Élections présidentielles de 1860 - Histoire

Élections présidentielles de 1860 - Histoire

Résultats des élections de 1860 Une course de quatre guerres

Le Parti démocrate se réunit en avril 1860, à Charleston, en Caroline du Sud. L'organe de la convention était divisé entre les Nordistes, qui soutenaient la souveraineté populaire (la capacité d'un État à décider lui-même d'autoriser ou non l'esclavage) et les Sudistes, qui voulaient que le parti démocrate défende le droit de détenir des esclaves. La convention a refusé la demande du Sud et les délégués du Sud sont sortis. Les membres du Nord ont alors essayé de nommer Stephen Douglas comme leur candidat. Cependant, les représentants du Sud n'étant plus présents, ils n'avaient pas les 2/3 des voix nécessaires pour sélectionner un candidat du parti. Les démocrates se sont à nouveau réunis à Baltimore. Une fois de plus, la convention s'est retrouvée dans l'impasse et les délégués du Sud sont sortis. Les habitants du Nord sont allés de l'avant et ont nommé Douglas. Les sudistes retournèrent à Charleston et nommèrent le vice-président John Breckinridge pour représenter le parti qu'ils appelaient désormais les démocrates nationaux.

Lorsque les républicains se sont rencontrés à Chicago en mai 1860, William Seward était leur favori pour recevoir leur nomination présidentielle. Seward était le républicain le plus respecté du pays. Les délégués, cependant, craignaient que les opinions franches de Sewards contre l'esclavage, ainsi que ses attaques contre le ", Know-Nothing Party " ne limitent le soutien que le parti gagnerait lors des élections. Le groupe s'est donc tourné vers Abraham Lincoln de l'Illinois. Lincoln a remporté l'investiture au troisième tour. La plate-forme républicaine s'est opposée à l'esclavage dans les territoires mais a soutenu le droit de l'esclavage dans le Sud. Il s'est également opposé à la décision Dredd-Scott. De plus, pour obtenir le soutien des anciens Whigs, les républicains se sont prononcés en faveur d'un soutien fédéral aux améliorations nationales. Cela comprenait le soutien à la construction du chemin de fer transcontinental.

Un quatrième parti politique a été créé par ceux qui voulaient préserver l'esclavage mais aussi préserver l'Union. On les appelait le « parti de l'Union constitutionnelle ». Ils ont choisi John Bell pour être leur candidat présidentiel.

Les républicains étaient unis derrière Lincoln, tandis que les autres partis étaient divisés par régions. Les organisations du parti ont mis en œuvre la majeure partie de la campagne. A cette époque, les candidats présidentiels ont pris une très petite part dans la campagne active. Stephen Douglas est devenu le premier candidat présidentiel de l'histoire à entreprendre une tournée de conférences à l'échelle nationale. Il a voyagé dans le Sud. Douglas ne s'attendait pas à remporter de nombreux votes électoraux dans le Sud. Il a parlé de l'importance de maintenir l'Union. Dans la campagne de 1860, le concours présidentiel était en fait deux concours. Un match était entre Douglas et Lincoln dans le nord et l'ouest. L'autre concours était entre Breckinridge et Bell dans le Sud. Les républicains menèrent une campagne très vigoureuse. Leur meilleure organisation l'a emporté. Lincoln a remporté une nette majorité des voix électorales. Il a obtenu 180 voix électorales, contre seulement 123 pour l'ensemble de ses adversaires. Ses adversaires, cependant, dans l'ensemble (tous ensemble) ont remporté un pourcentage plus élevé du vote global, et Lincoln gouvernerait après avoir remporté considérablement moins de la moitié (seulement 39,9%) du vote populaire.

AlabamaAbraham Lincoln0Stephen Douglas13,61815.1John Breckinridge48,66954.0John Bell27,83530.9
ArkansasAbraham Lincoln-0Stephen Douglas5,3579.9John Breckinridge28,73253.1John Bell20,06337.0
CalifornieAbraham Lincoln38,73332.3Stephen Douglas37,99931.7John Breckinridge33,96928.3John Bell9,1117.6
ConnecticutAbraham Lincoln43,48858.1Stephen Douglas15,43120.6John Breckinridge14,37219.2John Bell1,5282.0
DelawareAbraham Lincoln3,82223.7Stephen Douglas1,0666.6John Breckinridge7,33945.5John Bell3,88824.1
FlorideAbraham Lincoln-0Stephen Douglas2231.7John Breckinridge8,27762.2John Bell4,80136.1
GéorgieAbraham Lincoln-0Stephen Douglas11,58110.9John Breckinridge52,17648.9John Bell42,96040.3
IllinoisAbraham Lincoln172,17150.7Stephen Douglas160,21547.2John Breckinridge2,3310.7John Bell4,9141.4
IndianaAbraham Lincoln139,03351.1Stephen Douglas115,50942.4John Breckinridge12,2954.5John Bell5,3061.9
IowaAbraham Lincoln70,30254.6Stephen Douglas55,63943.2John Breckinridge1,0350.8John Bell1,7631.4
KentuckyAbraham Lincoln1,3640.9Stephen Douglas25,65117.5John Breckinridge53,14336.3John Bell66,05845.2
LouisianeAbraham Lincoln-0Stephen Douglas7,62515.1John Breckinridge22,68144.9John Bell20,20440.0
MaineAbraham Lincoln62,81162.2Stephen Douglas29,69329.4John Breckinridge6,3686.3John Bell2,0462.0
MarylandAbraham Lincoln2,2942.5Stephen Douglas5,9666.4John Breckinridge42,48245.9John Bell41,76045.1
MassachusettsAbraham Lincoln106,68462.8Stephen Douglas34,37020.2John Breckinridge6,1633.6John Bell22,33113.1
MichiganAbraham Lincoln88,48157.2Stephen Douglas65,05742.0John Breckinridge8050.5John Bell4150.3
MinnesotaAbraham Lincoln22,06963.4Stephen Douglas11,92034.2John Breckinridge7482.1John Bell500.1
MississippiAbraham Lincoln-0Stephen Douglas3,2824.7John Breckinridge40,76859.0John Bell25,04536.2
MissouriAbraham Lincoln17,02810.3Stephen Douglas58,80135.5John Breckinridge31,36218.9John Bell58,37235.3
New HampshireAbraham Lincoln37,51956.9Stephen Douglas25,88739.3John Breckinridge2,1253.2John Bell4120.6
New JerseyAbraham Lincoln58,34648.1Stephen Douglas62,86951.9John Breckinridge-0John Bell-
New YorkAbraham Lincoln362,64653.7Stephen Douglas312,51046.3John Breckinridge-0John Bell-
Caroline du NordAbraham Lincoln-0Stephen Douglas2,7372.8John Breckinridge48,84650.5John Bell45,12946.7
OhioAbraham Lincoln231,70952.3Stephen Douglas187,42142.3John Breckinridge11,4062.6John Bell12,1942.8
OregonAbraham Lincoln5,32936.1Stephen Douglas4,13628.0John Breckinridge5,07534.4John Bell2181.5
PennsylvanieAbraham Lincoln268,03056.3Stephen Douglas16,7653.5John Breckinridge178,87137.5John Bell12,7762.7
Rhode IslandAbraham Lincoln12,24461.4Stephen Douglas7,70738.6John Breckinridge-0John Bell-
TennesseeAbraham Lincoln-0Stephen Douglas11,2817.7John Breckinridge65,09744.6John Bell69,72847.7
TexasAbraham Lincoln-0Stephen Douglas180John Breckinridge47,45475.5John Bell15,38324.5
VermontAbraham Lincoln33,80875.7Stephen Douglas8,64919.4John Breckinridge2180.5John Bell1,9694.4
VirginieAbraham Lincoln1,8871.1Stephen Douglas16,1989.7John Breckinridge74,32544.5John Bell74,48144.6
WisconsinAbraham Lincoln86,11056.6Stephen Douglas65,02142.7John Breckinridge8870.6John Bell1610.1

Contexte de l'élection de 1860

L'enjeu central de l'élection présidentielle de 1860 était voué à l'asservissement. Des batailles sur l'extension de l'esclavage à de nouveaux territoires et États s'étaient emparées des États-Unis depuis la fin des années 1840, lorsque les États-Unis ont obtenu de vastes étendues de terre après la guerre du Mexique.

Dans les années 1850, la question de l'esclavage est devenue extrêmement brûlante. Le passage de l'Esclave Fugitif dans le cadre du Compromis de 1850 enflamma les habitants du Nord. Et la publication en 1852 d'un roman extraordinairement populaire, La Case de l'oncle Tom, a amené les débats politiques sur l'esclavage dans les salons américains.

Et l'adoption de la loi Kansas-Nebraska de 1854 est devenue un tournant dans la vie de Lincoln.

Après l'adoption de la législation controversée, Abraham Lincoln, qui avait essentiellement renoncé à la politique après un mandat malheureux au Congrès à la fin des années 1840, s'est senti obligé de retourner dans l'arène politique. Dans son État d'origine de l'Illinois, Lincoln a commencé à dénoncer la loi Kansas-Nebraska et en particulier son auteur, le sénateur Stephen A. Douglas de l'Illinois.

Lorsque Douglas s'est présenté aux élections en 1858, Lincoln s'est opposé à lui dans l'Illinois. Douglas a remporté cette élection. Mais les sept débats Lincoln-Douglas qu'ils ont tenus dans l'Illinois ont été mentionnés dans les journaux du pays, rehaussant le profil politique de Lincoln.

À la fin de 1859, Lincoln est invité à prononcer un discours à New York. Il a rédigé une adresse dénonçant l'esclavage et sa propagation, qu'il a prononcée à la Cooper Union à Manhattan. Le discours a été un triomphe et a fait de Lincoln une star politique du jour au lendemain à New York.


Campagnes

Le vainqueur de l'élection, John C. Breckinridge, a utilisé les principaux journaux des capitales des États pour diffuser ses idées. Pour prendre pied dans le nord, Breckinridge a fait appel à leurs opinions anti-esclavagistes en disant que les États du nord peuvent rester des États libres et que les États du sud peuvent maintenir l'esclavage pour le moment. Le 30 octobre, il a parlé de l'esclavage pour « encore quelques années ». Il a affirmé que l'esclavage sera dans la loi du Sud pour le moment, mais que les années passent, il y aura de plus en plus d'États libres jusqu'à ce que tous les États des États-Unis soient libres. Cela a été vu plus justement par la population du sud, comme dans leur esprit si les républicains prenaient le pouvoir, ils publieraient l'émancipation immédiate.

Son emprise sur les États du Nord n'a cependant pas été tenue aussi bien qu'il l'espérait, et il a dû les maintenir en remportant de grands débats, notamment contre le leader républicain Abraham Lincoln. Au moment des élections (6 novembre), de nombreux sondages et journaux ont déclaré que Lincoln était en avance de 34 % sur tous les autres candidats. Lorsque les votes ont été comptés, il semblait que c'était le contraire, Breckinridge a remporté l'élection avec une légère marge du vote populaire et 156 des votes électoraux.


Élections présidentielles

La convention de l'État républicain de l'Illinois a eu lieu à Decatur les 9 et 10 mai 1860. C'est ici que Lincoln a annoncé sa candidature à la course présidentielle. Il avait fait campagne mais n'avait pas encore annoncé sa candidature. Il était présenté comme un self-made man, fils de pionnier, partisan du travail libre et porte-parole du grand ouest. Il s'est présenté comme un modéré par opposition à Seward qui a prêché une doctrine de « loi supérieure » ​​à la Constitution.

Convention nationale républicaine

Il y avait quatre hommes remarquables en compétition pour l'investiture républicaine : William Seward de New York, Salmon Chase de l'Ohio, Edward Bates du Missouri et Abraham Lincoln de l'Illinois. Les quatre candidats étaient des avocats retenus. Seward était le favori, il était considéré comme le principal candidat à l'investiture et ses partisans étaient confiants dans sa victoire. Lincoln était le plus jeune et le moins expérimenté, sans distinction au cours de son seul mandat à la Chambre des représentants et avait perdu deux élections consécutives au Sénat. Cependant son génie politique lui a permis de se créer des partenaires politiques et des amis, générant des résultats impressionnants lors de cette convention. À l'avenir, alors qu'il remportait les élections nationales et devenait président, tous ses rivaux politiques dans cette nomination ont finalement obtenu des postes clés dans son gouvernement.

Photographie de Matthew Brady dans son studio de New York le même jour que le discours de Lincoln à Cooper Union. Cette photographie a été utilisée dans sa campagne de presse, elle est apparue dans des affiches, des macarons, des brochures, des cartes. Source : Bibliothèque du Congrès.

L'équipe de Lincoln était dirigée par son ami de confiance David Davis qui, avec Norman Judd, avait réussi à amener la Convention nationale républicaine à Chicago. Ils représentaient Lincoln à la Convention et leur travail consistait à obtenir des votes pour Lincoln au premier tour. Ils étaient prêts à répondre aux questions, à créer des liaisons et à fournir des informations aux autres délégations pour exercer une influence.

La Convention nationale républicaine n'était que la deuxième dans l'histoire du Parti républicain et a eu lieu du 16 au 18 mai 1860 à Chicago, Illinois. Au fur et à mesure que l'élection se déroulait, le décompte au premier tour de scrutin était : William Seward 173 ½, Abraham Lincoln 102, Salmon Chase 49 et Edward Bates 48. Un minimum de 233 votes était nécessaire pour être nominé.

Le deuxième tour de scrutin a réduit la course entre Lincoln et Seward, retirant les autres candidats de la course à l'investiture. Il y a eu un important transfert de voix vers Lincoln. La Nouvelle-Angleterre en a décalé 17, le Delaware 6 et la Pennsylvanie 44, comblant l'écart entre le 184 ½ de Seward et le 181 de Lincoln.

Au début du troisième tour de scrutin, Lincoln a obtenu 4 voix supplémentaires du Massachusetts, 4 de Pennsylvanie et 15 de l'Ohio. Alors que son décompte total atteignait 231 ½, 4 voix supplémentaires ont été transférées de Chase à Lincoln, lui donnant la nomination républicaine à la présidence.

L'un des facteurs les plus importants qui ont conduit Lincoln à la victoire était sa position au centre du parti. Seward et Chase étaient trop radicaux et Bates trop conservateur. Les hommes de Lincoln sous la direction de David Davis ont joué un rôle important en obtenant des votes décisifs d'États critiques qui ne voulaient pas que Seward soit élu.

Abraham s'est occupé pendant la période qui a suivi sa nomination, principalement en dehors de l'État où il n'était pas bien connu. Des photographes sont venus capturer son portrait et des journalistes ont demandé sa biographie. Peut-être 100 000 à 200 000 biographies de campagne ont été distribuées.

Élections générales

La perspective de victoire de Lincoln aux élections générales avait été renforcée par la division du Parti démocrate. La Convention nationale démocrate a eu lieu à Charleston, en Caroline du Sud, et s'est retrouvée divisée sur la question de l'esclavage. La souveraineté populaire de Douglas s'est avérée trop modérée pour les États du Sud et le parti s'est divisé. Le Nord a nommé Stephen Douglas et le Sud John C. Breckinridge du Kentucky.

C'est ainsi que l'Amérique a voté aux élections de 1860. Le vote populaire est allé à Abraham Lincoln avec 40% des voix.

Lincoln a obtenu le soutien et la coopération de ses rivaux républicains Chase, Bates et Seward pour sa campagne. Comme il était d'usage que Lincoln ne fasse pas campagne dans le pays, ses partisans l'ont fait. Lincoln a reçu des visiteurs et répondu aux lettres. Il a embauché John Nicolay, un immigrant germano-américain, comme assistant. Il a travaillé dur sur sa stratégie de campagne en accordant une attention particulière aux États où sa campagne connaissait des difficultés. Douglas, d'autre part, est devenu le premier candidat présidentiel à parcourir le pays pour faire campagne pour la présidence.

Le jour des élections, le 6 novembre 1860, Lincoln et ses proches conseillers restèrent au bureau du télégraphe jusqu'à environ 2 heures du matin. Les premiers retours venaient de la Nouvelle-Angleterre, de l'Indiana et de la Pennsylvanie, tous avaient voté républicain. Quand ils ont appris que les républicains avaient gagné New York, ils ont su que Lincoln avait gagné les élections.

Les républicains ont obtenu la majorité des voix populaires à 1 866 452 voix. Douglas a reçu 1 376 957 voix Breckinridge 849 781 et Bell 588 879.

Lincoln et Hamlin ont remporté 180 votes au Collège électoral. Les républicains ont gagné dans tous les États libres, à l'exception du New Jersey où Douglas a gagné. Comme prévu, Breckinridge a gagné dans tous les États esclavagistes.

Lincoln a été élu président des États-Unis et Hamlin vice-président. Il rentra chez lui et se souvint « car je me sentais alors comme je ne l'avais jamais ressenti auparavant, la responsabilité qui m'incombait ».


L'ÉLECTION DE 1860

L'élection de 1860 a déclenché l'effondrement de la démocratie américaine lorsque l'élévation d'Abraham Lincoln à la présidence a inspiré les sécessionnistes du Sud à retirer leurs États de l'Union.

L'élection de Lincoln devait beaucoup au désarroi du Parti démocrate. La décision Dred Scott et la doctrine Freeport avaient ouvert d'énormes divisions sectorielles parmi les démocrates. Bien que Brown n'en ait pas eu l'intention, son raid avait accentué la scission entre les démocrates du nord et du sud. Les Fire-Eaters ont juré d'empêcher un démocrate du Nord, en particulier Stephen Douglas de l'Illinois, de devenir leur candidat à la présidentielle. Ces fanatiques pro-esclavagistes ont insisté sur un démocrate du Sud.

La convention de nomination démocrate se réunit en avril 1860 à Charleston, en Caroline du Sud. Cependant, il s'est séparé après que les démocrates du Nord, qui constituaient une majorité de délégués, aient rejeté les efforts de Jefferson Davis pour protéger l'esclavage dans les territoires. Ces délégués démocrates du Nord savaient que soutenir Davis sur cette question serait très impopulaire parmi la population de leurs États. Une deuxième conférence, tenue à Baltimore, a encore illustré la division au sein du Parti démocrate. Les démocrates du Nord ont nommé Stephen Douglas, tandis que les démocrates du Sud, qui se sont réunis séparément, ont proposé le vice-président John Breckinridge du Kentucky. Le Parti démocrate s'était fracturé en deux factions sectorielles concurrentes.

En proposant deux candidats à la présidence, les démocrates ont donné aux républicains un énorme avantage. Espérant également empêcher une victoire républicaine, les pro-unionistes des États frontaliers ont organisé le Parti de l'Union constitutionnelle et présenté un quatrième candidat, John Bell, à la présidence, qui s'est engagé à mettre fin à l'agitation liée à l'esclavage et à préserver l'Union, mais n'a jamais pleinement expliqué comment il ' d accomplir cet objectif. Dans une caricature politique pro-Lincoln de l'époque, l'élection présidentielle est présentée comme un match de baseball. Lincoln se dresse sur le marbre. Une mouffette lève la queue vers les autres candidats. Se tenant le nez, le démocrate du sud John Breckinridge tient une chauve-souris étiquetée « Extension de l'esclavage » et déclare : « Je suppose que je ferais mieux de partir pour le Kentucky, car je sens quelque chose de fort ici, et je commence à penser que nous sommes complètement skunk'd. "

Le jeu national. Trois "outs" et un "run" (1860), par Currier et Ives, montrent les deux candidats démocrates et un candidat de l'Union constitutionnelle qui ont perdu les élections de 1860 contre le républicain Lincoln, illustrés à droite.

Les républicains ont nommé Lincoln et, lors des élections de novembre, il n'a recueilli que 40 % des voix populaires, bien qu'il ait remporté tous les États du nord, à l'exception du New Jersey. (Le nom de Lincoln a même été empêché d'apparaître sur les bulletins de vote de nombreux États du Sud par les démocrates du Sud.) Plus important encore, Lincoln a obtenu la majorité au Collège électoral. Les cracheurs de feu, cependant, refusèrent d'accepter les résultats. Avec la Caroline du Sud en tête, les mangeurs de feu des États du sud ont commencé à se retirer officiellement des États-Unis en 1860. La Caroline du Sud Mary Boykin Chesnut a écrit dans son journal sur la réaction à l'élection de Lincoln. "Maintenant que les républicains radicaux noirs ont le pouvoir", a-t-elle écrit, "je suppose qu'ils nous bruniront tous." Sa déclaration a révélé la crainte de nombreux sudistes qu'avec Lincoln comme président, le Sud puisse s'attendre à plus de chaos comme le raid de John Brown.

Cette carte montre la disposition des votes électoraux pour l'élection de 1860. Les votes étaient divisés selon des lignes de coupe presque parfaites.


La réélection de Lincoln a assuré qu'il présiderait à la conclusion réussie de la guerre civile. La victoire de Lincoln a fait de lui le premier président à être réélu depuis Andrew Jackson en 1832, ainsi que le premier président du Nord à être réélu.

La décision Dred Scott disait essentiellement que l'esclavage serait légal dans tous les États de l'Union. Douglas et les dirigeants plus modérés du Nord ont perdu leur soutien en raison de la décision Dred Scott. Ceci, combiné à la scission du parti démocrate, a permis à Abraham Lincoln et aux républicains de remporter la Maison Blanche.


Quelle était l'élection de 1860 Quizlet

Lincoln a gagné sans gagner un seul État du sud, ce qui a confirmé la croyance des sudistes. L'ÉLECTION DE 1860 L'élection de 1860 a déclenché l'effondrement de la démocratie américaine lorsque l'élévation d'Abraham Lincoln à la présidence a incité les sécessionnistes du Sud à retirer leurs États de l'Union.

C14 S4 Décrivez comment l'élection de 1860 et la sécession des États du Sud ont conduit au début de la guerre civile Flashcards Quizlet

Lors de l'inauguration de Lincoln en mars 1861, sept États du Sud profond avaient déjà quitté l'Union.

Quelle était l'élection de 1860 quizlet. Malgré un soutien minimal dans le sud, Lincoln a remporté la majorité du vote populaire et la majorité du vote électoral. L'élection de Lincoln devait beaucoup au désarroi du Parti démocrate. Le démocrate Stephan A.

À la suite de cette élection cruciale de 1860, la pire crise des Amériques avait commencé. Appuyez sur la carte pour voir la définition. Bell a remporté trois États du Sud tandis que Breckinridge a balayé le reste du Sud.

Les vues de Lincoln sur l'esclavage au moment des élections étaient considérées comme modérées. Le raid de John Brown sur Harpers Ferry un an plus tôt avait amené le grand débat américain sur l'esclavage à un point de rupture. L'élection du président des États-Unis en 1860.

Union constitutionnelle John Bell. La Convention de l'Union constitutionnelle de 1860 a nommé un candidat dirigé par l'ancien sénateur John Bell du Tennessee. APUSH Élection de 1860 Test Review Flashcards Quizlet Link.

Aussi qui a remporté les élections de 1800. Gagné par Abraham Lincoln avec 180 votes électoraux et 40 du vote populaire, ce qui signifie que 60 des citoyens ne voulaient PAS de Lincoln. Les problèmes étaient l'esclavage dans les territoires que Lincoln s'opposait à l'ajout de nouveaux États esclavagistes.

Comme la course avait quatre candidats principaux, cela a permis à Lincoln d'obtenir plus de votes électoraux qu'il ne le ferait autrement. Les partis candidats publient le républicain Abraham Lincoln. L'élection de 1860 et la réaction du sud Lincoln a gagné sur le démocrate du sud de Brekinridge, le démocrate du nord de Douglas et l'union constitutionnelle de Bell.

Choisissez parmi 500 séries différentes de l'élection de 1860 flashcards présidentielles sur Quizlet. L'élection de 1860 s'est avérée être le point de rupture pour une nation déjà instable. Cliquez sur la carte pour voir la définition.

Lincoln a remporté les élections et a obtenu plus de votes électoraux et plus de votes populaires que n'importe quel candidat. Lincoln a clôturé son premier discours inaugural en plaidant pour que sa nation ne soit pas déchirée par la guerre. Plus de notre série Élections les plus importantes.

Apprenez l'élection présidentielle de 1860 avec des flashcards interactifs gratuits. Lincoln a gagné sans gagner un seul État du sud, ce qui a confirmé la conviction des sudistes qu'ils n'étaient pas représentés équitablement. Quatre candidats ont été nommés.

L'élection présidentielle la plus importante et la plus controversée de l'histoire américaine a eu lieu en 1860. George Washington et l'élection de.

8 4 4 Sc Unionistes Coopérationnistes Et Sécessionnistes Llcs Flashcards Quizlet

5 3 Quizlet sur les fiches d'études sociales

La reconstruction et ses effets Flashcards Quizlet

La guerre civile 1861 1865 Flashcards Quizlet

Quizlet sur les cartes mémoire de la guerre civile

Section 3 1810 1861 Ch 12 16 Flashcards Quizlet

Histoire des États-Unis Chapitre 3 2 L'élection de 1860 Flashcards Quizlet

Sectionalisme aux États-Unis et élection de 1860 Flashcards Quizlet

Élection de 1860 Flashcards Quizlet

À la découverte de notre passé Une histoire des États-Unis Chapitre 16 Leçon 3 Quizlet sur les cartes éclair de la guerre de sécession

Nous Élections Flashcards Quizlet

Chapitre 10 Images Collins Diagram Quizlet

Sectionalisme aux États-Unis et élection de 1860 Flashcards Quizlet

Unité 5 Quiz 1 Flashcards Quizlet

Nathan Ss Unit 5 Flashcards Quizlet

Quizlet sur les cartes mémoire de la guerre civile

Élection Présidentielle De 1860 Diagramme Quizlet

Imprimer Quizlet de vocabulaire chapitre 13

Quizlet de diagramme de guide d'étude sur les causes de la guerre civile


Le système s'effondre

L'élection de 1860 fut une autre histoire.

Après qu'Abraham Lincoln eut battu trois autres candidats, les États du Sud refusèrent tout simplement d'accepter les résultats. Ils ont considéré la sélection d'un président qui ne protégerait pas l'esclavage comme illégitime et ont ignoré les résultats de l'élection.

Ce n'est que pendant la guerre civile profondément sanglante que les États-Unis sont restés intacts. La querelle sur la légitimité de cette élection, fondée sur des divergences fondamentales entre le Nord et le Sud, a coûté la vie à 600 000 Américains.

L'élection présidentielle contestée de 1860 a conduit à la guerre civile, où 600 000 sont morts, y compris ces soldats confédérés à Gettysburg « l'antre du diable », en juin ou juillet 1863. Alexander Gardner, photographe/Library of Congress Prints and Photographs Division

Quelle est la différence entre l'effondrement politique de 1860 et la continuité d'autres élections contestées ? Dans tous les cas, les citoyens étaient politiquement divisés et les élections ont été vivement contestées.

Ce qui fait si clairement ressortir 1860, c'est que le pays était divisé sur la question morale de l'esclavage, et cette division suivait des lignes géographiques qui ont permis à une révolution de se former. De plus, la Confédération était raisonnablement unifiée à travers les lignes de classe.

Alors que l'Amérique d'aujourd'hui est certainement divisée, la distribution des croyances politiques est beaucoup plus dispersée et complexe que la cohésion idéologique de la Confédération.


Contenu

Les conventions de l'élection présidentielle de 1860 ont été exceptionnellement tumultueuses, en raison notamment d'une scission au sein du Parti démocrate qui a conduit à des conventions rivales.

Nomination du Parti républicain Modifier

  • Abraham Lincoln, ancien représentant de l'Illinois
  • William Seward, sénateur de New York
  • Simon Cameron, sénateur de Pennsylvanie
  • Salmon P. Chase, gouverneur de l'Ohio
  • Edward Bates, ancien représentant du Missouri
  • John McLean, juge associé de la Cour suprême des États-Unis
  • Benjamin Wade, sénateur de l'Ohio
  • William L. Dayton, ancien sénateur du New Jersey

Galerie des candidats du Parti républicain Modifier

La Convention nationale républicaine se réunit à la mi-mai 1860, après que les démocrates eurent été contraints d'ajourner leur convention à Charleston. Avec les démocrates en plein désarroi et un balayage possible des États du Nord, les républicains se sont sentis confiants lors de leur convention à Chicago. William H. Seward de New York a été considéré comme le favori, suivi de Salmon P. Chase de l'Ohio et Edward Bates du Missouri. Abraham Lincoln de l'Illinois était moins connu et n'était pas considéré comme ayant une bonne chance contre Seward. Seward avait été gouverneur et sénateur de New York, était issu d'une société Whig et était un politicien très compétent. Étaient également en course John C. Frémont, William L. Dayton, Cassius M. Clay et Benjamin Wade, qui pourraient peut-être gagner si la convention échouait. [3]

Au fur et à mesure que la convention se développait, il a été révélé que les leaders Seward, Chase et Bates s'étaient chacun aliénés des factions du Parti républicain. Seward avait (à tort) été dépeint comme un radical, et ses discours sur l'esclavage prédisaient un conflit inévitable, qui effrayait les délégués modérés. Il était également fermement opposé au nativisme, ce qui a encore affaibli sa position. Il avait également été abandonné par son ami de longue date et allié politique Horace Greeley, éditeur de l'influent Tribune de New York. [3]

Chase, un ancien démocrate, s'était aliéné de nombreux anciens Whigs par sa coalition avec les démocrates à la fin des années 1840. Il s'était également opposé aux tarifs exigés par la Pennsylvanie, et avait même eu l'opposition de sa propre délégation de l'Ohio. [ citation requise ] Cependant, la position anti-esclavagiste ferme de Chase l'a rendu populaire auprès des républicains radicaux. Mais ce qu'il avait en politique, il manquait de charisme et de sens politique. [3]

Le conservateur Bates était un candidat improbable, mais a trouvé le soutien d'Horace Greeley, qui cherchait une chance de vaincre Seward, avec qui il avait maintenant une amère querelle. Bates a exposé ses positions sur l'extension de l'esclavage dans les territoires et l'égalité des droits constitutionnels pour tous les citoyens, des positions qui ont aliéné ses partisans dans les États frontaliers et les conservateurs du Sud, tandis que les Allemands-Américains du parti s'opposaient à Bates en raison de son association passée avec les Know Nothings. . [3]

Dans ce mélange est venu Lincoln. Lincoln n'était pas inconnu, il avait pris de l'importance dans les débats Lincoln-Douglas et avait été représentant de la maison de l'Illinois. Il envisageait tranquillement une course depuis les débats Lincoln-Douglas en 1858, s'assurant que les débats étaient largement publiés et qu'une biographie de lui-même était publiée. Il a acquis une grande notoriété avec son discours de février 1860 Cooper Union, qui lui a peut-être assuré la nomination. Il n'avait pas encore annoncé son intention de se présenter, mais c'était un superbe discours. Prononcé dans l'État d'origine de Seward et en présence de Greeley, Lincoln a utilisé le discours pour montrer que le parti républicain était un parti de modérés, et non de fanatiques fous comme le prétendaient le Sud et les démocrates. Par la suite, Lincoln était très demandé pour des allocutions. [3] [4] Comme la convention s'est approchée, Lincoln n'a pas fait campagne très activement, car "le bureau était censé chercher l'homme". Ce fut le cas lors de la convention de l'État de l'Illinois, une semaine avant la convention nationale. Le jeune politicien Richard Oglesby avait secrètement trouvé plusieurs rails de clôture de la ferme Hanks-Lincoln que Lincoln avait peut-être divisés dans son enfance, et les avait présentés à la convention avec une banderole proclamant que Lincoln était « le candidat du rail » à la présidence. Lincoln a reçu une ovation tonitruante, dépassant les attentes de lui et de ses alliés politiques. [3]

Même avec un tel soutien de son État d'origine, Lincoln était confronté à une tâche difficile s'il voulait remporter l'investiture. Il a entrepris de s'assurer qu'il était le deuxième choix de la plupart des délégués, réalisant que le premier tour de scrutin à la convention était peu susceptible de produire un vainqueur clair. Il a conçu que la convention aurait lieu à Chicago, ce qui serait intrinsèquement amical avec Lincoln, basé dans l'Illinois. Il s'est également assuré que la délégation de l'Illinois voterait en bloc pour lui. Lincoln n'a pas assisté à la convention en personne et a laissé la tâche de délégué se quereller à plusieurs amis proches. [3]

Le premier tour de scrutin a produit de manière prévisible une avance pour Seward, mais pas une majorité, Lincoln à la deuxième place. Le deuxième tour a éliminé la plupart des prétendants mineurs, les votes passant à Seward ou principalement à Lincoln. La convention resta cependant dans l'impasse, et les manœuvres politiques habiles des délégués de Lincoln convainquirent les délégués d'abandonner Seward en faveur de Lincoln. La combinaison de Lincoln d'une position modérée sur l'esclavage, d'un long soutien aux problèmes économiques, de ses origines occidentales et d'un discours fort s'est avéré être exactement ce que les délégués voulaient d'un président. Au troisième tour de scrutin, le 18 mai, Lincoln a obtenu la nomination à une écrasante majorité. [3] [5] Le sénateur Hannibal Hamlin du Maine a été nommé vice-président, en battant Cassius M. Clay. Hamlin a été surpris par sa nomination, affirmant qu'il était "étonné" et qu'il "ne l'avait ni prévu ni souhaité". [6]

La plate-forme du parti [7] promettait de ne pas interférer avec l'esclavage dans les États, mais s'opposait à l'esclavage dans les territoires. La plate-forme promettait des tarifs protégeant l'industrie et les travailleurs, un Homestead Act accordant des terres agricoles gratuites dans l'Ouest aux colons et le financement d'un chemin de fer transcontinental. Il n'y avait aucune mention du mormonisme (qui avait été condamné dans la plate-forme du Parti de 1856), du Fugitive Slave Act, des lois sur la liberté personnelle ou de la décision Dred Scott. [8] Alors que les forces de Seward étaient déçues de la nomination d'un parvenu occidental peu connu, elles se sont ralliées à Lincoln, tandis que les abolitionnistes étaient en colère contre le choix d'un modéré et avaient peu de foi en Lincoln. [9] [10]

Nomination du Parti démocrate (démocrate du Nord) Modifier

Candidats démocrates du Nord :

  • Stephen Douglas, sénateur de l'Illinois
  • James Guthrie, ancien secrétaire au Trésor du Kentucky
  • Robert Mercer Taliaferro Hunter, sénateur de Virginie
  • Joseph Lane, sénateur de l'Oregon
  • Daniel S. Dickinson, ancien sénateur de New York
  • Andrew Johnson, sénateur du Tennessee

Galerie des candidats du Parti démocrate Modifier

Lors de la convention nationale démocrate tenue à l'Institute Hall de Charleston, en Caroline du Sud, en avril 1860, 50 démocrates du Sud ont démissionné d'un différend sur la plate-forme, mené par l'extrême pro-esclavagiste « Fire-Eater » William Lowndes Yancey et la délégation de l'Alabama : ils étaient les délégations entières de Floride, Géorgie, Louisiane, Mississippi, Caroline du Sud et Texas, trois des quatre délégués de l'Arkansas, et un des trois délégués du Delaware.

Six candidats ont été nommés : Stephen A. Douglas de l'Illinois, James Guthrie du Kentucky, Robert Mercer Taliaferro Hunter de Virginie, Joseph Lane de l'Oregon, Daniel S. Dickinson de New York et Andrew Johnson du Tennessee, tandis que trois autres candidats, Isaac Toucey du Connecticut, James Pearce du Maryland et Jefferson Davis du Mississippi (le futur président des États confédérés) ont également reçu des voix.

Douglas, un modéré sur la question de l'esclavage qui était en faveur de la "souveraineté populaire", était en tête au premier tour, mais il manquait 56 ½ voix pour garantir la nomination. Au 57e tour de scrutin, Douglas étant toujours en tête, mais avec 51 voix et demi de moins que la nomination, les délégués épuisés et désespérés ont convenu le 3 mai de cesser de voter et d'ajourner la convention.

Alors que les démocrates se réunissaient à nouveau au Front Street Theatre de Baltimore, Maryland, le 18 juin, 110 délégués du Sud (dirigés par des « Fire-Eaters ») ont boycotté la convention ou ont quitté la convention après que la convention les a informés qu'ils n'adopteraient pas de résolution soutenant l'extension l'esclavage dans des territoires dont les électeurs n'en voulaient pas.

Alors que certains considéraient Horatio Seymour comme un candidat de compromis pour l'investiture nationale démocrate lors de la reprise de la convention à Baltimore, Seymour a écrit une lettre au rédacteur en chef de son journal local déclarant sans réserve qu'il n'était candidat à aucun des deux postes sur le ticket. After two ballots - the 59th ballot overall - the remaining Democrats nominated Stephen A. Douglas from Illinois for president. [12] The election would now pit Lincoln against his longtime political rival, whom Lincoln had lost to in the Illinois senate race just two years earlier. That two candidates were from Illinois showed the importance of the West in the election. [3]

While Benjamin Fitzpatrick from Alabama was nominated for vice president, he refused the nomination.

After the convention concluded with no vice-presidential nominee, Douglas offered the nomination to Herschel Vespasian Johnson from Georgia, who accepted.

Southern Democratic Party nomination Edit

Southern Democratic candidates:

  • John C. Breckinridge, Vice President of the United States
  • Daniel S. Dickinson, former senator from New York
  • Robert Mercer Taliaferro Hunter, senator from Virginia
  • Joseph Lane, senator from Oregon
  • Jefferson Davis, senator from Mississippi

Southern Democratic Party candidates gallery Edit

Sénateur Joseph Lane from Oregon
(declined to be nominated)

The delegates who walked out of the convention at Charleston reconvened in Richmond, Virginia on June 11. When the Democrats reconvened in Baltimore, they rejoined (except South Carolina and Florida, who had stayed in Richmond).

When the convention seated two replacement delegations on June 18, they walked out again or boycotted the convention, accompanied by nearly all other Southern delegates and erstwhile Convention chair Caleb Cushing, a New Englander and former member of Franklin Pierce's cabinet.

This larger group met immediately in Baltimore's Institute Hall, with Cushing again presiding. They adopted the pro-slavery platform rejected at Charleston, and nominated Vice President John C. Breckinridge for president, and Senator Joseph Lane from Oregon for vice president. [14]

Yancey and some (less than half) of the bolters - almost entirely from the Lower South - met on June 28 in Richmond, along with the South Carolina and Florida delegations, at a convention that affirmed the nominations of Breckinridge and Lane. [13]

Besides the Democratic Parties in the Southern states, the Breckinridge/Lane ticket was also supported by the Buchanan administration. Buchanan's own continued prestige in his home state of Pennsylvania ensured that Breckinridge would be the principal Democratic candidate in that populous state. Breckinridge was the last sitting vice president nominated for president until Richard Nixon in 1960.

Constitutional Union Party nomination Edit

Constitutional Union candidates:

  • John Bell, former senator from Tennessee
  • Sam Houston, governor of Texas
  • John J. Crittenden, senator from Kentucky
  • Edward Everett, former senator from Massachusetts
  • William A. Graham, former senator from North Carolina
  • William C. Rives, former senator from Virginia

The Constitutional Union Party was formed by remnants of both the defunct Know Nothing and Whig Parties who were unwilling to join either the Republicans or the Democrats. The new party's members hoped to stave off Southern secession by avoiding the slavery issue. [15] They met in the Eastside District Courthouse of Baltimore and nominated John Bell from Tennessee for president over Governor Sam Houston of Texas on the second ballot. Edward Everett was nominated for vice-president at the convention on May 9, 1860, one week before Lincoln. [11] [16]

John Bell was a former Whig who had opposed the Kansas–Nebraska Act and the Lecompton Constitution. Edward Everett had been president of Harvard University and Secretary of State in the Millard Fillmore administration. The party platform advocated compromise to save the Union with the slogan "The Union as it is, and the Constitution as it is." [17]

Liberty (Union) Party nomination Edit

Liberty Party (Radical Abolitionists, Union) candidates gallery Edit

By 1860, very little remained of the Liberty Party, after most of its membership left to join the Free Soil Party in 1848 and nearly all of what remained of it joined the Republicans in 1854. The remaining party was also called the Radical Abolitionists. [18] [19] A convention of one hundred delegates was held in Convention Hall, Syracuse, New York, on August 29, 1860. Delegates were in attendance from New York, Pennsylvania, New Jersey, Michigan, Illinois, Ohio, Kentucky, and Massachusetts. Several of the delegates were women.

Gerrit Smith, a prominent abolitionist and the 1848 presidential nominee of the original Liberty Party, had sent a letter in which he stated that his health had been so poor that he had not been able to be away from home since 1858. Nonetheless, he remained popular in the party because he had helped inspire some of John Brown's supporters at the Raid on Harpers Ferry. In his letter, Smith donated $50 to pay for the printing of ballots in the various states.

There was quite a spirited contest between the friends of Gerrit Smith and William Goodell in regard to the nomination for the presidency. In spite of his professed ill health, Gerrit Smith was nominated for president and Samuel McFarland from Pennsylvania was nominated for vice president. [19]

In Ohio and Illinois, slates of presidential electors pledged to Smith ran with the name of the Union Party. [20]

People's Party nomination Edit

The People's Party was a loose association of the supporters of Governor Samuel Houston. On April 20, 1860, the party held what it termed a national convention to nominate Houston for president on the San Jacinto Battlefield in Texas. Houston's supporters at the gathering did not nominate a vice-presidential candidate, since they expected later gatherings to carry out that function. Later mass meetings were held in northern cities, such as New York City on May 30, 1860, but they too failed to nominate a vice-presidential candidate. Houston, never enthusiastic about running for the Presidency, soon became convinced that he had no chance of winning and that his candidacy would only make it easier for the Republican candidate to win. He withdrew from the race on August 16, and urged the formation of a Unified "Union" ticket in opposition to Lincoln. [21] [22]

In their campaigning, Bell and Douglas both claimed that disunion would not necessarily follow a Lincoln election. Nonetheless, loyal army officers in Virginia, Kansas and South Carolina warned Lincoln of military preparations to the contrary. Secessionists threw their support behind Breckinridge in an attempt either to force the anti-Republican candidates to coordinate their electoral votes or throw the election into the House of Representatives, where the selection of the president would be made by the representatives elected in 1858, before the Republican majorities in both House and Senate achieved in 1860 were seated in the new 37th Congress. Mexican War hero Winfield Scott suggested to Lincoln that he assume the powers of a commander-in-chief before inauguration. However, historian Bruce Chadwick observes that Lincoln and his advisors ignored the widespread alarms and threats of secession as mere election trickery. [ citation requise ]

Indeed, voting in the South was not as monolithic as the Electoral College map would make it seem. Economically, culturally, and politically, the South was made up of three regions. In the states of the "Upper" South, later known as the "Border States" (Delaware, Maryland, Kentucky, and Missouri along with the Kansas territories), unionist popular votes were scattered among Lincoln, Douglas, and Bell, to form a majority in all four. In the "Middle" South states, there was a unionist majority divided between Douglas and Bell in Virginia and Tennessee in North Carolina and Arkansas, the unionist (Bell and Douglas) vote approached a majority. Texas was the only Middle South state that Breckinridge carried convincingly. In three of the six "Deep" South states, unionists (Bell and Douglas) won divided majorities in Georgia and Louisiana or neared it in Alabama. Breckinridge convincingly carried only three of the six states of the Deep South (South Carolina, Florida, and Mississippi). [23] These three Deep South states were all among the four Southern states with the lowest white populations together, they held only nine percent of Southern whites. [24]

Among the slave states, the three states with the highest voter turnouts voted the most one-sided. Texas, with five percent of the total wartime South's population, voted 75 percent Breckinridge. Kentucky and Missouri, with one-fourth the total population, voted 73 percent pro-union Bell, Douglas and Lincoln. In comparison, the six states of the Deep South making up one-fourth the Confederate voting population, split 57 percent Breckinridge versus 43 percent for the two pro-union candidates. [nb 2] The four states that were admitted to the Confederacy after Fort Sumter held almost half its population, and voted a narrow combined majority of 53 percent for the pro-union candidates.

In the eleven states that would later declare their secession from the Union and be controlled by Confederate armies, ballots for Lincoln were cast only in Virginia, [nb 3] where he received 1,929 votes (1.15 percent of the total). [27] [28] Unsurprisingly, the vast majority of the votes Lincoln received were cast in border counties of what would soon become West Virginia – the future state accounted for 1,832 of Lincoln's 1,929 votes. [29]

Lincoln received no votes at all in 121 of the state's then-145 counties (including 31 of the 50 that would form West Virginia), received a single vote in three counties and received ten or fewer votes in nine of the 24 counties where he polled votes. Lincoln's best results, by far, were in the four counties that comprised the state's northern panhandle, a region which had long felt alienated from Richmond, was economically and culturally linked to its neighbors Ohio and Pennsylvania and would become the key driver in the successful effort to form a separate state. Hancock County (Virginia's northernmost at the time) returned Lincoln's best result – he polled over 40% of the vote there and finished in second place (Lincoln polled only eight votes fewer than Breckinridge). Of the 97 votes cast for Lincoln in the state's post-1863 boundaries, 93 were polled in four counties along the Potomac River and four were tallied in the coastal city of Portsmouth. [27]

Some key differences between modern elections and the those of the mid-nineteenth century are that at the time, not only was there was no secret ballot anywhere in the United States, but the state did not print and distribute ballots. In theory, any document containing a valid or at least non-excessive number names of citizens of a particular state (provided they were eligible to vote in the electoral college within that state) might have been accepted as a valid presidential ballot, however what this meant in practice was that a candidate's campaign was responsible for printing and distributing their own ballots (this service was typically done by supportive newspaper publishers). Moreover, since voters did not choose the president directly, but rather presidential electors, the only way for a voter to meaningfully support a particular candidate for president was cast a ballot for citizens of his state who would have pledged to vote for the candidate in the Electoral College. In ten southern slave states, no citizen would publicly pledge to vote for Abraham Lincoln, so citizens there had no legal means to vote for the Republican nominee. In most of Virginia, no publisher would print ballots for Lincoln's pledged electors. [27] While a citizen without access to a ballot for Lincoln could theoretically have still voted for him by means of a write-in ballot provided his state had electors pledged to Lincoln and the voter knew their identities, casting a ballot in favor of the Republican candidate in a strongly pro-slavery county would have incurred (at minimum) social ostracization (of course, casting a vote for Breckinridge in a strongly abolitionist county ran a voter the same risk).

In the four slave states that did not secede (Missouri, Kentucky, Maryland, and Delaware), Lincoln came in fourth in every state except Delaware (where he finished third). Within the fifteen slave states, Lincoln won only two counties out of 996, Missouri's St. Louis and Gasconade Counties. [27] In the 1856 election, the Republican candidate for president had received no votes at all in twelve of the fourteen slave states with a popular vote (these being the same states as in the 1860 election, plus Missouri and Virginia).


Voir la vidéo: The Tumultuous Election 1860