Churchill AVRE (Véhicule d'assaut Royal Engineers)

Churchill AVRE (Véhicule d'assaut Royal Engineers)

Churchill AVRE (Véhicule d'assaut Royal Engineers)

Le Churchill AVRE (Assault Vehicle, Royal Engineers) a été développé après le raid de Dieppe dans le but de rendre les ingénieurs de combat moins vulnérables alors qu'ils tentaient de détruire les défenses ennemies.

L'AVRE a été développé à partir d'une suggestion faite par le lieutenant J. J. Denovan des Royal Canadian Engineers, mais rattaché à la Special Devices Branch du Department of Tank Design. Son idée était d'avoir un réservoir avec autant d'équipement interne standard que possible retiré et remplacé par un espace de stockage pour l'équipement, les outils et les explosifs du sapeur. Le Churchill a été choisi en raison de sa combinaison d'un grand intérieur, d'un blindage épais et d'une porte d'accès latérale, et un prototype a été développé pour le Département de la conception des chars par la 1st Canadian M E Company.

Une démonstration sur Hankley Common le 25 février 1943 montra ce que les ingénieurs avaient en tête. Un char Churchill avec le stockage de munitions interne supprimé et une nouvelle porte latérale qui s'est dépliée pour devenir un écran blindé a été poussé jusqu'à un mur de béton. Les sapeurs ont émergé du réservoir, ont placé et allumé des charges explosives du général Wade sur le mur, puis se sont retirés dans le réservoir. Le trou résultant était assez grand pour y faire passer un char.

Le mortier à chargement par la bouche de 290 mm a été développé séparément par le colonel Blacker, le concepteur du Blacker Bombard, un mortier à ergot construit pour la Home Guard. On lui a demandé de concevoir une version du mortier qui pourrait être montée sur un char et a produit un mortier qui pourrait tirer un obus explosif de 40 livres connu sous le nom de Flying Dustbin. Un ressort massif a absorbé les 20 tonnes de recul et a utilisé l'énergie pour réarmer le mortier. Lors de la démonstration de Hankley Common, ce mortier a été monté sur un char Churchill. Après avoir utilisé des obus fusionnés pour faire éclater l'air pour dégager un espace de 28 pieds de large à travers un champ de mines, le mortier a ensuite tiré douze obus directement sur un mur de béton de 6 pieds d'épaisseur, créant un espace suffisamment large pour un char.

Les deux conçus ont été fusionnés pour créer l'AVRE. Environ 700 ont été produits en convertissant des Churchill Mk III et IV, dont 180 avaient été achevés lors du débarquement du jour J, où ils ont été utilisés par la 1ère brigade d'assaut de la 79e division blindée. L'AVRE a reçu des points d'attache standard qui pouvaient être utilisés pour transporter une large gamme d'équipements spécialisés, y compris des porte-fascines qui pouvaient déposer leurs bottes de broussailles dans des fossés ou à la base de barrières, une variété de dispositifs de dragage de mines, un petit pont à poutres caissons , les réservoirs de pose de tapis 'bobbin' et l'engin explosif 'Goat'.

L'AVRE a joué un rôle important dans le succès des débarquements britanniques et canadiens le jour J, où leur mortier à broche était particulièrement précieux, détruisant un certain nombre de points forts allemands, le plus célèbre étant le sanatorium du Hamel. Ils ont continué à opérer avec succès pendant la campagne dans le nord-ouest de l'Europe, et les versions ultérieures du char AVRE sont restées en service longtemps après le retrait du Churchill.


1ère brigade d'assaut du génie royal

Les 1ère brigade d'assaut du génie royal était une formation blindée spécialisée de l'armée britannique active pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a été formé au milieu de 1943 et sa structure était de trois Régiments d'assaut des ingénieurs royaux. Il a été affecté à la 79th Armored Division en vue de l'invasion de la Normandie du 6 juin 1944. L'unité comprenait des véhicules blindés modifiés pour des rôles de spécialiste (également connus sous le nom de Hobart's Funnies), destinés à aider à la phase de débarquement de l'opération.

1ère brigade d'assaut du génie royal
actif1943–1945
PaysRoyaume-Uni
BrancheArmée britannique
TaperIngénieurs
RôleIngénieurs blindés
Taillela brigade
Partie de79e division blindée
EngagementsOpération Overlord
Opération Infatuation
Opération Blackcock
Opération Pillage


Churchill AVRE (Véhicule Blindé Royal Engineers)

Tous droits réservés, à l'exception des exceptions d'utilisation équitable autorisées par ailleurs en vertu de la loi sur le droit d'auteur, les dessins et les brevets de 1988, telle que modifiée et révisée.

Utilisation non commerciale acceptée

Utilisation autorisée à ces fins :

Si vous êtes intéressé par la gamme complète de licences disponibles pour ce matériel, veuillez contacter l'une de nos équipes de vente et de licence de collections.

Utilisez cette image dans le cadre de l'utilisation équitable.

Tous droits réservés, à l'exception des exceptions d'utilisation équitable autorisées par ailleurs en vertu de la loi sur le droit d'auteur, les dessins et les brevets de 1988, telle que modifiée et révisée.

Utilisation non commerciale acceptée

Utilisation autorisée à ces fins :

Si vous êtes intéressé par la gamme complète de licences disponibles pour ce matériel, veuillez contacter l'une de nos équipes de vente et de licence de collections.


Contenu

Première Guerre mondiale[modifier | modifier la source]

Le premier véhicule pouvant être considéré comme un AVRE est le char Heavy RE développé peu après la Première Guerre mondiale par le Major Giffard LeQuesne Martel RE. Ώ] Ce véhicule était un char Mark V modifié. Deux fonctions de support pour ces AVRE ont été développées : le pontage et le déminage. L'élément de pontage impliquait un pont d'assaut, conçu par le major Charles Inglis RE, appelé le pont de l'écluse du canal, qui avait une longueur suffisante pour enjamber une écluse du canal. Le major Martel a accouplé le pont avec le char et a utilisé l'énergie hydraulique générée par le moteur du char pour mettre le pont en place. Pour le déminage, les réservoirs étaient équipés de rouleaux de 2 tonnes.

2 Churchill ARK franchissant un obstacle difficile

Entre les guerres[modifier | modifier la source]

Entre les guerres, divers réservoirs de pontage expérimentaux ont été utilisés pour tester une série de méthodes de franchissement d'obstacles et développées par l'Etablissement de pontage expérimental (EBE). Le capitaine SG Galpin RE a conçu un prototype de char léger Mk V pour tester le pont d'assaut en ciseaux. Ce concept a été réalisé par le Capitaine SA Stewart RE avec une contribution significative d'un MDM Delany, un fonctionnaire scientifique à l'emploi de l'EBE. MB Wild & Co, Birmingham, a également développé un pont pouvant couvrir des espaces de 26 pieds à l'aide d'un système complexe de câbles en acier et d'une flèche mobile, où la section avant était projetée puis fixée à la section arrière avant de lancer le pont. Ce système a dû être abandonné en raison du manque de succès pour le faire fonctionner, mais l'idée a ensuite été utilisée avec succès sur le réservoir de pose du pont Beaver. Ώ] ΐ]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier la source]

Une fois la Seconde Guerre mondiale commencée, le développement de véhicules blindés destinés aux ingénieurs sur le terrain a été accéléré sous la direction de Delaney. L'EBE a rapidement développé un pont d'assaut transporté sur un char Covenanter modifié capable de déployer un pont de capacité de charge sur chenilles de 24 tonnes (classe 24) pouvant couvrir des écarts de 30 pieds. Cependant, il n'a pas servi dans les forces armées britanniques et tous les véhicules ont été transférés aux forces alliées telles que l'Australie et la Tchécoslovaquie. Une conception de classe 30 a remplacé la classe 24 sans véritable refonte, simplement la substitution du char Covenanter par un Valentine convenablement modifié. Au fur et à mesure que les chars de guerre devenaient plus lourds, un nouveau pont capable de les soutenir a été développé. Un Churchill fortement modifié utilisait un pont monobloc monté sur un char sans tourelle et était capable de poser le pont en 90 secondes. Ce pont était capable de transporter une charge sur chenilles de 60 tonnes ou sur roues de 40 tonnes. Ώ] Le premier pont à équiper un AVRE Churchill était le Tank Bridge, Box Girder. Cet équipement comblait des écarts de 30 pieds, mais pouvait également être utilisé pour franchir des digues de 12 pieds ou d'autres obstacles similaires. Le Churchill ARK (Armored Ramp Carrier) était une conception flexible, où le char lui-même était le "pont". Plusieurs véhicules pourraient être utilisés pour couvrir les espaces verticaux et horizontaux. Le char avait la tourelle retirée et des rails montés sur la coque. Des rampes ont été fixées à chaque extrémité des pistes étendant le potentiel de pontage et permettant son utilisation en terrain difficile. Le réservoir aurait besoin d'être récupéré une fois que son utilisation n'était plus nécessaire. Ώ]


Churchill AVRE

Les Churchill AVRE (Véhicule d'assaut Royal Engineers) était une modification du char d'infanterie Churchill utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale. Développé en réponse au désastreux raid de Dieppe, l'AVRE était l'un des nombreux véhicules d'une série surnommée Hobbart's Funnies, qui étaient des véhicules d'ingénierie spécialisés destinés au franchissement d'obstacles lors des débarquements sur la plage. L'AVRE était équipé d'un mortier à ergot de 290 mm surnommé "Flying Dustbin" qui pouvait lancer des charges explosives pour détruire les barricades, les bunkers et les champs de mines. Le véhicule est entré en action pendant et après le jour J.


Le Churchill AVRE

Le Churchill AVRE (Armored Vehicle Royal Engineers) était un char Churchill modifié armé d'un mortier à bout uni de 290 mm pour démolir les obstacles. La déclaration suivante a été écrite à l'appui d'une réclamation du lieutenant J. J. Denovan à la Commission royale d'après-guerre sur les récompenses aux inventeurs en ce qui concerne ses efforts pour développer l'AVRE.

Churchill AVRE du 617th Assault Squadron Royal Engineers
près de Geilenkirchen, 19 novembre 1944. © IWM (B 11963)

Déclaration du lieutenant-colonel George Clive Reeves, officier régulier à la retraite, instructeur en chef jusqu'en août 1950 à la Royal Armored Corps School of Tank Technology, Chobham Lane, Chertsey, Surrey, et résidant maintenant au 3036, chemin St Sulpice, Montréal, Canada

1. De mars 1942 à avril 1943, j'étais sous-directeur à la tête de la Special Devices Branch, du Tank Design Department, Ministry of Supply.

2. Le 19 août 1942, j'ai accompagné le Calgary Regiment (un Canadian Armoured Regiment) dans le raid sur Dieppe par les Forces alliées. Pendant le raid, j'ai remarqué qu'en raison des obstacles, de la digue et de la difficulté de franchir les galets, les chars avaient beaucoup de mal à sortir de la plage. En fait, à ma connaissance, seuls trois chars ont réussi à le faire.

3. De retour à mon quartier général à la Special Devices Branch, Tank Design Department, j'ai convoqué mon état-major et les officiers attachés à une conférence et leur ai expliqué les difficultés rencontrées lors du raid sur Dieppe. Je leur ai posé le problème d'explorer la possibilité de développer des dispositifs permettant de surmonter des obstacles par un char ou d'être détruits par un équipage de char sans qu'ils soient exposés au feu ennemi.

4. À la suite de la conférence, l'expérience initiale du lieutenant Denovan consistait à monter un embout de bombardement (fixe) à l'avant d'un char, mais cela n'a pas réussi car bien que la destruction de l'obstacle ait été réalisée, le spigot lorsqu'il est rigide monté a été endommagé par le choc de la décharge.

5. Par la suite, le lieutenant Denovan m'a soumis une description (datée du 27 août 1942) et des dessins de son idée d'un tank du génie. Ces documents que j'ai identifiés dans le dossier 160/0/155 du Département de la conception des réservoirs, ministère de l'Approvisionnement.

6. L'idée d'un tank du génie, telle que suggérée par le lieutenant Denovan, m'est apparue comme un moyen original et efficace de répondre à toutes les difficultés que j'avais évoquées lors de la conférence, à l'exception de la négociation de galets. Afin qu'un char puisse être obtenu pour essayer la suggestion, j'ai envoyé les documents soumis par le lieutenant Denovan au War Office et par la suite j'ai assisté avec le lieutenant Denovan au War Office (E.Ops) pour discuter de la question avec le lieutenant-colonel Gardale et autres officiers. À la fin de ces discussions et à la suite de ces discussions, les représentants de l'E.Ops ont déclaré qu'en ce qui les concernait, une exigence officielle existait pour le réservoir du génie et que des mesures seraient prises pour que cela soit confirmé par la voie officielle appropriée, ceci étant E.Ops à l'ingénieur en chef, le War Office, au directeur général des véhicules de combat, au DFVDL à moi-même (A.D.T.D. (S.D.), ministère de l'Approvisionnement.
C'était bien entendu sous la responsabilité de la D.G.F.V. pour s'assurer qu'aucun de ses départements ou succursales ne soit surchargé de travail, et en conséquence de cette D.F.V.D.L. Une minute SECRET datée du 22 décembre 1942 m'a été adressée, m'instruisant que les activités de ma branche en rapport avec le Tank du Génie devaient être uniquement de nature consultative. …

7. Dès réception du procès-verbal SECRET mentionné au paragraphe 6 ci-dessus, j'ai discuté du projet de char du génie avec le lieutenant Denovan, et j'étais tout à fait en accord avec sa détermination à le faire à tout prix. Je devais cependant l'instruire : -


Unités de la brigade[modifier | modifier la source]

  • AVRE - Véhicule blindé, Royal Engineers était un char Churchill adapté pour attaquer les fortifications défensives allemandes. L'équipage comprenait deux Royal Engineers qui pouvaient facilement entrer dans le char par ses trappes latérales. L'AVRE a fait remplacer le canon principal par un mortier PetardSpigot. Cela a tiré un projectile rempli d'HE de quarante livres (18 & 160 kg) (surnommé le Poubelle volante) 150 verges (137 mètres). La « poubelle » pourrait détruire les obstacles en béton tels que les barrages routiers et les bunkers. Cette arme était inhabituelle en ce sens qu'elle devait être rechargée à l'extérieur - en ouvrant une trappe et en faisant glisser une cartouche dans le tube de mortier depuis la coque. Les AVRE ont également été utilisés pour transporter et faire fonctionner des équipements tels que :
    • Bobine - Une bobine de toile de toile de 10 pieds de large (3,0 m) renforcée de poteaux en acier portée devant le réservoir et déroulée sur le sol pour former un "chemin", afin que les véhicules suiveurs (et lui-même) ne coulent pas dans le sol meuble des plages lors du débarquement amphibie.
    • Fascine - Un fagot de poteaux en bois ou de broussailles rugueux attachés ensemble avec des fils portés devant le réservoir qui pourraient être libérés pour remplir un fossé ou former une marche. Des tuyaux métalliques au centre de la fascine permettaient à l'eau de s'écouler.
    • Petite poutre-caisson était un pont d'assaut qui était porté devant le char et pouvait être largué pour couvrir un écart de 30 pieds (9,1 & 160 m) en 30 secondes.
    • Charrue Bullshorn. Une charrue à mine destinée à creuser le sol devant le réservoir, à exposer et à rendre inoffensives les éventuelles mines terrestres.
    • Oignon double deux grosses charges de démolition sur une charpente métallique qui pouvaient être placées contre un mur de béton puis exploser à une distance sécuritaire. C'était le successeur du dispositif de charge unique Carotte.

    Churchill AVRE (Assault Vehicle Royal Engineers) - Histoire

    AVRE (Véhicule blindé Royal Engineers、またはVéhicule d'assaut Royal Engineers) は、イギリス陸軍 王立工兵隊 (英語版) で運用される戦闘工兵車の呼称である。

    この作戦の失敗の後、カナダ軍工兵部隊は前線での作業中に工兵を防護する装甲工兵車両の開発を戦車開発部 (Département de la conception des réservoirs, DTD)に提案した。開発はディエップ作戦の戦訓M4シャーマン中戦車、ラム巡航戦車から開発された。これらのうち、最も性能の良かったものがチャーチルをベースにした工兵車両であった。チャーチルの?? ??

    1942年10月にはチャーチルをベースとした工兵車両の発注が行われ、同時にこの車両はVéhicule d'assaut Royal EngineersAVREの本格的な試験は1943年から行われた。

    1944年から、チャーチルMk.IIIおよびMk.IVをベースとしたチャーチルAVREの量産が開始され、 第79機甲師団 (英語版) 隷下の 王立工兵第1突撃旅団 (英語版) の3個の突撃連隊??

    AVREの名称については、開発された当初は情報秘匿のために"工兵戦車" (Engineer Tank)と称されており [1] 、その後1943年頃までは少なくとも"Assault Vehicle Royal Engineers"が正式名称であったが、これを略した"AVRE"という語が普及し、ある時点からAVREの元である本来のフルネームが"Véhicule Blindé Royal Engineers"となった、という事と考えられている。


    Utilisations supplémentaires de l'AVRE

    Des raccords externes pourraient être utilisés sur l'AVRE, ce qui lui permettait d'être utilisé pour une grande variété d'autres fins telles que le support de fascine chargé de fagots de bois, la couche de pont à poutres-caissons, la couche de bobines pour la pose de tapis (tapis) sur un sol meuble , ou pour placer des charges de démolition avec des appareils. Les charges et leurs dispositifs étaient connus sous des noms inhabituels tels que Torpille de Bangalore, Oignon de Jones, et Chèvre. Pour étendre encore plus ses capacités, un traîneau pourrait être chargé de provisions de combat et remorqué derrière. L'AVRE s'est fait connaître comme l'un des Le drôle de Hobarts une variété de véhicules spécialisés. La photo de l'Imperial War Museum ci-dessus, à droite, montre un porte-fascine AVRE.


    Contenu

    Première guerre mondiale

    Le premier véhicule pouvant être considéré comme un AVRE est le char Heavy RE développé peu après la Première Guerre mondiale par le Major Giffard LeQuesne Martel RE. [1] Ce véhicule était un char Mark V modifié. Deux fonctions support de ces AVRE ont été développées : le pontage et le déminage. L'élément de pontage impliquait un pont d'assaut, conçu par le major Charles Inglis RE, appelé le pont de l'écluse du canal, qui avait une longueur suffisante pour enjamber une écluse du canal. Le major Martel a accouplé le pont avec le char et a utilisé l'énergie hydraulique générée par le moteur du char pour mettre le pont en place. Pour le déminage, les réservoirs étaient équipés de rouleaux de 2 tonnes.

    Entre les guerres

    Entre les guerres, divers réservoirs de pontage expérimentaux ont été utilisés pour tester une série de méthodes de franchissement d'obstacles et développées par l'Etablissement de pontage expérimental (EBE). Le capitaine SG Galpin RE a conçu un prototype de char léger Mk V pour tester le pont d'assaut en ciseaux. Ce concept a été réalisé par le Capitaine SA Stewart RE avec une contribution significative d'un MDM Delany, un fonctionnaire scientifique à l'emploi de l'EBE.

    MB Wild & Co, Birmingham, a également développé un pont pouvant couvrir des espaces de 26 pieds à l'aide d'un système complexe de câbles en acier et d'une flèche mobile, où la section avant était projetée puis fixée à la section arrière avant de lancer le pont. Ce système a dû être abandonné en raison du manque de succès pour le faire fonctionner, mais l'idée a ensuite été utilisée avec succès sur le réservoir de pose du pont Beaver. [1] [2]

    Deuxième guerre mondiale

    Une fois la Seconde Guerre mondiale commencée, le développement de véhicules blindés destinés aux ingénieurs sur le terrain a été accéléré sous la direction de Delaney. L'EBE a rapidement développé un pont d'assaut transporté sur un char Covenanter modifié capable de déployer un pont de capacité de charge sur chenilles de 24 tonnes (classe 24) pouvant couvrir des écarts de 30 pieds. Cependant, il n'a pas servi dans les forces armées britanniques et tous les véhicules ont été transférés aux forces alliées telles que l'Australie et la Tchécoslovaquie. [1] [3]

    Une conception de classe 30 a remplacé la classe 24 sans véritable refonte, simplement la substitution du char Covenanter par un Valentine convenablement modifié. [1] Au fur et à mesure que les chars de guerre devenaient plus lourds, un nouveau pont capable de les soutenir a été développé. Un Churchill fortement modifié utilisait un pont monobloc monté sur un char sans tourelle et était capable de poser le pont en 90 secondes. Ce pont était capable de transporter une charge sur chenilles de 60 tonnes ou sur roues de 40 tonnes. [1]

    Le premier pont à équiper un Churchill AVRE fut le Tank Bridge, Box Girder. Cet équipement comblait des écarts de 30 pieds, mais pouvait également être utilisé pour franchir des digues de 12 pieds ou d'autres obstacles similaires. Le Churchill ARK (Armored Ramp Carrier) était une conception flexible, où le char lui-même était le "pont". Plusieurs véhicules pourraient être utilisés pour couvrir les espaces verticaux et horizontaux. Le char avait la tourelle retirée et des rails montés sur la coque. Des rampes ont été fixées à chaque extrémité des pistes étendant le potentiel de pontage et permettant son utilisation en terrain difficile. Le réservoir aurait besoin d'être récupéré une fois que son utilisation n'était plus nécessaire. [1]


    Voir la vidéo: CMBN: Aris Churchill AVRE