delmar Speedway et Georgetown Speedway, initialement nommé Seacoast Speedway.

Et Milford a organisé une course de karting dans les années 1960 et 1970 qui s'est déroulée dans les rues de la ville.

"C'était pour collecter des fonds pour une œuvre caritative", a déclaré David Kenton du Milford Museum.

De plus, depuis 1969, l'immense piste en béton d'un mile de Douvres accueille deux courses NASCAR par an, attirant des milliers de fans dans la région. Les épreuves de course à Douvres sont diffusées à la télévision nationale.

Posté !

Un lien a été posté sur votre flux Facebook.

Intéressé par ce sujet ? Vous pouvez également consulter ces galeries de photos :

Au fur et à mesure que le sport a évolué depuis ses humbles débuts, les voitures ont également changé.

Lorsque les courses ont commencé dans le Delaware, les véhicules concurrents sont sortis directement de la salle d'exposition - et c'était vrai pour les voitures et les motos.

Plus tard, pour les plus grands lieux comme la foire d'État, des voitures spécialement conçues ont été présentées. Généralement, il s'agissait de véhicules à roues ouvertes et à cockpit ouvert.

Après la Seconde Guerre mondiale, alors que de nouvelles pistes étaient construites, une nouvelle race de voitures de course moins chère a émergé. On les appelait "stock cars" parce qu'ils étaient adaptés à partir de véhicules qui avaient été conduits dans la rue.

Le plus souvent, la voiture de base, souvent une Ford d'avant-guerre, avait été récupérée dans un dépotoir local pour réduire les coûts pour le conducteur amateur moyen.

Presque tous les concurrents sur les diverses pistes de terre du Delaware ont appris l'art de faire glisser la voiture sur le côté dans un virage, une technique qui a amélioré les temps au tour. Et les courses côte à côte ont contribué à augmenter la popularité des événements de course.

"La première fois que je l'ai vu, cela m'a fait une sacrée impression", a déclaré Donald Allen de Seaford, un fan de longue date et ancien reporter et photographe de course.

Dans les années 1970, les stock-cars sont devenus des voitures de course spécialement conçues qui n'ont pas grand-chose en commun avec la berline familiale. De plus, les constructeurs et les promoteurs automobiles ont ajouté une myriade de dispositifs de sécurité pour protéger les conducteurs et les fans.

Et, parce que les premières courses étaient poussiéreuses et souvent dangereuses, les promoteurs ont commencé à appliquer de l'eau sur la piste avant l'événement. L'eau a aidé à contrôler la poussière, la rendant plus sûre pour les conducteurs et plus agréable pour les fans.

Avec les améliorations, les coûts de construction et d'entretien d'une voiture de course pour les propriétaires, les pilotes et les sponsors ont considérablement augmenté.

Même si toutes les pistes rémunèrent les pilotes gagnants et haut placés, le prix en argent ne couvre pas toutes les dépenses associées à la course. Et cela comprend non seulement la voiture, les pneus de remplacement et les pièces de rechange, mais aussi une remorque pour transporter le coureur aux événements.

"C'est devenu un passe-temps coûteux", a déclaré Allen. "Mais, du point de vue de la sécurité, le sport a fait des pas de géant."

Avec le boom des courses d'après-guerre est venu une dose éventuelle de réalité.

Pour diverses raisons, y compris la valeur de la propriété où se trouvaient les pistes, les sites de course ont commencé à disparaître presque aussi rapidement qu'ils avaient été construits.

"L'immobilier est devenu plus précieux que le site de la course", a déclaré Allen.


Prime Day 2021: Kohl’s, Target et plus de ventes concurrentes à acheter maintenant

Ce sont les meilleures ventes concurrentes pour acheter chez Kohl's, Target, Walmart et plus au lieu de Prime Day 2021.

PROCHE


Marché de l'assurance maladie du Delaware : histoire et actualités de l'échange d'État

Parc d'État de Cape Henlopen, Lewes, Delaware | Image : K.A. / stock.adobe.com

Points clés à retenir

    (disponible pour les adhérents nouveaux et actuels, aucun événement admissible n'est nécessaire) (sans réassurance, les tarifs auraient légèrement augmenté). . . programme de réassurance a entraîné une baisse moyenne de 19 %.
  • Les inscriptions pour 2020 étaient environ 6 % plus élevées que celles de 2019 (après trois ans de baisse des inscriptions) avec des durées initiales du régime allant jusqu'à trois mois. (pas de charge plus large) pour 2019 n'était que de 3%, après une augmentation de 25% l'année précédente, sorti fin 2017, Highmark a continué à offrir une couverture et est le seul assureur de la bourse, manque d'exécution du mandat à tous les niveaux de métaux en 2018 , pas seulement de l'argent
  • La loi du Delaware plafonne le coût des médicaments de spécialité à 150 $/mois pour les régimes réglementés par l'État

Aperçu de l'échange du Delaware

L'échange du Delaware est un partenariat entre l'État (Choose Health Delaware) et le HHS, les résidents s'inscrivant via HealthCare.gov. Le Delaware est responsable de la gestion des régimes et de l'aide aux consommateurs, tandis que le gouvernement fédéral s'occupe de toutes les autres fonctions.

Un total de 25 320 personnes se sont inscrites à une couverture via le marché du Delaware pendant la période d'inscription ouverte pour la couverture 2021, mais il existe une possibilité prolongée d'inscription en 2021, jusqu'au 15 août, en raison de la pandémie de COVID en cours.

Deux compagnies d'assurance maladie ont offert une couverture dans l'échange en 2017, mais cela est tombé à un seul - Highmark BCBS du Delaware - en 2018, et Highmark continue d'être le seul assureur à proposer des plans dans l'échange de l'État en 2021. Highmark a déjà couvert plus plus de la moitié des inscrits à l'échange du Delaware en 2017, mais près de 12 000 personnes couvertes par Aetna ont dû sélectionner de nouveaux plans de Highmark pour 2018.

Le Delaware a reçu l'approbation fédérale pour mettre en œuvre un programme de réassurance pour 2020, et a également promulgué une législation pour codifier les protections des consommateurs ACA dans la loi de l'État. Highmark avait déjà proposé une réduction des primes pour 2020, et la baisse des taux était encore plus importante une fois le programme de réassurance approuvé. Highmark a proposé une autre légère baisse des tarifs pour 2021 sans le programme de réassurance, le changement de tarif proposé par Highmark aurait été une augmentation par rapport à 2020.

Quand puis-je souscrire à une assurance maladie au Delaware ?

Normalement, l'inscription n'est disponible que pendant la période d'inscription ouverte à l'automne (du 1er novembre au 15 décembre) ou pendant une période d'inscription spéciale déclenchée par un événement de qualification. Mais pour faire face à la pandémie de COVID en cours, les règles sont différentes en 2021. Une fenêtre d'inscription est ouverte jusqu'au 15 août, avec une couverture effective au début du mois suivant la fin de l'inscription. Un événement de qualification n'est pas nécessaire pour utiliser cette fenêtre d'inscription. Cette fenêtre est une opportunité pour les résidents du Delaware non assurés de souscrire à une couverture, et également pour les adhérents actuels de changer de plan afin de mieux profiter des subventions de primes améliorées fournies par l'American Rescue Plan.

Baisse moyenne des tarifs approuvés de 1 % pour 2021

Highmark, qui est le seul assureur sur le marché du Delaware, a proposé une baisse globale des tarifs moyens d'un demi pour cent pour 2021 (pour tous les plans, les changements de tarifs proposés variaient d'une baisse de 3,6 pour cent à une augmentation de 5,3 pour cent). Mais une fois le processus de révision des tarifs terminé, la commissaire aux assurances du Delaware, Trinidad Navarro, a annoncé que les primes moyennes de Highmark diminueraient de 1% pour 2021.

Le programme de réassurance de l'État, qui a fait ses débuts en 2020, a réduit les tarifs proposés par Highmark pour 2021 de 2,5 points de pourcentage, donc sans le programme de réassurance, le changement de tarif proposé aurait été une augmentation d'environ 2%. Et bien que la baisse des tarifs approuvée soit un peu plus importante que ce que Highmark avait initialement proposé, il est probable que les tarifs auraient légèrement augmenté pour 2021 sans le programme de réassurance. Plus de détails sur le programme de réassurance de l'État sont décrits ci-dessous, y compris les prestations améliorées du programme en 2021.

Highmark comptait 21 828 membres inscrits à des plans de marché individuels conformes à l'ACA en 2020. Highmark a mis fin à deux plans de bronze à la fin de 2020 et a introduit un total de six nouveaux plans (bronze, argent, or et platine) pour 2021.

La nouvelle loi du Delaware plafonne l'insuline à 100 $ par mois sur les plans de santé réglementés par l'État

Delaware HB263, promulguée en juillet 2020, plafonne les frais remboursables pour l'insuline à 100 $ par mois pour tous les régimes individuels et collectifs réglementés par l'État du Delaware (notez que les États ne réglementent pas les régimes collectifs auto-assurés). Les régimes doivent également inclure au moins un produit d'insuline dans le niveau le plus bas (c'est-à-dire le moins cher) de la liste des médicaments couverts par le régime.

La règle prend effet pour les plans émis ou renouvelés après la fin de 2020.

Le Delaware codifie les protections des consommateurs de l'ACA dans la loi de l'État

En août 2019, le gouverneur du Delaware, John Carney, a signé le SB35, codifiant diverses protections des consommateurs de l'ACA dans la loi de l'État du Delaware et rejoignant plusieurs autres États qui ont pris des mesures similaires au cours des dernières années. Bien que l'ACA reste la loi du pays, la nouvelle loi du Delaware garantit que si l'ACA est abrogée ou modifiée, ses protections des consommateurs resteront en vigueur dans le Delaware.

Cela comprend des dispositions telles que la couverture à émission garantie (indépendamment des antécédents médicaux), la couverture des prestations de santé essentielles, l'interdiction des prestations maximales viagères et annuelles, les limites des frais remboursables et les règles concernant les facteurs que les assureurs peuvent utiliser pour fixer les primes.

Le gouverneur Carney a également signé une loi garantissant que les adultes inscrits à Medicaid dans le Delaware auront une couverture dentaire.

Le programme de réassurance du Delaware est entré en vigueur en 2020

En juin 2019, le gouverneur Carney a promulgué le HB193, ouvrant la voie au Delaware pour créer un programme de réassurance afin de stabiliser le marché de l'assurance individuelle de l'État. La législation prévoyait une évaluation des assureurs de l'État, ainsi qu'un financement fédéral de transfert pour couvrir le coût du programme de réassurance.

Les programmes de réassurance fonctionnent en payant une partie des sinistres à coût élevé, ce qui réduit les coûts pour les assureurs (en 2020, le programme de réassurance du Delaware paie 75 % des sinistres compris entre 65 000 $ et 215 000 $ en 2021, il paiera 80 % des sinistres qui sont entre 65 000 $ et 335 000 $). Parce que leurs coûts de réclamation sont inférieurs, les assureurs peuvent facturer des primes inférieures. Cela se traduit par une augmentation des inscriptions parmi les personnes qui doivent payer le plein tarif, et cela signifie également que le gouvernement fédéral dépense moins en subventions aux primes, car les subventions n'ont pas besoin d'être aussi importantes pour ramener les primes nettes à un prix abordable. niveau.

Les États peuvent utiliser une dérogation 1332 afin de demander un financement pass-through, ce qui signifie que l'État (au lieu du gouvernement fédéral) conserve les économies résultant des subventions aux primes plus petites. L'État utilise ensuite cet argent pour financer le programme de réassurance. Plusieurs États ont mis en place des programmes de réassurance au cours des deux dernières années et ont ainsi constaté une amélioration de leurs marchés individuels.

Le Delaware a estimé que le programme de réassurance coûterait environ 44 millions de dollars en 2020, et que 80 % de ce montant serait couvert par le financement fédéral de transfert, l'État générant les 20 % restants via l'évaluation de l'assureur-maladie (1 % les années où les frais du fournisseur d'assurance maladie de l'ACA sont évalués et 2,75% les années où ils ne le sont pas). CMS a déterminé que le financement pass-through du Delaware s'élèverait à 21,7 millions de dollars en 2020, ce qui était inférieur à ce que l'État avait initialement prévu.

Le Delaware a soumis une proposition de dérogation 1332 à la CMS en juillet 2019, et elle a été approuvée à la mi-août. Une fois le programme de réassurance en place, le Delaware prévoyait que les primes sur le marché des particuliers seraient de 13,7% inférieures en 2020 à ce qu'elles auraient été autrement, et que les inscriptions sur le marché des particuliers augmenteraient jusqu'à 2,3%, grâce à des primes plus faibles pour les les personnes qui ne reçoivent pas de subventions de primes (pour celles qui en reçoivent, les subventions diminuent proportionnellement au coût du plan de référence).

Baisse de 19 % des taux pour 2020, en grande partie grâce à la réassurance

Highmark proposait initialement un taux moyen diminuer de 5,85 pour cent pour 2020. Le dossier, qui a été soumis avant l'adoption de la législation de l'État sur la réassurance, a noté qu'il ne tenait pas compte du programme de réassurance (y compris l'évaluation de l'assureur qui financerait le programme ainsi que l'impact de la réassurance programme lui-même), et qu'un nouveau dossier devrait être soumis si et quand le programme de réassurance était approuvé.

La proposition d'exonération de 1332 que le Delaware a soumise à la CMS en juillet indiquait qu'avec le programme de réassurance en place, les primes devraient être inférieures de 13,7% en 2020 à ce qu'elles auraient été autrement, et jusqu'à 20% de moins dans les années à venir qu'elles ne le seraient autrement. ont été (la proposition de dérogation est pour un programme de cinq ans).

En fin de compte, une baisse moyenne des tarifs de 19 % a été approuvée pour les plans Highmark, ce qui était tout à fait conforme aux projections initiales de l'État (c'est-à-dire la baisse de 5,9 % proposée par Highmark, en plus de la baisse estimée de 13,7 % due au programme de réassurance).

À titre de perspective, les primes non subventionnées au Delaware sont parmi les plus élevées du pays en 2019. La prime moyenne non subventionnée au Delaware est de 842 $/mois, contre 612 $ dans tous les États qui utilisent HealthCare.gov.

Les inscriptions ont augmenté en 2020 et 2021, après avoir diminué pendant trois années consécutives

25 320 personnes se sont inscrites à des plans via l'échange du Delaware pendant la période d'inscription ouverte pour la couverture 2020, contre 23 961 l'année précédente. Et le nombre d'inscriptions en 2020 a également été une augmentation. Le nombre total d'inscriptions est supérieur de 12% à celui de 2019, bien qu'il soit toujours inférieur à ce qu'il était en 2016, lorsque plus de 28 000 personnes se sont inscrites au cours de la période annuelle d'inscription ouverte.

Les baisses d'inscriptions ces dernières années n'étaient pas inattendues. Pour 2019, un facteur important a été l'élimination de la pénalité de mandat individuel. Dans de nombreux États, l'expansion des plans à court terme a également joué un rôle dans la baisse des inscriptions pour 2019, mais les régulateurs du Delaware ont mis en place des réglementations d'urgence qui limitent les plans à court terme à seulement trois mois, éliminant ainsi la possibilité pour les gens de les utiliser aussi longtemps. - des alternatives de couverture à terme aux plans conformes à l'ACA. Il y a eu une fenêtre, cependant, de début octobre à fin novembre, lorsque les résidents du Delaware ont pu acheter des plans à plus long terme, et certains l'ont peut-être fait afin d'obtenir une couverture pour une grande partie de 2019.

L'augmentation des inscriptions en 2020 et 2021 n'était pas non plus inattendue, car le nouveau programme de réassurance du Delaware a entraîné une baisse des primes pour les personnes qui ne reçoivent pas de subventions de primes, rendant la couverture plus abordable pour cette population.

L'inscription à des plans de marché individuels via l'échange du Delaware a atteint les totaux suivants lors de l'inscription ouverte chaque année :

  • 2014: 14,087
  • 2015: 25,036
  • 2016: 28,256
  • 2017: 27,584
  • 2018: 24,500
  • 2019: 22,562
  • 2020: 23,961
  • 2021: 25,320

Bien que les inscriptions à l'échange aient chuté d'environ 20 % de 2016 à 2019, la proposition de dérogation 1332 du Delaware notait que le total des inscriptions individuelles sur le marché de l'État (y compris les inscriptions en bourse et hors bourse) avait chuté de 37 % au cours de la même période. . Les inscrits hors bourse ne reçoivent pas de subventions de primes, mais le nouveau programme de réassurance de l'État a rendu leur couverture plus abordable, ce qui peut entraîner des gains d'inscription en dehors du marché également.

Tarifs et forfaits 2019 : Argent Highmark chargé au lieu d'un chargement large

Le Delaware était l'un des cinq États où le coût des réductions de partage des coûts (CSR) a été ajouté aux primes des plans à tous les niveaux de métal en 2018, plutôt que simplement les primes des plans Silver. Pour la couverture 2019, la fenêtre de soumission des taux et des formulaires dans le Delaware s'est déroulée du 9 mai 2018 au 20 juin 2018.

En avril 2018, le Département des assurances a publié un guide détaillé sur les soumissions de taux et de formulaires de 2019, mais il n'a pas abordé la question du chargement de la RSE. Le département des assurances a précisé qu'il ne laissait pas entièrement la décision à Highmark et qu'il avait participé à de nombreuses réunions avec l'assureur au sujet de la couverture 2019.

Highmark, qui offre également une couverture sur les bourses de Pennsylvanie et de Virginie-Occidentale, a enregistré sa première année rentable sur le marché conforme à l'ACA en 2017, après avoir perdu un milliard de dollars sur le marché conforme à l'ACA de 2014 à 2016.

Lorsque les tarifs ont été publiés début août, Highmark avait demandé une augmentation moyenne des primes de 5,7% pour 2019 (il s'agissait d'un dépôt révisé de leur proposition d'augmentation initiale des tarifs qui apparaît toujours sur ratereview.healthcare.gov était de 13%). Et lorsque le Delaware Department of Insurance a publié les tarifs définitifs plus tard en août, l'augmentation moyenne approuvée des tarifs pour Highmark n'était que de 3 %.

Une partie de la raison pour laquelle Highmark a révisé ses tarifs est que le département des assurances du Delaware a travaillé sur des réglementations pour limiter les plans d'assurance maladie à court terme à trois mois et interdire les renouvellements. Le dépôt initial de Highmark incluait des taux plus élevés (une charge de 1%) pour compenser le fait que le pool de risques devrait être plus malade une fois que la réglementation fédérale aura été assouplie pour permettre des plans à court terme beaucoup plus longs. Mais les régulateurs du Delaware sont intervenus pour empêcher cela, et le résultat est un marché individuel plus stable, puisque les personnes en bonne santé n'auront pas la possibilité de quitter le marché conforme à l'ACA et de passer à des plans à court terme d'un an à la place.

L'avis final d'approbation des tarifs précise que le coût de la RSE n'a été ajouté qu'aux tarifs du plan Silver pour 2019, par opposition à la stratégie de charge générale qui a été utilisée pour 2018. Et l'avis de tarification approuvé a également précisé que le coût de la RSE n'a pas été ajouté à primes pour les plans achetés en dehors de l'échange, ce qui signifie que Highmark n'a ajouté le coût de la RSE à en bourse plans d'argent. C'est la meilleure approche pour les consommateurs, car elle permet aux personnes qui ne sont pas admissibles aux subventions de primes d'acheter un plan hors bourse (s'ils veulent un plan Silver) et de ne pas avoir le coût supplémentaire de la RSE intégré dans leurs primes.

Couverture 2018 : Aetna sorti, Highmark est resté le seul assureur. L'augmentation moyenne des tarifs de 25 % comprenait l'ajout du coût de la RSE à toutes les primes.

Highmark Blue Cross Blue Shield of Delaware détenait la majorité des parts de marché dans l'échange de l'État en 2017, et ils sont devenus la seule option disponible à partir de 2018.

Aetna a confirmé en mai 2017 qu'ils prévoyaient de quitter les quatre échanges où ils offraient une couverture en 2017, y compris le Delaware, à la fin de l'année. Le Delaware Department of Insurance a rapporté qu'Aetna a assuré 11 854 personnes via des plans d'échange en 2017 (environ 42% des inscrits à l'échange), qui devaient toutes choisir un nouveau plan pour 2018.

En réponse à l'annonce de la sortie du marché d'Aetna, Trinidad Navarro, commissaire aux assurances du Delaware, a déclaré : "J'espère que nos élus à Washington trouveront des solutions pour garantir que l'assurance maladie au Delaware et ailleurs soit à la fois disponible et abordable. Le financement continu des réductions du partage des coûts est un premier pas dans la bonne direction.

Le manque d'engagement de l'administration Trump à financer les réductions de partage des coûts (RSE) de l'ACA a été un facteur déterminant dans les tarifs que les assureurs ont déposés pour 2018. Les assureurs de la plupart des États - y compris le Delaware - ont ajouté le coût de la RSE aux primes pour 2018. Cela a fini par être une décision prémonitoire, car l'administration Trump a annoncé à la mi-octobre que le financement de la RSE prendrait fin immédiatement.

Highmark a initialement proposé une augmentation moyenne des tarifs de 33,6%, mais a finalement accepté une augmentation moyenne des tarifs de 25% en octobre. Leur dépôt de taux indiquait que l'augmentation moyenne des taux aurait été d'environ 16,8% si le financement de la RSE s'était poursuivi et si le gouvernement fédéral appliquait vigoureusement le mandat individuel (le mandat était toujours en vigueur en 2018, bien qu'il ait été éliminé à partir de 2019 Mais les assureurs craignaient en 2017 que l'administration Trump n'applique pas correctement le mandat pour 2018, ce qui entraînerait des primes plus élevées dans de nombreux domaines).

Le Delaware Department of Insurance a confirmé que le coût de la RSE a été ajouté aux primes à tous les niveaux de métaux pour 2018 (c'est-à-dire une large charge). Et le modèle de taux de Highmark a indiqué que les augmentations de taux moyennes pour tous leurs plans se situaient dans une fourchette très étroite d'environ 23 à 26,5 pour cent, l'augmentation moyenne pour les plans d'argent étant à peu près la même que l'augmentation moyenne pour les plans d'autres niveaux de métal.

En fin de compte, seule une poignée d'autres États ont choisi d'ajouter le coût de la RSE aux plans à tous les niveaux de métal : Colorado, Mississippi, Virginie-Occidentale et Indiana. Pour 2019, le Delaware et le Colorado ont tous deux décidé d'ajouter le coût de la RSE uniquement aux plans d'argent, bien que le Mississippi, la Virginie-Occidentale et l'Indiana aient continué à utiliser une stratégie de charge large.

Highmark comptait environ 91 600 membres inscrits à des plans d'échange dans le Delaware, la Pennsylvanie et la Virginie-Occidentale en 2018 (y compris tous les inscrits à l'échange dans le Delaware, puisque Highmark est le seul assureur à proposer des plans d'échange dans l'État. Cela représente environ 350 000 échanges. inscrits dans ces trois États au cours des premières années de mise en œuvre de l'échange, lorsque l'assureur poursuivait activement ce marché. En 2017, cependant, pour la première fois, Highmark a gagné de l'argent sur ses activités de change, après les pertes des années précédentes. membres.

Tarifs 2017

Deux sociétés proposaient une assurance maladie via l'échange du Delaware pour 2017 : Aetna et Highmark Blue Cross Blue Shield of Delaware. Aetna avait une division PPO et une division HMO, qui étaient répertoriées en tant qu'entités distinctes pour les dépôts de taux. Bien qu'Aetna ait quitté les échanges à la fin de 2016 dans la plupart des États où ils participaient, le Delaware était l'un des quatre États qui ont continué à proposer des plans d'échange en 2017 (bien qu'ils aient finalement quitté les quatre États à la fin de 2017).

  • Aetna Santé (HMO): 23,6 pour cent
  • Aetna Vie (PPO): 22,8 pour cent
  • Highmark BCBS du Delaware: 32,5%

Une période de commentaires du public sur les tarifs proposés s'est déroulée jusqu'au 15 juillet 2016. Les tarifs qui ont été approuvés étaient très similaires à ce que les transporteurs avaient demandé lorsqu'ils ont initialement déposé les tarifs pour 2017.

Initialement, la commissaire aux assurances du Delaware, Karen Weldin Stewart, avait approuvé un taux inférieur à celui demandé pour Highmark et l'avait transmis à CMS pour examen. Mais à la lumière des transporteurs qui ont choisi de laisser les échanges dans de nombreux États du pays, CMS a exhorté le Delaware à accepter les tarifs initiaux de Highmark, et l'État a accepté. En conséquence, aucun assureur n'a quitté la bourse du Delaware à la fin de 2016, tandis que la plupart des autres États ont vu au moins certains assureurs quitter leurs bourses.

Des subventions plus élevées ont compensé la majeure partie des hausses de taux pour les inscrits aux échanges qui sont éligibles aux subventions, ce qui représente la grande majorité des inscrits.

Tarifs 2016

Une étude publiée en décembre 2014 par le Commonwealth Fund n'a montré qu'une augmentation de 3 % des primes moyennes du marché pour le Delaware entre 2014 et 2015. L'analyse pondérée a porté sur les taux de tous les niveaux de métaux et dans les zones urbaines/suburbaines/rurales de la plupart des États.

Mais les augmentations de taux l'année suivante, pour la couverture 2016, ont été beaucoup plus importantes. Le 29 septembre 2015, Stewart a annoncé les tarifs définitifs pour 2016, après avoir promis plus tôt dans l'année que le département des assurances du Delaware examinerait attentivement les propositions de tarifs 2016 qu'ils ont reçues des deux assureurs de change de l'État, dans l'espoir de trouver moyens de réduire les taux finaux.

  • Highmark Blue Cross Blue Shield of Delaware avait initialement demandé une augmentation moyenne des tarifs d'un peu plus de 25 % sur le marché individuel, bien qu'ils aient augmenté leur proposition d'augmentation des tarifs à 33 % en août. Les régulateurs de l'État ont finalement approuvé une augmentation moyenne des tarifs de 22,4 % pour les plans de marché individuels de Highmark, et Highmark détenait près de 95 % de la part de marché individuelle dans le Delaware, y compris les inscriptions en bourse et hors bourse.
  • Etna a proposé d'augmenter les tarifs de près de 17 % en moyenne pour 2016, ce qui a été approuvé par les régulateurs.

En 2014, Highmark a remporté plus de 90 pour cent de la part de marché des changes. Pour 2015, ils n'ont augmenté leurs taux moyens que de 4 %. Les tarifs Highmark ont ​​augmenté de manière significative en 2016, mais leur part de marché est restée similaire à ce qu'elle avait été en 2015.

Aucune discrimination contre les inscrits transgenres

En mars 2016, le Delaware est devenu le 15e État à interdire aux compagnies d'assurance maladie de discriminer les personnes transgenres inscrites. Les règles s'appliquent à la fois en bourse et hors bourse, ainsi que sur le marché individuel et collectif.

Le bulletin publié par la commissaire aux assurances Karen Weldin Stewart note spécifiquement que bien que le régime qui constitue le régime de référence des prestations de santé essentielles dans le Delaware pour 2016 comportait une exclusion pour la « chirurgie de changement de sexe » (sauf pour corriger une anomalie congénitale), le le bulletin détaillant l'interdiction de la discrimination transgenre remplace la conception du plan de référence, et que les assureurs ne peuvent pas émettre une telle exclusion générale.

Les coûts des médicaments de spécialité sont plafonnés en vertu de la loi du Delaware

Le Delaware est l'un des nombreux États qui ont pris des mesures pour limiter les dépenses personnelles des patients pour les médicaments sur ordonnance. La loi du Delaware limite les médicaments de spécialité à 150 $/mois de quote-part ou de coassurance. Les réglementations s'appliquent en bourse et hors bourse, ainsi qu'aux régimes parrainés par l'employeur qui sont réglementés par l'État (les régimes autoassurés sont plutôt réglementés par le gouvernement fédéral en vertu de l'ERISA).

Et les régimes d'assurance du Delaware ne sont pas autorisés à désigner tous les médicaments d'une classe de médicaments particulière comme médicaments de spécialité, de sorte que les patients ne devraient pas avoir une situation dans laquelle leurs seuls médicaments disponibles sont des médicaments de spécialité.

Le Delaware a choisi de rester avec un échange géré par le gouvernement fédéral

Dans les mois qui ont précédé la décision de la Cour suprême de 2015 sur King v. Burwell, le Delaware a conçu un plan de secours. Étant donné que le Delaware utilise le marché géré par le gouvernement fédéral (l'État a un échange de partenariat, qui est une variante de l'échange géré par le gouvernement fédéral), les subventions étaient menacées dans l'État. Si les plaignants King avaient eu gain de cause, on estime que 18 000 personnes auraient perdu leurs subventions dans le Delaware. Et à l'échelle de l'État, l'ensemble du marché des particuliers aurait vu les primes grimper en flèche au cours des prochaines années, car les personnes en bonne santé ont abandonné une couverture qui est devenue inabordable sans subventions.

Pour éviter ce résultat, l'État a soumis une proposition de transition d'un échange de partenariat État-fédéral vers un marché d'État soutenu par le gouvernement fédéral (l'Oregon, le Nevada, l'Arkansas, le Kentucky et le Nouveau-Mexique utilisent ce modèle à partir de 2019, avec l'État- gérer des échanges qui utilisent Healthcare.gov pour l'inscription). Et le 15 juin 2015, le HHS a émis une approbation conditionnelle pour le plan du Delaware (la Pennsylvanie et l'Arkansas ont également obtenu une approbation conditionnelle pour les échanges gérés par l'État en tant que plans d'urgence au cas où la Cour se serait rangée du côté de King).

À ce stade, le Delaware était le seul État avec un gouverneur démocrate et une majorité démocrate dans les deux chambres du Congrès qui n'avait pas d'échange géré par l'État, en grande partie parce que la petite population de l'État rendrait financièrement difficile le maintien d'un échange. .

Mais le 25 juin, la Cour suprême a statué que les subventions étaient légales dans tous les États, y compris ceux qui utilisent le marché géré par le gouvernement fédéral, ce qui signifie que les subventions continueraient d'être disponibles dans le Delaware, que l'État gère ou non sa propre bourse. Initialement, il n'était pas clair si le Delaware poursuivrait son plan de mise en œuvre d'un marché soutenu basé sur l'État. L'État a publié un communiqué de presse immédiatement après l'annonce du verdict du roi, déclarant qu'il continuerait d'évaluer la possibilité de faire la transition de l'échange et de prendre une décision plus tard dans l'été.

Mais en août 2015, les responsables du Delaware ont annoncé qu'ils continueraient à fonctionner en tant qu'échange de partenariat État-fédéral, notant que ce serait plus rentable que d'exploiter leur propre échange.

Liens d'échange d'assurance maladie du Delaware

Informations sur l'échange de prestations de santé
Échanger des informations de la Delaware Health Care Commission

Profil d'échange d'État : Delaware
L'aperçu de la Henry J. Kaiser Family Foundation sur les progrès du Delaware vers la création d'un échange d'assurance maladie d'État.


Delaware 2016 - Histoire

  • Température moyenne annuelle au Delaware - 55,27 degrés, 16e état le plus chaud des États-Unis.
  • Record de l'année la plus chaude au Delaware - 2012 / Température moyenne 58,81 degrés
  • Record Année la plus froide au Delaware - 1904 / Température moyenne 51,35 degrés
  • Delawaretempérature estivale moyenne (juin, juillet, août) - 74,2 degrés F, 16e état d'été le plus chaud des États-Unis
  • Delawaretempérature hivernale moyenne (décembre, janvier, février) - 36,1 degrés F, 34e état hivernal américain le plus froid

Le climat du Delaware est « tempéré humide » avec des étés chauds et des hivers doux. La température annuelle moyenne varie de 55 F dans le comté de New Castle à 56 F dans les comtés de Kent et de Sussex.

Le climat hivernal est intermédiaire entre le froid du Nord-Est et la douceur du Sud. Les masses d'air extrêmement froid de l'intérieur du continent sont quelque peu modérées par le passage au-dessus des Appalaches. La pénétration moyenne du gel varie d'environ cinq pouces dans le sud du Delaware à environ 10 pouces dans le nord du Delaware. Le temps estival est caractérisé par un temps très chaud, comprenant au moins plusieurs périodes chaudes et humides. Cependant, les nuits sont généralement assez confortables. La durée moyenne de la saison de croissance basée sur des températures minimales supérieures à 32 ° F, varie d'environ 175 à 195 jours.

La température la plus basse enregistrée pour le Delaware est de -17 ° F, à Millsboro le 17 janvier 1893, est survenue au cours d'un mois qui est probablement le plus froid jamais connu dans le Delaware et ses environs. Il convient de noter le fait que Millsboro a également la particularité d'avoir la température la plus élevée, 110 ° F, qui s'est produite le 21 juillet 1930. Une vague de chaleur prolongée pendant la période du 18 au 31 juillet 1930, a apporté des températures maximales de 100 ° F, ou plus, sur trois à quatre jours consécutifs à de nombreux endroits.

Des températures de 90 ° F ou plus se produisent 15 à 20 jours par an en moyenne dans les zones côtières et 25 à 30 jours à l'intérieur des terres. Le premier jour avec une température de 90 ou plus se produit en mai ou début juin. Une moyenne d'un jour avec une température maximale de 90 ou plus se produit en mai. Le dernier jour avec une température maximale de 90 ou plus se produit généralement en septembre ou rarement au début d'octobre. Septembre a une moyenne d'un à deux jours par an avec une température maximale de 90 ° F ou plus. Le nombre moyen de jours par an avec une température minimale de 32 ° F ou moins varie de 90 à 100 jours pour les zones côtières à 100 à 110 jours à l'intérieur des terres. Des températures de 0 ° F ou moins se produisent pendant les mois d'hiver.


Population du Delaware 1900-2020

Les backlinks d'autres sites Web et blogs sont la pierre angulaire de notre site et sont notre principale source de nouveau trafic.

Si vous utilisez nos images graphiques sur votre site ou votre blog, nous vous demandons de fournir une attribution via un lien vers cette page. Nous avons fourni quelques exemples ci-dessous que vous pouvez copier et coller sur votre site :


Aperçu du lien Code HTML (Cliquez pour copier)
Population du Delaware 1900-2020
Macrotendances
La source

Votre exportation d'image est maintenant terminée. Veuillez vérifier votre dossier de téléchargement.


Voir la vidéo: Je me soulèverai - Mois de lhistoire des Noirs 2016