Château de Toompea

Château de Toompea

Le château de Toompea à Tallinn est le site du Parlement estonien et a été un centre administratif et militaire central pendant des centaines d'années.

La première construction enregistrée sur le site du château de Toompea a été établie au 9ème siècle après JC, lorsqu'un château en bois a été construit par les dirigeants estoniens locaux. Cependant, en 1219, le château a été attaqué et conquis par une force danoise sous Valdemar II.

Le premier château de pierre a été construit sur le site en 1227 par les chevaliers allemands de l'épée.

Au cours des siècles suivants, le château de Toompea était un bastion pour les différents régimes qui ont gouverné la région. Une phase de construction majeure a été entreprise sur le site par Catherine la Grande, qui a construit le bâtiment de l'administration du gouvernement estonien dans le château.

À l'indépendance de l'Estonie, de nouveaux développements ont été apportés sur le site du château de Toompea et les nouveaux bâtiments du parlement ont été inaugurés au début des années 1920.

Aujourd'hui, le château de Toompea reflète les nombreuses phases de sa construction, avec des fortifications médiévales se fondant dans l'architecture tsariste de la dernière période et le bâtiment du parlement du début du XXe siècle (le Riigikogu).

Les visiteurs peuvent également voir la célèbre tour Pikk Hermann, haute de 46 m et icône nationale estonienne.


Château de Toompea

Selon une légende, toute la colline de Toompea a été construite par Linda qui l'a construite rocher par rocher de ses propres mains. [2]

En 1219, le château fut repris par les croisés danois dirigés par Valdemar II. [1] Selon une légende populaire danoise, le drapeau du Danemark (Dannebrog) est tombé du ciel lors d'une étape critique de la bataille (connue sous le nom de bataille de Lindanise). Ce premier château proprement dit était appelé le "Château des Danois", en latin Castrum Danorum et en estonien Taanilinnus. De ce dernier, le nom moderne de la ville de Tallinn est peut-être dérivé (voir Nom moderne de Tallinn).

En 1227, le château est repris par l'Ordre des Frères de l'Epée, qui initie des projets de reconstruction. Le château qu'ils ont commencé à construire est en grande partie le château visible aujourd'hui. Le château est de nouveau tombé aux mains des Danois dix ans plus tard, mais a été vendu à l'Ordre teutonique en 1346 et restera entre leurs mains pour le reste du Moyen Âge. [1]

XVIIIe siècle, ajouts baroques au château

Comme l'ordre teutonique en croisade était un ordre religieux, le château en vint à ressembler à un monastère à plusieurs égards. Il comprenait une chapelle, une salle capitulaire et un dortoir pour les chevaliers. L'ordre était également responsable de l'érection des tours encore visibles de l'église, notamment "Pilsticker" (traduit par "affûteur de flèches"), "Stür den Kerl" ("écarter l'ennemi"), "Landskrone" (" couronne du pays"), et "Pikk Hermann" ("Langer Hermann" ou "Tall Hermann"). [1] Tall Hermann mesure 48 mètres (157 &# 160 ft) et domine la ligne d'horizon du château. Le drapeau de l'Estonie est hissé au sommet de la tour tous les jours au lever du soleil, au son de l'hymne national, et abaissé au coucher du soleil. [1]

Avec les bouleversements de la guerre de Livonie au XVIe siècle, les ordres croisés qui dominaient autrefois les États baltes actuels ont été dissous et la région est devenue contestée par la Suède, la Pologne et la Russie. En 1561, le nord de l'Estonie était devenu une domination suédoise. Les Suédois ont transformé le château d'une forteresse de croisés en un centre cérémoniel et administratif du pouvoir politique en Estonie, un objectif que le château a servi depuis. [1]

En 1710, la Suède a perdu le territoire de l'Estonie moderne au profit de l'Empire russe. L'administration russe finit par mettre en œuvre de grands projets de reconstruction et transformer définitivement le château en palais. Une nouvelle aile dominante de style baroque et néoclassique, conçue par Johann Schultz, a été ajoutée dans la partie orientale du complexe du château. Il abritait l'administration du gouvernorat et les quartiers d'habitation du gouverneur. A l'époque tsariste, un parc public a également été aménagé au sud-est du château, et un bâtiment d'archives érigé à proximité. [1] [3]


Selon un mythe, toute la colline de Toompea a été construite par les Linda, qui l'ont construite rocher par rocher de ses propres mains. Pour des raisons liées à cette légende, Tallinn est parfois traditionnellement appelée Lyndanisse ("Le mamelon de Linda") en estonien. La vérité la plus prosaïque est que les colons de l'époque de l'Estonie ancienne utilisaient la colline naturelle comme une forteresse facilement défendable. Au fil du temps, l'endroit s'est également développé en un centre commercial. Ce fut probablement l'une des premières zones habitées de ce qui deviendra plus tard Tallinn. [2]

En 1219, le château a été repris par les croisés danois - dirigés par Valdemar II. [1] Selon une légende populaire danoise, le tout premier drapeau du Danemark (Dannebrog) est tombé du ciel lors d'une étape critique de la bataille (connue sous le nom de bataille de Lyndanisse). Ce premier château proprement dit était appelé le "Château des Danois", en latin Castrum Danorum et en estonien Taanilinnus. De ce dernier, le nom moderne de la ville de Tallinn est peut-être dérivé (voir Nom moderne de Tallinn).

En 1227, le château est repris par l'Ordre des Frères de l'Epée, qui initie des projets de reconstruction. Le château qu'ils ont commencé à construire est en grande partie le château visible aujourd'hui. Le château revint aux Danois à peine dix ans plus tard, mais fut vendu à l'Ordre teutonique en 1346 et resterait entre leurs mains pour le reste du Moyen Âge. [1]

Comme l'ordre teutonique en croisade était un ordre religieux, le château en vint à ressembler à un monastère à plusieurs égards. Il comprenait une chapelle, une salle capitulaire et un dortoir pour les chevaliers. L'ordre était également chargé d'ériger les tours encore visibles de l'église, dont « Pilsticker » (traduit par « taille-flèche »), « Stür den Kerl » (« éloigner l'ennemi »), « Landskrone » (« couronne de la terre") et le plus célèbre, "Pikk Hermann", "Tall Hermann". [1]

Tall Hermann mesure 95 mètres (312 pieds) et domine la ligne d'horizon du château. Le drapeau de l'Estonie est hissé au sommet de la tour tous les jours au lever du soleil, au son de l'hymne national, et abaissé au coucher du soleil. [1]

Avec les bouleversements de la guerre de Livonie au XVIe siècle, les ordres croisés qui dominaient autrefois les États baltes actuels ont été dissous et la région est devenue contestée par la Suède, la Pologne et la Russie. En 1561, le nord de l'Estonie était devenu une domination suédoise. Les Suédois ont transformé le château d'une forteresse de croisés en un centre cérémoniel et administratif du pouvoir politique en Estonie, un objectif que le château a servi depuis. [1]

En 1710, la Suède a perdu le territoire de l'Estonie moderne au profit de l'Empire russe. L'administration russe finit par mener de grands chantiers de reconstruction et transformer définitivement le château en palais. Une nouvelle aile dominante de style baroque et néoclassique, conçue par Johann Schultz, a été ajoutée dans la partie ouest du complexe du château. Il abritait l'administration du gouvernorat et les quartiers d'habitation du gouverneur. A l'époque tsariste, un parc public a également été aménagé au sud-est du château, et un bâtiment d'archives érigé à proximité. [1] [3]

À la suite de la déclaration d'indépendance de l'Estonie en 1918, un bâtiment destiné à abriter le parlement de la république a été érigé sur le site de l'ancien couvent de l'ordre teutonique. Il a été achevé en 1922 et conçu par les architectes Eugen Habermann et Herbert Johanson. [3] Bien que son extérieur soit traditionaliste, l'intérieur est de style expressionniste - le seul bâtiment du parlement expressionniste au monde. [1]


Château de Toompea

Perché sur une falaise calcaire et dominant le reste de la ville, le château de Toompea a toujours été le siège du pouvoir en Estonie.

Depuis que les chevaliers allemands de l'épée ont construit une forteresse en pierre ici en 1227-1229, chaque empire étranger qui a régné sur l'Estonie a utilisé le château comme base. Aujourd'hui, comme il se doit, il abrite le Parlement estonien.

Le château a été réaménagé d'innombrables fois au cours des siècles, mais conserve toujours la forme de base qui lui a été donnée aux XIIIe et XIVe siècles. De sa façade, les visiteurs peuvent voir un palais rose et baroque datant de l'époque de Catherine la Grande. Un regard sur son côté opposé, visible depuis la base de la colline, donne une perspective beaucoup plus médiévale.

Du jardin du gouverneur à l'extrémité sud du château, la tour Pikk Hermann de 46 mètres de haut apparaît. La tour est un symbole national vital : la tradition veut que la nation qui flotte son drapeau sur Pikk Hermann gouverne également l'Estonie. Chaque jour au lever du soleil, le drapeau estonien est hissé au-dessus de la tour au son de l'hymne national.


Les Danois, les Russes et le Parlement estonien

A proximité se trouve la cathédrale orthodoxe russe dédiée à Alexandre Nevski, que l'on peut également voir lors d'une visite avec Ulko Tours. Cette cathédrale enveloppe en partie le château de Toompea qui se compose de plusieurs parties, dont le mur ouest médiéval et la tour Pikk Hermann. La partie du château qui abrite l'administration parlementaire est en grande partie de l'époque tsariste (à partir de 1710 environ) et a un style plus classique. Le bâtiment de l'administration du gouvernement estonien sur le côté est de la forteresse a été commandé par Catherine la Grande et a été achevé en 1773.


Histoire

Selon un mythe, toute la colline de Toompea a été construite par les Linda, qui l'ont construite rocher par rocher de ses propres mains. Pour des raisons liées à cette légende, Tallinn est parfois traditionnellement appelée Lyndanisse ("Le mamelon de Linda") en estonien. La vérité la plus prosaïque est que les colons de l'époque de l'Estonie ancienne utilisaient la colline naturelle comme une forteresse facilement défendable. Au fil du temps, l'endroit s'est également développé en un centre commercial. Ce fut probablement l'une des premières zones habitées de ce qui deviendra plus tard Tallinn. [2]

En 1219, le château fut repris par les croisés danois dirigés par Valdemar II. [1] Selon une légende populaire danoise, le tout premier drapeau du Danemark (Dannebrog) est tombé du ciel lors d'une étape critique de la bataille (connue sous le nom de bataille de Lyndanisse). Ce premier château proprement dit était appelé le "Château des Danois", en latin Castrum Danorum et en estonien Taanilinnus. De ce dernier, le nom moderne de la ville de Tallinn est peut-être dérivé (voir Nom moderne de Tallinn).

En 1227, le château est repris par l'Ordre des Frères de l'Epée, qui initie des projets de reconstruction. Le château qu'ils ont commencé à construire est en grande partie le château visible aujourd'hui. Le château revint aux Danois à peine dix ans plus tard, mais fut vendu à l'Ordre teutonique en 1346 et resterait entre leurs mains pour le reste du Moyen Âge. [1]

Comme l'ordre teutonique en croisade était un ordre religieux, le château en vint à ressembler à un monastère à plusieurs égards. Il comprenait une chapelle, une salle capitulaire et un dortoir pour les chevaliers. L'ordre était également chargé d'ériger les tours encore visibles de l'église, dont « Pilsticker » (traduit par « taille-flèche »), « Stür den Kerl » (« éloigner l'ennemi »), « Landskrone » (« couronne de la terre") et le probablement le plus célèbre, "Pikk Hermann", ("Langer Hermann" ou "Grand Hermann". [1]

Tall Hermann mesure 48 mètres (157 & 160 pieds) et domine la ligne d'horizon du château. Le drapeau de l'Estonie est hissé au sommet de la tour tous les jours au lever du soleil, au son de l'hymne national, et abaissé au coucher du soleil. [1]

Avec les bouleversements de la guerre de Livonie au XVIe siècle, les ordres croisés qui dominaient autrefois les États baltes actuels ont été dissous et la région est devenue contestée par la Suède, la Pologne et la Russie. En 1561, le nord de l'Estonie était devenu une domination suédoise. Les Suédois ont transformé le château d'une forteresse de croisés en un centre cérémoniel et administratif du pouvoir politique en Estonie, un objectif que le château a servi depuis. [1]

En 1710, la Suède a perdu le territoire de l'Estonie moderne au profit de l'Empire russe. L'administration russe finit par mettre en œuvre de grands projets de reconstruction et transformer définitivement le château en palais. Une nouvelle aile dominante de style baroque et néoclassique, conçue par Johann Schultz, a été ajoutée dans la partie orientale du complexe du château. Il abritait l'administration du gouvernorat et les quartiers d'habitation du gouverneur. A l'époque tsariste, un parc public a également été aménagé au sud-est du château, et un bâtiment d'archives érigé à proximité. [1] [3]

À la suite de la déclaration d'indépendance de l'Estonie en 1918, un bâtiment destiné à abriter le parlement de la république a été érigé sur le site de l'ancien couvent de l'ordre teutonique. Il a été achevé en 1922 et conçu par les architectes Eugen Habermann et Herbert Johanson. [3] Bien que son extérieur soit traditionaliste, l'intérieur est de style expressionniste - le seul bâtiment du parlement expressionniste au monde. [1]


Obélisque de Théodose : de l'Egypte à Byzance


L'obélisque de Théodose est le plus ancien monument de Byzance Constantinople situé dans l'hippodrome. Il a été érigé par l'empereur byzantin Théodose Ier en 390, mais il est beaucoup plus ancien que cela. Obélisque de Théodose fait pour le souverain égyptien, Thoutmosis III. Sois prêt! Thoutmosis III a régné sur les Egyptiens entre 1479 et 1425 avant Jésus-Christ ! L'obélisque de Théodose a plus de deux millénaires et demi !
Histoire de l'obélisque de Théodose
L'idée originale d'amener l'obélisque d'Egypte à Constantinople appartient à un autre empereur, Constance II (BC 337-361). Il a été décidé d'apporter cet obélisque de 20 mètres de haut de sa maison à Constantinople. Obélisque laissé sur les rives du Nil après avoir été retiré de son emplacement d'origine. L'empereur Julien (361-363 av. J.-C.) écrivit une lettre aux habitants d'Alexandrie et leur ordonna d'apporter l'obélisque à Constantinople. Cette partie de l'histoire est un peu compliquée mais il y a quelques pensées que l'obélisque a amenées à Athènes en premier. Parce que l'empereur Julien a été tué à Athènes. Enfin, l'obélisque apporté à sa nouvelle demeure à la capitale de l'est de l'Empire romain. À cette époque, l'Obélisque de Théodose mesurait 28 mètres de haut, mais maintenant il n'en fait qu'environ 20 mètres. À cause d'une partie de celui-ci qui a disparu un certain temps.
Voyage à Constantinople
Amener l'obélisque à l'hippodrome était une tâche facile pour les habitants de Constantinople. Parce qu'il pèse environ 200 tonnes. Obélisque amené à l'hippodrome par un chemin en acier de la


Perte de Toompea

Le complexe du château est composé de plusieurs parties : le mur ouest et la tour Tall Hermann appartiennent à la forteresse médiévale de l'Ordre des Frères de l'épée, le bâtiment de l'administration du gouvernement représente l'époque tsariste et est de style classique, et le bâtiment du Riigikogu, dans la cour du château, a été construit au début des années 1920.

On sait qu'au IXe siècle déjà, il y avait une ancienne forteresse en bois estonienne sur Toompea, qui fut conquise par les Danois en 1219. À partir de ce moment-là et jusqu'aux premières décennies du 20e siècle, Toompea appartenait à divers dirigeants étrangers. En 1710, la propriété de Toompea passa de la propriété suédoise à l'empire tsariste russe. L'impératrice russe Catherine la Grande a ordonné la construction du bâtiment de l'administration du gouvernement estonien dans le côté est de la forteresse, il a été achevé en 1773.

Le 24 février 1918, l'Estonie devient un État indépendant. De 1920 à 1922, selon les plans des architectes Eugen Habermann et Herbert Johanson, le bâtiment du Riigikogu a été construit dans le château

Cour. La conception expressionniste du bâtiment le rend unique parmi les édifices parlementaires du monde. En 1935, l'aile sud du palais a été construite sur le côté sud, copiant le style du bâtiment de l'administration gouvernementale, et le jardin du gouverneur a été aménagé de manière appropriée.

Érigé par la ville de Tallinn.

Les sujets. Ce marqueur historique est répertorié dans ces listes de sujets : Églises et religion &bull Forts et châteaux &bull Government & Politics. Une date historique importante pour cette entrée est le 24 février 1918.

Emplacement. 59° 26,085′ N, 24° 44,348′E. Marker est à Tallinn, Harjumaa Maakond. Marker est à l'intersection de Lossi Plats/Toompea et Komandandi Tee sur Lossi Plats/Toompea. Touchez pour la carte. Marker se trouve dans cette zone de bureau de poste : Tallinn, Harjumaa Maakond 10136, Estonie. Touchez pour les directions.

Autres marqueurs à proximité. Au moins 8 autres marqueurs sont à distance de marche de ce marqueur. Résidence de Konstantin P ts (à environ 0,3 km à Harju maakond) Le centre historique (vieille ville) de Tallinn (à environ 0,4 km) Hôtel de ville de Tallinn - Anno 1404 (à environ 0,4 km) Suurgildi Hoone (à environ un demi-kilomètre) Mustpeade Maja (à environ 0,6 kilomètre à Harju maakond) Marine royale britannique pendant la guerre d'indépendance de l'Estonie (à environ un kilomètre) Sous-marin polonais "ORZEŁ" - septembre 1939

(à environ un kilomètre à Harju maakond) M lestusm rk Katkenud Liin / « Broken Line » (à environ 1,1 kilomètre). Touchez pour une liste et une carte de tous les marqueurs à Tallinn.


Histoire de Tallinn

Il n'est pas facile de déterminer le début de l'histoire de Tallinn. L'emplacement a probablement attiré l'attention en tant que zone portuaire appropriée bien avant que les premières sources écrites n'y mentionnent un établissement, mais tous les historiens disposent de données archéologiques.

Les premières traces de peuplement sur le territoire d'aujourd'hui Tallinn proviennent du bassin de la rivière Härjapea à Keldrimäe mais celles-ci ne peuvent être directement liées à la ville. Les débuts de l'histoire de Tallinn commencent dans la banlieue d'Iru, où un château et une colonie voisine ont été construits à la fin du premier millénaire. Le château a été abandonné pour des raisons inconnues à la fin du 11ème siècle et le château de Lindanise (Kolyvan dans les sources russes) a été construit quelque temps plus tard sur la colline actuelle de Toompea. Réval). Le château n'offrait vraisemblablement qu'un refuge en cas d'attaque ennemie et ne comportait aucun établissement permanent au XIII e siècle.

La route commerciale du golfe de Finlande est devenue plus largement utilisée au cours des IXe et Xe siècles et a ainsi accru l'importance du site portuaire de Tallinn. Il pourrait y avoir eu des colonies saisonnières de marchands scandinaves et russes à l'emplacement de la ville basse d'aujourd'hui au début du 2 ème millénaire, mais il n'y a aucune preuve claire ni de sources archéologiques ni écrites.

Tallinn sous le roi de Danemark et l'ordre allemand

Les premières données fiables sur Tallinn remontent à la Chronique du Letton Henrik. La Chronique décrit la flotte danoise dirigée par le roi Valdemar II débarquant près du château de Lindanise en juin 1219. Le débarquement danois faisait partie de la colonisation germano-scandinave de la Livonie et de l'Estonie au cours de laquelle les croisés allemands ont envahi les territoires de la Lettonie et du sud et du centre de l'Estonie, ainsi que Saaremaa, et le roi du Danemark envahit le nord de l'Estonie. Selon la Chronique, il y a eu une bataille à l'emplacement du futur Tallinn le 15 juin 1219 où les Danois ont remporté une victoire difficile. La légende dit que la chance de la bataille s'est tournée vers les Danois après qu'un drapeau rouge avec une croix blanche soit tombé du ciel & mdashthe Danneborg, le drapeau de l'État du Danemark aujourd'hui. Les Danois ont établi leur château de pierre sur Toompea, et l'évêque en chef de Lund Andreas Sunesen est devenu le premier régent du Danemark à Tallinn.

De 1227 à 1238, Tallinn et le nord de l'Estonie étaient gouvernés par l'Ordre de la Confrérie des Épées qui avait temporairement acquis le pouvoir des Danois. Il devait déjà y avoir un petit village au pied du château à cette époque. Vers 1230 marchands allemands invités par la Confrérie des Épées sont arrivés à Tallinn en provenance de Gothland. Cette arrivée est considérée comme un événement important dans la constitution du corps des habitants de Tallinn. Tallinn et la partie nord de l'Estonie ont été rendues à la couronne danoise par le traité de Stensby, l'accord étant négocié par le légat du pape Guillelme de Modène. Dix ans plus tard, le 15 mai 1248, le roi du Danemark Erik IV Adraraha accorda à Tallinn les droits de Luumlbeck qui liaient Tallinn à un espace juridique commun avec les villes marchandes allemandes médiévales. La lettre de droits mentionne également des représentants du conseil municipal, ce qui prouve que la ville basse devait avoir une sorte de gouvernement local à cette époque. Tallinn a rejoint la Ligue hanséatique à la fin du XIIIe siècle et, au cours des deux cents années suivantes, a joué un rôle important dans les relations de la Hanse avec les marchands de Russie, en particulier Novgorod.

Le maître des terres de Tallinn a changé au milieu du 14ème siècle. Forcé par des difficultés de politique intérieure et le manque d'argent, le roi du Danemark a décidé de vendre ses terres du nord de l'Estonie avec Tallinn à l'ordre allemand. Après des années de préparation, l'accord fut finalisé en 1346. L'année suivante, en 1347, l'Ordre accorda le droit de gouvernement de ces territoires à sa branche livonienne. Tallinn est devenue une ville de l'Ordre, ce qui signifiait principalement un changement de pouvoir à Toompea. Au lieu du régent du Danemark, Tallinn était désormais gouvernée par un comptoir de l'ordre allemand. Maître Goswin von Herike de la branche de Livonie de l'Ordre allemand a adopté les premiers privilèges de Tallinn dès le 4 novembre 1346, et la vie en ville a continué comme elle l'avait toujours été. La ville était gouvernée par le conseil municipal élu parmi les habitants les plus influents et les plus riches, pour la plupart des commerçants (le conseil municipal choisissait ses membres). Au début, seule la moitié des représentants au conseil municipal s'occupaient des affaires de la ville, ils s'appelaient le conseil municipal siégeant (Rat assis), l'autre moitié s'appelait l'ancien conseil municipal (modifier Rat). Au bout d'un an, les rôles ont changé. Comme être représentant au conseil municipal était une position d'honneur, ils avaient alors besoin d'un an de congé pour s'occuper de leurs affaires. Du milieu du XVe siècle jusqu'à la fin de son existence, le Conseil municipal se composait généralement de 4 bourgmestres, 14 représentants du Conseil municipal et 1 avocat municipal. Les membres du conseil municipal travaillaient désormais de manière permanente et non par équipes.

Les marchands et les représentants des métiers les plus rentables étaient pour la plupart des Allemands, généralement de Westfahl et de Rheinland, et au moins la moitié des citadins étaient des Estoniens, qui sont parfois mentionnés comme résidents de la ville au 14-15ème siècle (il n'y a pas de données sur le 13ème siècle ). À la fin du Moyen Âge, la résidence en ville était restreinte pour les Estoniens, principalement en raison des frais de séjour élevés. Comme la ville avait besoin de main-d'œuvre, les paysans ont migré vers la ville, ce qui a à son tour entraîné des conflits entre les propriétaires fonciers de la ville et des environs. Le nombre d'habitants augmentait au fur et à mesure que le commerce se développait et que la ville se développait. Comme le nombre estimé d'habitants à Tallinn au milieu du 14ème siècle était inférieur à 1000 personnes, alors à la fin du Moyen Âge, la population de Tallinn était déjà de 6000-7000.

Du point de vue des bâtiments, la ville du XIIIe siècle ne peut être comparée à la ville de la fin du Moyen Âge. Les fortifications initiales ne comprenaient qu'une petite zone autour de l'actuelle place de la mairie. La zone à cette époque ne comprenait ni le couvent dominicain entre les rues actuelles Vene et Müürivahe ni le couvent cisterien près de la rue actuelle Kloostri. Le cercle de murailles dans sa forme ultérieure a été établi au 14ème siècle et le boom majeur de la construction de la ville (qui a donné aux bâtiments principaux leurs extérieurs médiévaux qui sont en partie conservés encore aujourd'hui) s'est propagé à Tallinn seulement au 15ème siècle. Le nouvel hôtel de ville fut achevé en 1404, le bâtiment de la Grande Guilde en 1410 et le bâtiment de la Guilde Olavi en 1422. Le Grand Incendie éclata dans la basse-ville en 1433, ce qui entraîna une nouvelle vague de construction. L'établissement de fortifications de colline devant le mur de la ville a commencé au 16ème siècle.

Le commerce à Tallinn était basé sur des privilèges reçus déjà au 13ème siècle. Tallinn obtint le droit de frappe en 1265 et le droit d'entreposage en 1346, ce qui signifiait qu'aucune marchandise ne pouvait transiter par la ville sans passer par les marchands locaux comme intermédiaires. Par conséquent, les habitants de Tallinn ont obtenu une part importante du commerce entre l'Europe occidentale et Novgorod. Le rôle de Tallinn dans le commerce et la politique de la Baltique orientale s'est encore accru après la destruction de la ville de Visby par le Danemark en 1361. L'époque de Tallinn en tant que ville hanséatique médiévale était le XVe siècle. La fermeture du bureau hanséatique de Novgorod en 1494 a affecté négativement le commerce à Tallinn mais la ville a réussi à animer le commerce au milieu et à la fin du XVIe siècle.

Les plus grands marchands de Tallinn étaient membres de la Grande Guilde, les plus jeunes marchands célibataires appartenaient à la Confrérie des Têtes Noires, des représentants de compétences artisanales plus honorables à la Guilde Kanuti, des représentants de compétences artisanales plus simples à la Guilde Olavi. De plus, il y avait plusieurs associations religieuses et sociales à Tallinn. Des sources mentionnent les confréries de Holy Flesh, Gertrud, Hiob, 10 000 Chevaliers, Antonius, Victor, Rochus, Michael. Mary Guild et Anna Brotherhood étaient actives à Toompea.

Tous les établissements cléricaux les plus importants ont été fondés au XIIIe siècle : l'église de Niguliste a été fondée en 1230, l'église d'Oleviste est mentionnée pour la première fois en 1267, les dominicains ont déménagé de Toompea dans la basse ville à la fin des années 1240 et construire le couvent Sainte-Cathrine, le couvent cisterien Mihkli a été créé au milieu du siècle. L'évêque de Tallinn résidant à Toompea gouvernait tout le nord de l'Estonie, il était cléricalement sous le règne de l'évêque de Lund Head.

L'école du Dôme était active à Toompea probablement déjà au cours du 13 e siècle, les premières traces écrites de l'école remontent au début du 14 e siècle. Il y avait une école au couvent des Dominicains à la même époque, dès le début du XV e siècle également à l'église des Olevistes.

La léproserie proche de la ville ou hôpital Jaani est mentionnée pour la première fois en 1237. Il est probable que l'hôpital Saint-Esprit avec une chapelle existait déjà sous une forme ou une autre au 13ème siècle, bien que les sources écrites mentionnent l'hôpital Saint-Esprit seulement au début de le 14 e siècle.

Au début du 15 ème siècle, le couvent Sainte-Brigit a été établi à l'est de la ville (couvent Pirita) aujourd'hui ses ruines sont connues comme un magnifique échantillon de l'architecture médiévale de Tallinn.

Les premiers prédicateurs luthériens sont arrivés à Tallinn au début des années 1520 et à l'automne de 1524, la plèbe a saccagé les églises Oleviste et Saint-Esprit et l'église dominicaine Sainte-Cathrine. Le conseil municipal a tenté de limiter la spoliation spontanée et d'obtenir le contrôle des questions d'argent des églises. Le couvent des Dominicains est dissous en janvier 1525. Petit à petit, la vie de l'église se réorganise selon les idées portées par la réforme. Le conseil municipal avait déjà auparavant une bonne vue d'ensemble des finances des églises à travers ses marguilliers séculiers mais maintenant il a été décidé de former un soi-disant trésor commun (Gemeine Kasten)&mdashpour fonctionner comme un fonds centralisé pour la protection sociale et une source de rémunération pour les marguilliers. L'église luthérienne a été introduite progressivement à partir du deuxième quart du XVIe siècle. Une bibliothèque a été fondée à l'église Oleviste en 1552 et est devenue la première bibliothèque publique de Tallinn.

Tallinn sous la couronne suédoise

La Russie, la Suède, la Pologne et le Danemark se sont battus pour la supériorité dans la partie nord de la mer Baltique lors de la guerre de Livonie de 1558-1583. Le territoire de l'Estonie était l'un des principaux champs de bataille. Effrayée par les troupes russes, la ville de Tallinn et la chevalerie de Harju-Viru se sont retirées à la couronne suédoise en 1561, cette subordination a duré le siècle et demi suivant. Les troupes russes ont tenté de assiéger Tallinn à deux reprises&mdash1570-1571 et 1577&mdashmais ont été forcées de battre en retraite sans conquérir la ville.

C'est à l'époque suédoise que Tallinn est devenu le centre d'une nouvelle unité administrative et mdashle gouvernement estonien. La couronne a validé les privilèges historiques de Tallinn, ce qui signifiait avant tout que la ville maintenait son gouvernement local (au moins formellement) et continuait à utiliser les droits de Luumlbeck. Par rapport au moyen-âge, l'importance de Tallinn diminuait. Le déclin général du commerce Hansa a diminué la richesse et l'indépendance de la ville, le pouvoir centralisé en Suède a tenté de restreindre l'indépendance du conseil municipal.

La partie de la ville entourée par l'enceinte de la ville n'a pas été fortement endommagée pendant la guerre, ce sont surtout les faubourgs qui ont été détruits, et même cela sous les ordres de la Mairie pour défendre la ville.

La grande épidémie de peste ravage la ville en 1602-1603, le Grand Incendie de 1684 détruit la plupart des bâtiments de Toompea. Seules l'église du Dôme et une petite maison en pierre à proximité étaient plus ou moins indemnes.

Le développement de l'éducation généralement caractéristique de l'époque suédoise a également influencé Tallinn : un gymnase a été créé au couvent cisterien qui avait finalement été supprimé quelques années plus tôt. &mdashand une imprimerie en 1633. L'imprimerie du gymnase a joué un rôle important dans la publication du travail des lettrés locaux et des livres en langue estonienne. Le gymnase possédait également une riche bibliothèque mais la plupart de ses fonds ont été perdus.

Tallinn sous l'État russe

La guerre du Nord a dévasté la région de la mer Baltique de 1700 à 1721. Les principaux adversaires étaient la Suède et la Russie qui se sont battus pour la supériorité sur le territoire. En 1710, Tallinn capitula sans combat devant les troupes russes. La ville souffrait de pénurie de tout, la plupart de la garnison et de nombreux habitants de la ville étaient morts de la peste. S'il y avait 10 000 habitants à Tallinn en 1708, après les événements de 1710, seuls 2000 environ avaient survécu. La population de Tallinn n'a dépassé à nouveau les 10 000 habitants que dans les années 1780.

Selon l'accord de capitulation de 1710, Tallinn conserva la plupart de ses privilèges antérieurs. Le conseil municipal resta au pouvoir, les droits de Luumlbeck restèrent en vigueur et la langue administrative continua à être l'allemand. L'ukase de 1783 de Catherine II a établi un nouvel ordre de gouvernement en Estonie et en Livonie (la soi-disant régence) qui a étendu le système russe d'établissements gouvernementaux également à Tallinn. Le conseil municipal ne conservait que sa fonction de tribunal, le gouvernement municipal de six membres était élu par la douma générale de la ville. L'ancien ordre de gouvernement a été réaffirmé avec l'ukase de restitution de 1796 par Paul I.

Au XIXe siècle, l'empereur de Russie limite peu à peu le mandat du conseil municipal. Par exemple, à partir de 1819, le Conseil municipal ne contrôlait plus la police municipale. Un ukase d'Alexandre II a établi la loi générale de la ville russe de 1870 dans les villes baltes le 26 mars 1877. Le conseil municipal (Douma) qui a été élu pour quatre ans est devenu le gouvernement local qui a élu le gouvernement de la ville (uprava) composé de quatre conseillers. Le conseil municipal a élu un maire qui a été approuvé par le gouvernement central. The legality of the city government decisions was controlled by the governor. The term &ldquotown resident&rdquo lost its former meaning, all the subordinates to the Russian state were allowed to vote.

The new town law also abolished the administrative separation of Toompea and the lower town. For now the Town Council continued to operate as a court institution, after a while even that function was cancelled, and it was dismissed once and for all in 1889.

After integrating Tallinn to the Russian empire Peter the Great ordered a port to be built in Tallinn. The first bigger industrial company in Tallinn was the Admiralty manufactory at the Old City Harbour built in 1714-1722. A paper factory, a match factory and a machinery manufacturing plant were established in the second half of the 19th century. The Baltic rail road opened in 1870 connected Tallinn to St. Petersburg and other parts of the Czarist Russia, this livened trade relations considerably. Machinery manufacturing and the pulp and paper industry developed. Production of the Luther Plywood and Furniture Factory established in 1877 was valued even in the Western Europe, especially in England. In 1877 tram traffic began in Tallinn. Military industry boomed directly before WW I, the Bekkeri, Russian-Baltic and Peter military ship yards were established.

Additionally, other public buildings were built: Tallinn German Theatre (Estonian Drama Theatre today) was finished in 1910, &ldquoEstonia&rdquo association building (later Estonia Theatre) in 1913. In the second half of the 19th century and in the beginning of the 20th century suburban Nõmme and Merivälja started to shape up.

Tallinn Develops into Estonian Town. Tallinn as Capital of the Republic of Estonia in 1918-1940

The valuation of Estonian ethnicity started in the turn of the 19th and the 20th centuries. The level of education and the economic standing of Estonians had improved. Estonian literates participated in the fight for local power mainly with the help of the newspaper &ldquoTeataja&rdquo. The 1904 elections were won by an Estonian-Russian block of 5 Russians and 38 Estonians. The first Estonian mayor&mdashVoldemar Lender&mdashwas elected in 1906. Several changes took place in governing of Tallinn in the end of WW I. In 1917 the city council and city government elected in accordance with the Temporary Government town laws were in power for a short period, and were in essence Bolshevist. The city council was dismissed by the Tallinn Workers and Military Deputies Soviet resolution of January 31, 1918, and the Soviet assumed the functions of the council. On February 24, 1918 Estonia took advantage of the weakening Bolsheviks and proclaimed independence already the next day German troops occupied Estonia.

Local town government was restored after Germany capitulated in the WW I. The first city council elected during the Republic of Estonia assembled on June 16, 1919.

As said before, Tallinn population began to grow hand in hand with the development of industry in the 2nd half of the 19th century. If in 1881 Tallinn had almost 44 000 inhabitants, then in 1917 the population was almost 160 000. The population decreased by about a third due to the WW I and the events concurring with it. There were 145 000 inhabitants in Tallinn in 1939.

Compared to the industrial boom prior to WW I caused by mainly the increase of military industry and the large Russian market, the industrial output of Tallinn decreased considerably after Estonia&rsquos independence, and grew only by the end of 1930-s.

Tallinn Teachers Seminar (Tallinn Pedagogical Institute from 1952 to 1992, since 1992 Tallinn Pedagogical University) was established in 1919 and Tallinn Conservatoire that first operated under the name Tallinn Higher Music School (since 1993 Tallinn Music Academy). Tallinn Technical School (Tallinn Polytechnical Institute from 1944 to 1989, since 1989 Tallinn Technical University) grew out of an Estonian Technical Association special course. Tallinn Applied Art School founded in 1914 continued to operate as State Applied Art School (Estonian SSR State Art Institute in the Soviet times, now Estonian Academy of Arts).

Tallinn from Soviet Occupation till Estonia Regains Independence

The Soviet occupation in the summer of 1940 interrupted the activities of the then Tallinn local government according to the new laws the local authorities were workers soviets and executive committees. In the course of the WW II on August 28, 1941 German troops occupied Tallinn. The occupational power imposed a new administrative order that defined Tallinn as a separate territory governed by a German commissioner in the area. The city government structure remained mostly the same as during the time of independence. In the night of March 9th to March 10th Tallinn was bombed by the Soviet army&mdashmore than 500 civilians were killed and 5073 buildings destroyed or damaged. Damages and victims were also brought upon by the war activities of 1941-1943. Yet, most of the valuable Old Town of Tallinn was preserved, only Harju Street and Niguliste Church were seriously damaged.

The Soviet army occupied Tallinn again on September 23, 1944, and the Tallinn Workers Soviets Executive Committee started its work again.

In the first sitting the Soviet elected on December 10, 1989 renamed itself Tallinn City Council, and the Executive Committee became City Government.

The first local elections after Estonia&rsquos regained independence in 1991 were hold on October 17, 1993.

In the Soviet times Tallinn was divided into Mere, Lenin, October and Kalinin districts that were renamed, after regaining the independence, into East, South, West and North districts correspondingly. Since 1993 Tallinn is divided into Haabersti, City Centre, Kristiine, Lasnamäe, Mustamäe, Nõmme, Pirita and North Tallinn city districts.

The population of Tallinn decreased in the first half of 1940-s mainly due to the events of the WW II (war losses, emigration to West). By 1939 the city population had decreased from 145 000 to 127 000. The number of residents began to rise quickly mostly due to increase of unemployment on account of foreign workers brought in from other parts of the Soviet Union. There were 267 000 inhabitants in Tallinn in 1956 and 408 500 in 1976.

Due to the increase in population and the industrial boom the town desperately needed new dwellings. The construction of Mustamäe living area was started in the beginning of 1960-s followed by õismäe and Lasnamäe. Tallinn hosted the Olympic Regatta in 1980. For this event new beach facilities and the Olympic Yachting Centre were built, as well as hotel Olympia, the TV-tower, the new airport building and Linnahall. The National Library of Estonia at Tõnismäe was finished in 1992.

Industry boomed significantly in Tallinn during the Soviet times&mdashmachinery construction and electro-technical companies were established and most of their production went to the Soviet military industry. Consumer goods and food industry boomed as well (clothing factories &ldquoBaltika&rdquo, &ldquoMarat&rdquo, &ldquoKlementi&rdquo, plastic production factory &ldquoNorma&rdquo, footwear factory &ldquoKommunaar&rdquo, sweet factory &ldquoKalev&rdquo etc.).

Estonia regaining its independence brought upon significant changes in most of the important sectors of city life. Tallinn became the capital of the newly independent Republic of Estonia. The population of Tallinn decreased during the first years of independence, mostly due to non-Estonians leaving. If the population of Tallinn in the end of 1980-s was c 480 000, then in 1995 it was only 434 800.

Some of the Soviet times industrial enterprises have reorganised and continued to operate, at a lesser volume, as private companies also after Estonia regained independence. New secondary schools and universities have emerged, especially private schools of law and economics.


Snapshot: Toompea Castle

Although the rulers of Estonia have changed during the past 800 years, their locus of power has remained the same. Toompea Castle, built on the limestone Toompea Hill that forms part of Tallinn’s Old Town district, is a must-visit for anyone who wants to learn more about the country’s history and experience architecture that spans multiple eras.

The castle wall with towers on Toompea Hill in the old town of Talinn.

Visitors today will walk across a site that retains the same layout at the castle’s first iteration, constructed by the German Knights of the Sword during the 13th century before being modified by successive rulers that include the Danes, Swedes and Russians. Transport from the city centre costs as little as €4 (A$7) for a short taxi ride, but most people prefer to arrive on foot. If you’re planning to visit in the morning, the nearby streets are home to numerous cafes that offer sweet treats or lights meals for breakfast and dinner. Take your pick from Mediterranean cuisine on the terrace at Restoran Casa Alta, something more Germanic at the cosy Schnitzelhaus or the tucked away Bogapott, with its adjoining art shop and ceramics studio, to name just three options.

An aerial view of Tallin from Toompea Hill in the evening.

From a distance, the castle’s most striking features are its four towers, the tallest of them the 46m high Pikk Hermann, built in stages between the 14th and 16th centuries and now proudly flying the Estonian flag after having flown those of occupying forces in the past. The other three towers – Landskrone, Pilsticker and Stür den Kerli – bear the marks of military strongholds, containing multiple storeys and shooting chambers. The latter also features an 11m deep basement, another defence mechanism.

The Pikk Hermann Tower and Toompea Castle in Tallinn.

Once on site, what catches the eye is the striking pink façade of Riigikogu, the Estonian parliament building. Built on the foundations of a medieval church that burned down in 1917, it forms the entrance to the site and embraces expressionism with its colour scheme and motifs of isometric designs that pattern many of its interiors.

Other government buildings within Toompea Castle date back as far as the 18th century. A mix of classical and baroque architecture, they were commissioned as part of major modifications by Russian Empress Catherine II. Journeying further back into the castle’s history, Renaissance architecture is also well represented, with the White Hall restored as part of renovations that finished in 2000 preserving detailed ceilings adorned by chandeliers. Its light, airy space brings together a mix of the old and the new, symbolising a new era of Estonian independence that began in 1991 but that is keen to preserve its past. Never more so is this evident than in the Parliamentary Assembly Hall, a chamber that pops with the blue, black and white colours of the Estonian flag and observable from its public gallery.

Two tour groups visit the exterior facade of the Tallinn Parliament Building part of the Tallinn Castle.

Many tourists are happy to admire its edifice and enjoy the view, but free tours of Toompea Castle are also available in English, Russian and Estonian. Visitors must book ahead but are rewarded with a 45-minute journey around the site and through Estonia’s history.


Voir la vidéo: Tallinns Toompea Hill, Estonia